Search
  • Rick Henderson

Les bâtisseurs de la capitale - Partie I

Updated: Sep 9

La curieuse troupe qui a créé la capitale du Canada*


Wright's Town 1830 par Thomas Burrowes. L'hôtel Columbia, avec ses quatre cheminées, se trouve sur la droite et la Maison Blanche, avec ses cinq cheminées, est visible sur le bord droit.

La croisière sur la Grande rivière

En quittant Grenville-sur-la-Rouge le matin étincelant du 24 septembre 1826, John Mactaggart, 35 ans, se trouve à la proue du bateau à vapeur Union de la Grande rivière, respirant profondément le parfum frais des pins et des ciguës qui tapissent la vaste vallée de l'Outaouais, sentant l'air humide se précipiter sur son visage et exalté de voir passer la belle campagne sauvage. Lecteur vorace, il avait tant aimé lire les exploits des fouilleurs nord-américains [1] et maintenant, le voilà sur le point de se lancer lui-même dans la vie de fouilleur.

Le bateau à vapeur était une merveille, construit par Philemon Wright Jr, en partenariat avec Thomas Mears, quelques années auparavant. Long de 38 mètres, large de 9 mètres, propulsé par un moteur de 28 chevaux, et avec un tirant d'eau de seulement 47 centimètres, il pouvait facilement transporter des personnes et des marchandises en toutes saisons sur la Grande rivière. Le bateau naviguait sur la rivière entre Grenville et Columbia Falls Village, la ville connue de tous sous le nom de Wright's Town.

Détail de l'entrée du canal Rideau, 1838, par Philip John Bainbridge, montrant ce qui est probablement la seule image de l'Union de la Grande Rivière

Mactaggart n'aimait pas trop ces navires "puantes", mais il pouvait certainement apprécier la façon dont le vapeur transformait une pénible pagaie de trois jours en une croisière d'un jour plutôt luxueuse en amont de la rivière. Il était également tout à fait conscient que l'Union allait certainement rendre son nouveau travail mille fois plus facile qu'il ne le serait sans elle ; John Mactaggart devait être chargé de vérifier la viabilité de l'itinéraire pour conduire la rivière Rideau jusqu'à la rivière Ottawa par le canal.

Cette tâche n'aurait jamais été la sienne sans l'Union, qui assurait la liaison nécessