top of page

Andrew Leamy et Ruggles Wright - la diffamation injuste de deux grands hommes.

Updated: Apr 5


Andrew Leamy and Ruggles Wright
Andrew Leamy et Ruggles Wright, d'après les collections des familles Leamy et Wright.

RÉCEMMENT, une série d'articles a été publiée dans Le Droit, intitulée Le règne de terreur des Shiners, sous la plume de Mathieu Bélanger (cliquez ici pour lire les articles). L'objectif déclaré de ces articles était de « jeter une nouvelle lumière » sur la guerre des Shiners en présentant une «nouvelle» histoire d'Albert LeBeau qui est censée prouver la criminalité d'Andrew Leamy et de Ruggles Wright.

Pardonnez la longueur de cet article, mais il faut comprendre d'emblée qu'il est publié dans le but de réfuter les accusations incendiaires et sans fondement des articles du Droit. La nature politique des articles doit également être soulignée en notant qu'avant les articles du Droit, LeBeau a d'abord publié sa soi-disant «nouvelle» histoire sur le site web d'Impératif Français, une organisation nationaliste et anti-anglo. (cliquez sur chaque lien pour lire le premier, le deuxième, le troisième ou le quatrième article). Ceux-ci en particulier valent la peine d'être lus car, bien que l'historien LeBeau les ait publiés directement, il ne fournit pas une seule source ou référence pour étayer ses pires accusations. Les articles ont été quelque peu édulcorés pour Le Droit.

Andrew Leamy et Ruggles Wright

ALORS, qui sont les deux hommes en question ? Pour la plupart des habitants de la vallée de l'Outaouais, Andrew Leamy n'est connu que par le lac et le casino de Hull qui portent son nom. Mais Andrew Leamy a joué un rôle important dans les débuts de la communauté. Les contemporains rapportent qu'il était aimé de plusieurs[1a], un pilier des premières communautés catholiques anglophones et francophones de Hull. Membre de la noblesse de la vallée de l'Outaouais, il est le riche propriétaire d'une ferme de 160 acres sur laquelle il possède une écurie remplie de chevaux de course[1b],[19]. Il a épousé Erexina Wright, la petite-fille de Philemon Wright - il avait 19 ans, elle 15 ans - et ils ont eu 13 enfants. Son frère James est un conseiller respecté de Bytown, Nicholas Sparks est le beau-père d'Andrew, Thomas D'Arcy McGee est le parrain du petit-fils d'Andrew, Andrew D'Arcy McCready[1c], et le juge de paix de Bytown Daniel O'Connor était son très bon ami. Andrew a été le fondateur de la première commission scolaire de la vallée en partenariat avec le Père Reboul, à qui Andrew a fait don d'un terrain pour les Oblats qui ont établi ce qui est maintenant le plus grand cimetière de l'Outaouais, Notre-Dame. Andrew s'est enrichi en tant que baron du bois - il possédait le moulin du lac Leamy, plusieurs chantiers forestières et plusieurs fermes d'approvisionnement le long de la rivière Gatineau.

Ruggles Wright était le troisième fils de Philemon et Abigail Wright et un pionnier de l'industrie du bois dans la vallée de l'Outaouais. Il a inventé le premier glissoir de cage au monde en 1829, a géré toutes les affaires de la famille Wright après 1841 et a été nommé premier maître de poste du canton dans la vallée de l'Outaouais. Il a été nommé juge de paix et officier de la milice de Hull, qu'il a dirigé pendant de nombreuses années.

Ce sont ces deux hommes qui sont calomniés dans les articles de LeBeau, accusés d'être des criminels.

Les articles

LE journaliste Bélanger nous apprend dans le premier volet de la série que « Des documents judiciaires dont l’Outaouais avait perdu la trace depuis 184 ans referont surface, cette semaine, dans Le Droit. Ces archives, qui ont survécu à l’abolition du Haut et du Bas-Canada, à deux incendies de palais de justice et à plusieurs déménagements au cours des deux derniers siècles, renferment des informations inédites, voire incriminantes concernant d’illustres personnages ayant marqué les débuts de la colonisation de la région. L’histoire que nous allons vous raconter en est une de violence et d’abus de pouvoir. »

La première chose à préciser est donc qu'aucun document ou source inédit n'est apparu dans les articles, et qu'aucun événement n'a jamais été négligé par les historiens du passé. En fait, au fil de la série, le journaliste écrit de manière alambiquée que les " nouvelles " sources ont été difficiles à trouver dans les diverses archives où elles ont résidé au fil des ans. Si elles n'ont jamais été citées par quiconque, c'est en raison de leur valeur douteuse en tant que «preuves», comme nous le verrons.

À première vue, l'entreprise journalistique de Bélanger et LeBeau est suspecte pour plusieurs raisons, dont la moindre n'est pas l'utilisation de titres sensationnels et de matériel visuel pour attirer les lecteurs vers un exercice de relecture d'affaires judiciaires vieilles de 200 ans. Refaire le procès d'événements vieux de 200 ans n'est pas un exercice historique, c'est un exercice politique - d'autant plus qu'il est publié par l'Impératif Français.

À seconde vue, la «nouvelle» histoire de LeBeau semble être un chapitre de plus dans la curieuse histoire de la Capitale.

Les Shiners - la vérité

MES vingt ans de recherche sur les Shiners ont été consacrés aux archives et à la bibliographie ci-dessous. Elle est incluse ici parce que certains des historiens seront mentionnés dans ce billet :

  • Les livres de Michael S. Cross sur les Shiners et l'Histoire de l'Outaouais de Chad Gaffield, tous deux professeurs d'histoire à l'Université d'Ottawa.

  • La compilation encyclopédique d'affaires judiciaires et d'articles de cet époque par Richard M. Reid.

  • Les livres de David Lee, Donald MacKay, Courtney C.J. Bond, A.H.D. Ross, Lucien Brault et Conor Ryan.

  • Des articles de la Société d'histoire d'Ottawa (SHO) et de la Société historique de la vallée de la Gatineau (GVHS).

  • Des articles d'historiens et de journalistes locaux, Edgar Boutet, Linda Seccaspina et Craig Baird, pour n'en citer que trois parmi tant d'autres.

  • La thèse de doctorat de John Turing, de l'Université d'Oxford, et l'article éclairant de James Lawson, de l'Université de Victoria, sur la dépossession des Algonquins entre 1800 et 1830.

En 2020, j'ai publié un billet de blog sur la violence dans le commerce du bois. L'objectif était d'illustrer l'histoire de deux hommes, Andrew Leamy et Jos Montferrand, et de montrer à quel point les incidents violents de leur vie sont évalués différents, vus à travers la lentille des «deux solitudes». (cliquez ici pour lire le billet). Rien n'était caché dans mon billet concernant Leamy et Montferrand et, par conséquent, il constituait le meilleur point de repère pour LeBeau dans le cadre de ses recherches.

Leamy et Montferrand se ressemblent sur quatre points importants, mais une différence marque leur histoire, encore aujourd'hui :

  1. Les deux hommes étaient des maîtres-cageux et avaient travaillé toute leur vie dans le monde rude et violent de l'économie forestière. Les historiens s'accordent donc à dire que les deux hommes ont été impliqués dans la violence sur les radeaux et dans les chantiers.

  2. Les deux hommes ont été impliqués dans des incidents bien documentés où la violence a été utilisée pour régler des conflits[2].

  3. Les deux hommes ont été impliqués dans la violence des gangs : Montferrand, lors d'une émeute à Montréal pendant la violente élection partielle de mai 1832 à Montréal, où Montferrand a mis en fuite une bande de fanfarons qui menaçaient son ami Antoine Voyer. Ce dernier, d'un coup de poing, avait tué instantanément un adversaire que Montferrand avait roué de coups[3]. Lors d'une autre élection, Jos Montferrand et Antoine Voyer auraient utilisé un poids de 250 livres pour dégager un bureau de scrutin occupé par l'un des partis politiques[4]. Leamy est impliqué dans une perturbation violente lors d'une réunion de lumbermen à Bytown, mais il n'est accusé de rien[5]. Une autre fois, Leamy est impliqué dans un violent désordre, une dispute religieuse, concernant le révérend Anthony Burwell, encore une dispute religieuse, mais là encore, aucune charge n'est retenue contre lui[6].

  4. Les deux hommes sont réputés avoir un côté remarquablement bon - Montferrand est connu comme un homme joyeux et religieux, Leamy est un homme tout aussi religieux, reconnu comme un leader communautaire : il fonde la 1ère commission scolaire de Hull avec le Père Reboul et donne un terrain pour le 1er cimetière catholique.

  5. La seule différence importante : Montferrand, né Canadien français, est considéré comme un héros, alors que Leamy, né Irlandais, est considéré par certains comme un paria.

C'est ce dernier point qui soutient l'observation principale de mon billet, à savoir qu'une histoire curieuse est créée lorsque quelqu'un écrit que les supposés méchants Irlandais doivent être tenus à une norme différente de celle des supposés méchants Canadiens. Le fait est que de nombreux (presque la plupart) historiens ont compris, à partir des faits, que cela ne pouvait pas être aussi simple.

Dr Chad Gaffield (UofO), par exemple, écrit qu'il y a eu deux luttes distinctes dans la guerre des Shiners :

  • Celle à bord des radeaux, qui concernait l'industrie du bois, illustrée par Peter Aylen, le roi des Shiners, et Montferrand.

  • Celle dans les rues de Bytown, menée par des voyous irlandais[7].

Un autre point de vue intéressant qui mérite d'être lu dans ce sens est celui du Dr Phillip Chipman [UofO] sur les «hommes forts du Québec» et les Shiners[8].

Dr Cross (UofO) et Dr Turing (Oxford U) ont tous deux écrit que les actes de violence ont été commis par des hommes des deux côtés de la guerre des Shiners - en particulier sur les radeaux. Les rapports judiciaires de l'époque montrent que les radeaux des Irlandais ont également été attaqués par des Canadiens-français armés de fusils[9],[10].

Cela dit, il ne fait aucun doute que la majorité des actes de violence commis en Bytown l'ont été par des bandes de jeunes voyous irlandais organisées par Peter Aylen entre 1835 et 1837.

Il convient de noter ici que la plupart des historiens s'accordent à dire que les pires violences de la guerre des Shiners se sont produites entre 1835 et 1837, un ou deux historiens affirmant que l'on pourrait peut-être inclure quelques événements épars jusqu'en 1845.

Cependant, le journaliste Bélanger et l'historien LeBeau ont choisi d'élargir cette chronologie de 1832 à 1849 afin d'inclure l'émeute de Stony Monday, mais cette émeute était de nature politique et n'avait rien à voir avec les Shiners. Le but évident de l'élargissement de la chronologie est d'impliquer Ruggles Wright en tant que Shiner.

Mais le pire, c'est l'affirmation fallacieuse et tout aussi peu étayée selon laquelle « Bien des historiens sont d’avis que c’est Andrew Leamy qui a pris la relève d’Aylen à la tête des Shiners. » Cette dernière affirmation ressemble davantage à une diatribe de cour d'école qu'à quelque chose qui pourrait être pris pour de l'histoire[11].

Albert LeBeau

CE n'est pas la première fois que LeBeau écrit, ou plutôt tente de réécrire l'histoire. « L’historien en fait presque désormais une habitude. », écrit Audrey Leduc-Brodeur dans Le Soleil de Châteauguay (cliquez ici pour lire son article).

À Sainte-Catherine, à Chambly et à La Prairie, LeBeau publie des articles dans lesquels il prétend réécrire l'histoire du troisième voyage de Cartier, de la bataille de La Prairie et qu'il a découvert une «nouvelle route» pour l'historique Chemin «Royal» de Chambly à partir des données d'une carte. Sur ce dernier point, les conclusions de LeBeau ont été qualifiées de fausses et ses méthodes de recherche ont été sérieusement remises en question par deux historiens québécois aux références irréprochables, Michel Pratt et Paul-Henri Hudon. (Les articles sont disponibles ici et ici)

Michel Pratt est un historien québécois bien connu, spécialiste de l'histoire de la Rive-Sud de Montréal, éditeur, toponymiste, scénariste et expert en histoire de l'aviation. Paul-Henri Hudon est un historien qui a été président de la Société d'histoire de la seigneurie de Chambly pendant 20 ans, auteur de plusieurs publications et monographies, de nombreux articles dans des revues québécoises et professeur d'histoire au secondaire à la retraite. Il a également été membre de plusieurs sociétés historiques et généalogiques.

LeBeau a ouvertement exprimé son indignation face à mon billet qui comparait Leamy et Montferrand, mais l'indignation ne produit pas d'histoire. La rigueur académique exige que le révisionnisme historique fasse l'objet d'un examen par les pairs, en particulier lorsqu'il modifie les versions éprouvées des événements ou porte atteinte à la réputation d'un personnage historique. Tout nouvel écrit exprimant une attaque virulente contre quelqu'un sans fondement de vérité n'est, par définition, rien d'autre qu'une polémique. Toute " nouvelle» histoire devrait être inspirée par autre chose que le désir d'annuler la culture ou de gagner en notoriété. Dans le cas présent, aucun des articles de LeBeau sur Leamy n'a été soumis à un examen rigoureux par les pairs.

Le journaliste du Soleil a raison au sujet de l'habitude de LeBeau de tenter de réviser l'histoire. À deux reprises, ici dans la vallée de l'Outaouais, il a tenté de réviser l'histoire et a été, une fois de plus, entièrement réfuté :

  1. Il y a quelques années, LeBeau a déclaré qu'une de ses ancêtres était autochtone. Il avait basé cette histoire sur l'orthographe erronée de son nom par un prêtre dans un registre. Il s'agissait d'Eunice Hutchins Bradley (plus tard Childs), une habitante d'Old Chelsea née en Nouvelle-Angleterre. La famille et les représentants autochtones locaux ont été troublés car des preuves généalogiques ont dû être apportées et publiées pour réfuter cette affirmation.

  2. En 2019, LeBeau a fait don au Musée de l'Auberge Symmes d'une sculpture en bas-relief en bois - commandé par lui-même - qui représente Jos. Montferrand aux côtés de deux personnages. La plaque de la sculpture porte l'inscription suivante :« Cette sculpture représente l'histoire de la drave au Québec avec Jos Montferrand au centre, à gauche «Bill Wabo», personnage fictif de l'auteur Claude-Henri Grignon dans son livre, Les belles histoires des pays d'en haut, et à droite, François-Xavier Lebeau, arrière-grand-père d'Albert Lebeau, qui était draveur. Cette oeuvre vise à souligner la participation des francophones au développement de l’économie locale et régionale; Jos Montferrand ayant été un personnage légendaire de l’Outaouais et du Québec. » Bien sûr, Bill Wabo n'existait pas et l'arrière-grand-père d'Albert LeBeau n'était pas encore né à l'époque où vivait Jos.

Remettre les pendules à l'heure

Ci-après, je passe en revue les lacunes, les omissions et les fausses déclarations de la polémique de M. LeBeau sur Andrew Leamy :

  • En ce qui concerne l'incident de Stony Monday[12], LeBeau accuse Ruggles Wright d'avoir volé trois canons au «régiment de Richmond»[13],[14]. La majorité des récits historiques de l'émeute rapportent qu'un seul canon, et non trois comme l'affirme LeBeau, a été roulé sur le pont Union (Chaudière) par les Wright, Leamy et d'autres. Ces canons se trouvaient dans l'armurerie de la Milice de Hull, sur l'île Philemon, et n'ont certainement jamais été volés. Lorsqu'ils traversent le pont avec le canon, les hommes sont empêchés d'entrer dans Bytown par la Milice de Bytown, qui a déjà pris position sur le pont des Sapeurs pour empêcher la foule tory d'entrer dans la Haute-Ville par la direction opposée. Le canon est pris en charge par la Milice de Bytown et retourné à l'armurerie de Hull un jour ou deux plus tard. La partie la plus importante de l'histoire que LeBeau ne mentionne pas - et qui est essentielle pour comprendre cet incident - est que le lieutenant-colonel Ruggles Wright père, le major Ruggles Wright fils et le sergent Joshua Wright étaient tous membres de la Milice de Hull (appelée plus tard la 3e division du 9e bataillon d'Ottawa)[15] - une milice que les Wright ont commandée pendant plus de 30 ans. La Milice de Hull et ses officiers sont commissionnés par ordre du gouverneur général[16a], [16b]. Tous les hommes capables de Wright's Town étaient appelés à faire partie de la Milice de Hull. Cela signifie-t-il que Leamy était également membre de la Milice de Hull ? Nous ne le savons pas, mais le moins que l'on puisse dire est que Leamy accompagnait la Milice de Hull ce jour-là. La Milice de Bytown n'était qu'une autre division du même 9e bataillon d'Ottawa. Le récit de LeBeau ignore la provenance réelle des canons et invente une histoire de vol. Une simple recherche sur Google permet d'en savoir plus de leur provenance. LeBeau ne mentionne pas non plus l'existence de la Milice de Hull et, en tant qu'histoire, cela ne passe pas.

  • En ce qui concerne la mort de Donald McCrae en 1845, LeBeau n'apporte aucun élément nouveau. Le procès débute le 6 août 1846 et ne dure qu'une journée après la déposition des témoins. Seuls trois faits sont connus grâce aux archives judiciaires :

    • Donald McCrae est mort à Hull, à la suite d'une bagarre avec Andrew Leamy au sujet d'une pagaie volée, ce qui a entraîné l'accusation d'Andrew Leamy pour meurtre et son procès judiciaire.

    • Des témoins ont assisté au procès.

    • Plaidant la légitime défense, Andrew a été acquitté[17].

  • En ce qui concerne l'œuvre d'art publiée dans Le Droit qui a été utilisée pour illustrer la mort de McCrae, l'esquisse sépia d'aspect ancien a été créée à dessein dans l'intention d'enflammer les passions. Elle montre des hommes armés aux poings levés entourant un Leamy victorieux, dont le pied est posé sur le dos de McCrae. Sa légende est intentionnellement vague quant à sa date de création et à sa provenance. Ce n'est pas de l'histoire, c'est du sensationnel.

  • En ce qui concerne l'affirmation de LeBeau sur l'absence de loi et de justice dans la colonie, LeBeau écrit qu'il n'y avait " pas de loi " à Wright's Town, ignorant la présence de juges de paix nommés par la Couronne pratiquement depuis le début de la colonie. Ce sur quoi les historiens s'entendent, c'est qu'il n'y avait ni prison ni tribunal à Wright's Town et à Bytown, une situation qui rendait certainement difficile l'application de la loi, mais les causes étaient jugées à Perth ou à Montréal, qui possédaient les deux. LeBeau va beaucoup plus loin et accuse les juges et les avocats de Montréal de corruption, affirmant que cela doit être vrai pour que Leamy ait été acquitté. Cette affirmation est réfutée par les simples faits : Leamy A ÉTÉ arrêté, mis en accusation et forcé d'engager un avocat pour comparaître devant un juge de la Cour de la Reine de Montréal, et il A ÉTÉ acquitté. Ailleurs dans ses articles, LeBeau fait l'affirmation contraire dans le cas de l'agression de James Johnston par trois Shiners sur le pont des Sapeurs. LeBeau rapporte que la justice a été rapidement rendue aux Shiners par un juge de paix, qui les a envoyés à Perth pour être jugés. Les trois hommes se sont échappés mais ont été rapidement repris, reconnus coupables et emprisonnés pendant trois ans. Alors, y avait-il un système judiciaire en place ou non ? LeBeau ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Sa contradiction montre à quel point son histoire est inégale lorsqu'il s'agit de Leamy.

  • En ce qui concerne les signataires du Gatineau Privilege, LeBeau écrit que Ruggles Wright, Tiberius Wright et Peter Aylen étaient tous membres « d'une association mise en place par la Crown Timber Office qui départageait le monopole de l’exploitation le long de la rivière Gatineau et qui provoquera de nombreuses tensions dans la région. Les noms de Ruggles et Tiberius Wright (les fils du fondateur de Hull, Philemon Wright) figurent aussi dans cette courte liste de privilégiés. » L'association dont il parle est le Gatineau Privilege. En réalité, le Gatineau Privilege a été créé par un décret du Conseil exécutif du Bas-Canada[18] pour conférer le droit d'exploiter le bois sur la Gatineau à un groupe restreint de marchands de bois. LeBeau ne comprend donc pas que la Couronne a créé ce monopole et qu'Aylen - un marchand de bois à part entière - n'en est que l'un des membres. Ce qui est également évident, c'est que LeBeau ne comprend pas que les «tensions» ont été créées par la Couronne, et qu'elle était entre les marchands-membres et les non-membres exclus - pas entre les Irlandais et les Français sur les radeaux. Dans son quatrième article sur le site web de l'Impératif Français, LeBeau insère un «petit aparté» qui laisse entendre que Philemon Wright, par son association avec le Gatineau Privilege, était un associé de Peter Aylen. L'implication de LeBeau que les Wright étaient criminellement liés à Aylen est basée sur sa propre incompréhension de l'histoire des événements de l'industrie du bois.

  • En ce qui concerne le lac Leamy (anciennement Columbia Pond), la ferme Leamy et les entreprises de Leamy, dans le troisième article de sa série publiée sur le site de l'Impératif Français, LeBeau qualifie Leamy de «banqueroutier», terme quelque peu péjoratif pour désigner une personne en faillite. Leamy a frôlé la faillite comme d'autres riches barons de bois tels que Philemon Wright, John Egan, George Hamilton, Thomas Mears et d'autres qui ont été confrontés à la faillite - certains à plusieurs reprises - et tout parce que l'économie du bois a connu de fortes fluctuations. LeBeau ignore que Leamy y a survécu, contrairement à d'autres, et qu'il possédait de vastes propriétés[19]. Il affirme ensuite que c'est la Couronne qui a aménagé le lac, et non Leamy. LeBeau affirme que la Couronne a creusé le premier canal sur la propriété de Wright. Enfin, LeBeau affirme que Leamy n'avait pas d'argent mais qu'il a réussi à construire son moulin sur le lac en profitant de l'investissement de la Couronne. Il est intéressant de noter que LeBeau donne une étrange description de Columbia Pond (le lac Leamy) alors qu'il ne fournit aucune donnée historique[20]. Ce qui est plus inquiétant, c'est ce que LeBeau écrit au sujet du moulin de Leamy : qu'il avait « une chaudière défectueuse » qui a explosé due « à une culture de négligence de la part du propriétaire. » et que « l’usine ne fut jamais reconstruite par le propriétaire pour ce que plusieurs évaluaient, fort à propos, à une question de « foul play» ». Voici les faits :

    • LeBeau fonde ses affirmations fautives sur la propriété de Leamy à la ferme Gateno sur un arrêt de la Cour Suprême : Chevrier v. the Queen (1880). Ce jugement est un long document rempli de jargon juridique qui peut être difficile à lire. Les conclusions de LeBeau sur le jugement sont exactement à l'opposé de ce que la Couronne a décidé. Le jugement confirme que Leamy a acheté et possède 159 acres de la ferme Gateno, qui comprend le Columbia Pond.

    • L'histoire montre que Leamy a creusé le premier canal, long (plus de 800 m), avant 1853, pour amener les billes de bois de la rivière Gatineau dans le lac.[21]

    • Leamy n'a pas construit le moulin, Leamy engagea nul autre que J. R. Booth pour construire et gérer son moulin à vapeur.

    • Après l'explosion qui a tué Louis-Napoléon Leamy, le fils aîné d'Andrew Leamy, ce dernier, accablé par le chagrin, n'a pas eu la volonté de se reconstruire. L'accusation de " foul play " portée par LeBeau est gratuite et sans fondement.

    • La Couronne n'a acheté à Leamy que le bord sud du lac, et non le lac entier en 1855. Les terres adjacentes à l'est, appartenant à Ruggles Wright, ont été achetées par la Couronne afin d'améliorer le débit de Pond Creek et d'approfondir les eaux de Rafting Place.

    • Le deuxième canal court (350 pieds) a peut-être été creusé par Leamy ou par le gouvernement beaucoup plus tard - les récits des deux parties sont contradictoires.

    • Contrairement à la description étrange et infondée que LeBeau fait du Columbia Pond, il s'agissait d'un lac à part entière, comme le montrent les cartes de 1801. Le lac avait à peu près la même taille qu'aujourd'hui.

  • En ce qui concerne l'affaire Holmes, il est important de noter, tout d'abord, que Leamy n'a jamais été inculpé et c'est là que le bât blesse. Il y a quatre ans, dans mon billet, j'ai parlé de l'agression présumée du révérend Holmes par Leamy et deux autres personnes et du fait que personne n'a jamais été inculpé. J'ai également écrit que Ruggles Wright aurait déclaré « qu'il prendrait tous les moyens nécessaires pour chasser Holmes de la ville. » LeBeau modifie la déclaration écrite de Ruggles en " utilisera toute violence ". Dans cette affaire, le révérend Holmes était accusé par les Wright de mettre en danger la paix et l'harmonie de leur famille. LeBeau a décidé que sur la base des dépositions (toujours disponibles) dans l'affaire, ses " nouvelles découvertes ", que Leamy aurait dû être inculpé. Aujourd'hui, nous sommes tous d'accord pour dire qu'il n'y a aucune excuse à la violence comme moyen de résoudre un problème, mais le mot clé est "aujourd'hui». Il peut y avoir de nombreuses raisons pour lesquelles Leamy n'a jamais été accusé d'agression, mais ces raisons ne sont certainement pas connues. Au début du XIXe siècle, les normes en vigueur dans les chantiers, les radeaux et les rues étaient différentes. Par exemple, deux récits édifiants sur l'avocat et scélérat de Perth, Daniel McMartin, en disent long sur la justice de l'époque. D'une part, les duels au pistolet étaient largement autorisés pour régler les litiges et on nous raconte l'appel au duel lancé par McMartin dans The Last Duel in Upper Canada[22] et d'autre part, un rapport du British Whig and General Advertiser for Canada West nous parle de ce même homme, McMartin : « Le compte rendu des troubles à Bytown, contenu dans la Gazette de Montréal, est incorrect. Il semble que Peter Aylen, un homme possédant une grande propriété près de Bytown et ami du pauvre homme, ait cru bon d'infliger un formidable coup de fouet à D. McMartin, un avocat de Perth, qui, dit-on, le méritait amplement. » Un autre incident, l'émeute de 1832 à Montréal mentionnée plus haut dans ce billet, concerne Montferrand et Antoine Voyer, où Voyer n'a pas été accusé d'avoir tué un homme et Montferrand n'a pas été accusé de voies de fait. Il semble donc que les juges de paix de l'époque pensaient pouvoir rendre des jugements pour «servir le bien commun». La violence faisait partie de la vie et était parfois considérée comme excusable. Dans ces conditions, faut-il remettre en cause des décisions de justice vieilles de 200 ans ? C'est manifestement ce que pense LeBeau, mais il s'agit également d'une mise en garde, car une fois la boîte de Pandore ouverte, il est peu probable qu'elle s'arrête là. Le train de la cancel-culture pourrait facilement écraser de nombreuses personnes qui ne devraient pas l'être.

Conclusion

TELS qu'ils sont présentés, les articles du Droit n'apportent aucun éclairage nouveau sur les événements de la vie et de l'époque d'Andrew Leamy et de Ruggles Wright. Ni l'un ni l'autre n'était un saint, mais c'étaient des hommes bons et des personnages historiques importants à l'époque de la formation de la région de la capitale et de son industrie primaire, le bois.

La guerre culturelle que certains souhaitent mener aujourd'hui ressemble, d'une certaine manière, à une version plus douce de la guerre des Shiners. Au lieu des gourdins et des fusils utilisés par les Shiners, les armes de prédilection sont aujourd'hui les blogs et les journaux.

En Outaouais, une culture de révisionnisme historique existe depuis la Révolution tranquille. On l'a parfois qualifiée d'histoire curieuse, mais dans ce cas de diffamation, c'est carrément un acte de vandalisme historique qui est perpétré.

J'invite les autres à le dénoncer, car une campagne de lobbying a déjà commencé pour effacer ces noms de notre histoire. Si ce lobby de la cancel-culture réussit, les noms de Leamy, Wright ... ou, à Dieu ne plaise, même Montferrand ... pourraient bientôt disparaître de notre histoire et de nos espaces publics.


NB : Impératif Français vous propose une liste d'adresses électroniques de fonctionnaires et politiciens à la fin de l'article de LeBeau (cliquez ici) pour que vous puissiez faire part de votre opinion. Il vous suffit de copier et coller les adresses dans un courriel et d'inclure un lien vers cet article dans le corps du courriel.


 

Déclaration de reconnaissance : Andrew et Erexina Leamy sont mes arrière-arrière-grands-parents.


[1a] Pioneers of the Upper Ottawa Valley and Humors of the Valley, Gard, Anson A. Section "Genealogy of the Valley" page 34. The Emerson Press, Ottawa 1906.

[1b] The Toronto Globe, août 1878 ; et réimprimé dans The New York Times, 19 août 1878.

[1c] The Wrights, a genealogical study of the first settlers in Canada's National Capital, P.M.O. Evans, The National Capital Commission, 1975, Table 100.

[2], [3] Dictionnaire biographique du Canada, MONTFERRAND (Montferan), dit Favre, JOSEPH (mieux connu sous le nom de Jos (Joe) Montferrand). "Vers 1818, Jos s'imposa comme le coq du faubourg Saint-Laurent en rossant trois voyous qui terrorisaient le quartier. Cliquez ici pour lire l'article.

[4] Dictionnaire biographique du Canada, Antoine Voyer. Cliquez ici pour lire l'article.

[5] Tiré de The Upper Ottawa Valley to 1855 par Richard M. Reid.

[6] Tiré de History of the Ottawa Valley par J.L. Gourlay.

[7] History of the Outaouais, Dr. Chad Gaffield, Presses de l'Université Laval, 1992, pgs. 209-213 : " ... Peter Aylen, le plus important chef des bandes irlandaises, était un marchand qui tentait de se tailler une place plus importante dans l'économie forestière. Puisqu'il est employeur, pourquoi lutterait-il pour des salaires plus élevés pour les travailleurs ? [...] Jos Montferrand, le plus important chef canadien-français de la guerre des Shiners, occupait une position économique bien différente de celle d'Aylen puisqu'il était un employé de Baxter Bowman. À ce titre, il semble déraisonnable de penser qu'il menait une bataille pour maintenir les salaires à un bas niveau. Pourquoi Montferrand aurait-il résisté aux efforts des Irlandais pour augmenter les salaires des travailleurs de l'économie forestière ? "Ces questions montrent la nécessité de situer la violence des années 1830 en fonction des positions et des identités bien distinctes des combattants... ces conflits doivent être compris en termes sociaux et économiques" [...] "Les conditions sociales et économiques des différents groupes d'hommes de l'Outaouais permettent d'expliquer la violence inouïe des années 1830 [...] En luttant contre les Irlandais, Jos Montferrand protégeait à la fois la place des Canadiens français dans l'économie forestière et la position établie de son employeur, Baxter Bowman. En ce sens, il est compréhensible que le travail de Montferrand pour Bowman comprenne aussi l'intimidation physique des Canadiens français qui appuient les candidats électoraux des Patriotes dans la vallée du Lièvre ; Bowman et Montferrand sont tous deux déterminés à maintenir leurs positions établies (citant P-L. Lapointe). "Pour leur part, Peter Aylen, Andrew Leamy et d'autres marchands ambitieux se battaient [...] pour se tailler une plus grande place dans l'économie forestière en pleine expansion. "

[8] Engraved in Iron, Phillip Chipman et Conor Heffernan, Cliquez ici pour lire l'article intitulé Strength through Violence.

[9] The Construction of Colonial Identity in the Canadas, 1815-1867, Dr. John Turing, Submitted for the degree of Doctor of Philosophy at the University of Oxford, Lady Margaret Hall, Hilary Term 2014 Oxford University, pg. 59.

[10] Lorsque Joseph Galipaut, propriétaire de la taverne de Lower Town fréquentée par les cageux canadiens-français, tire sur l'un des Shiners au cours d'une bagarre, ces derniers vont voir le magistrat qui se trouve être irlandais et ami d'Aylen. Galipaut est emprisonné pour agression et pendant son incarcération, les Shiners brûlent sa taverne. Cliquez ici pour lire l'article.

[11] Recollections of Bytown and its Old Inhabitants, William Pittman Lett, pages 55 et 56. Ottawa "Citizen" Printing and Publishing Company ; Sparks Street, 1874. Mais Leamy était-il un Shiner ? Le seul mot contemporain sur le sujet vient du poème de Lett où il écrit : "And Andrew Leamy in his time, was head of many a stirring "shine"" (Et Andrew Leamy en son temps, était à la tête de beaucoup de "shine"), article de Wikipedia sur Lett, ici.

[12] Les détails de l'émeute dans ce billet sont basés principalement sur l'article de l'historien Edgar Boutet dans Le Droit du 5 mars 1960.

[13] Philemon Wright's Gun-Shed, Dr. H. T. Douglas, GVHS Up The Gatineau ! Vol. 9 : " Dans un rapport présenté à un comité de l'Assemblée législative en 1824, Wright déclare : " 1822, j'ai construit un hangar à canons en pierre de 28 pieds sur 38, 12 pieds de haut, entièrement terminé, avec un magasin arqué et d'autres appartements, un bon toit bien peint pour couvrir le tout, ce qui m'a coûté 200 livres, pour le dépôt et la sécurité de deux belles pièces de canon en laiton, des canons de trois livres. J'ai également levé une compagnie de 75 hommes, commandée par Son Excellence le comte de Dalhousie. La cargaison comprenait également un certain nombre de mousquets" cliquez ici pour lire l'article complet)

[14] Histoire des canons sur le site web Richmond Heritage.

[15] List of Officers of the Sedentary Militia of Lower Canada, 1862, Stewart Derbyshire et George Desbarats, imprimeur de la Très Excellente Majesté de la Reine, 1863, p. 170.

[16a] Hull 1800-1950, Lucien Brault, Ph.D., Les Éditions de l'Université d'Ottawa, 1950, p. 37, 167.

[16b] La milice et le Canada français 1760-1855, Regard sur l'histoire, Richard Brown, cliquez ici pour l'article.

[17] Source : BAnQ-CAM, dossiers de la Cour du Banc du Roi (TL19, S1, SS11). On peut lire ce qui suit dans La Minerve du 13 août 1846, p. 2 :

COUR CRIMINELLE

Jeudi 6 août 1846.

La cour est occupée toute la journée par le procès d'Andrew Leamy pour le meurtre de McCrae. MM. Drummond et Bouchette, avocats des prisonniers.

Vendredi 7 août.

Leamy est de nouveau à la barre des témoins ; quelques témoins sont interrogés, après quoi le jury se retire et rend un verdict de non-culpabilité.

[18] The Timber Trade in the Ottawa Valley, 1806-54, Sandra J. Gillis, (1975), Parcs Canada, ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, 1975, p. 97.

Leamy home
Maison Leamy 1950s. GVHS
La Savoie hotel
Hôtel La Savoie, carte postale

[19] Leamy possédait une ferme de 160 acres avec un bureau en pierre, au moins trois granges, une écurie remplie de chevaux de course, l'ancienne maison des Wright et divers hangars. Sa maison était une maison en pierre et en brique de deux étages avec une cuisine d'été. Cette maison a été déménagée au début des années 1900 à la " petite ferme Leamy " située à l'angle des boulevard Saint-Joseph et Saint-Raymond, qui est devenue l'hôtel La Savoie (faits tirés de l'histoire écrite de la famille, appuyés par l'archéologie de Marcel Laliberté, CCN, 2006). Il possédait un moulin à vapeur avec deux chaudières sur le lac Leamy, un débarcadère sur la rivière Gatineau où il y avait une immense zone sur la rivière appelée une Gappe qui était faite d'une série de booms de bois de plusieurs centaines de mètres de long, de hangars flottants et de caissons d'ancrage qui fournissaient une installation pour le triage des billes de bois. Il possèdait également plusieurs chantiers et fermes d'approvisionnement, dont la ferme Victoria, en amont et en aval de la rivière Gatineau.

[20] LeBeau écrit : "... ce petit plan d'eau stagnante à l'intérieur des terres de la ferme Gateno n'a aucune importance pour l'industrie forestière de l'époque. L'étang ne deviendrait un "lac" que le jour où il recevrait un afflux d'eau provenant d'affluents importants, soit de quelques ruisseaux ou, mieux encore, d'une rivière importante comme... la Gatineau" et ensuite à propos de Leamy lui-même "... Andrew Leamy, brigand, bras droit de Peter Aylen, chef des Shiners, n'avait pas les moyens financiers d'entreprendre des rénovations majeures ".

[21] The Evening Citizen, 31 août 1929 (en traduction) :

"... Construction d'un canal

La carte ci-contre montre un lien entre la rivière Gatineau et le lac Leamy. Ce lien n'existait pas avant l'arrivée de Leamy. Cette voie d'eau est artificielle et a été construite par M. Leamy pour acheminer les billots de la rivière Gatineau au lac, lorsqu'il a construit sa scierie historique sur la rive est du lac. Cette voie d'eau a été creusée à la pelle et à la brouette grâce aux efforts de l'équipe de M. Leamy. À l'origine, le canal mesurait 40 pieds de large, 700 pieds de long et environ 25 pieds de profondeur pour permettre à la rivière Gatineau d'atteindre le lac. Les berges du canal se sont rétrécies à 23 pieds de large en raison de l'effondrement. Un deuxième canal a été creusé quelques années plus tard à environ 300 mètres au sud du premier. Il mesurait environ 1 000 pieds de long et a été construit par l'entrepreneur James Goodwin. À la fin des années 1920, il était en grande partie obstrué par le sable et les débris. Il ne coulait qu'en période de hautes eaux.

Un homme exceptionnel

Andrew Leamy était un homme au physique imposant et à la grande force de caractère. Tous les Leamy étaient des hommes de grande taille. Andrew Leamy mesurait six pieds et deux pouces dans ses bas et était bâti en proportion. C'était un homme d'une grande force physique. À l'époque où les idées de "meilleur homme" prévalaient, Andrew était tenu en haute estime. On disait de lui que, bien qu'il fût un homme très puissant et une terreur dans un combat, dans des conditions normales, il était l'un des hommes les plus pacifiques. ..."

[22] Extrait de The Last Duel in Upper Canada, Ken W. Watson, site web du Martello Alley : "Daniel McMartin, James Boulton et Thomas Radenhurst sont les trois premiers avocats de Perth... Boulton et McMartin ne cessent de se disputer. Boulton se considérait comme appartenant à une classe sociale supérieure à celle de McMartin, et McMartin était d'avis que c'était le travail et l'action qui définissaient un homme, et non pas seulement son statut social, fruit d'un accident de naissance. Tous deux s'accordent cependant à détester Radenhurst, un réformateur, dont ils n'apprécient pas les concepts radicaux. Leurs désaccords ne se limitent pas aux mots, ils en viennent aux mains à plusieurs reprises, Boulton donnant même un coup de fouet à McMartin en 1831. Ils se défient également en duel. En 1827, McMartin défie Boulton en duel et en 1830, Radenhurst et Boulton se mettent d'accord pour un duel. En fin de compte, aucun duel n'a jamais eu lieu. Mais les deux hommes croyaient au concept, Boulton déclarant, en référence au défi lancé par McMartin, qu'"un duel peut protéger le caractère d'une personne, bien qu'il ne puisse jamais le racheter lorsqu'il est perdu".




428 views0 comments

Recent Posts

See All

Comentarios


1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra
 
Capital Chronicles
 The History You Were Never Told
Chroniques de la Capitale
L'histoire méconnue
bottom of page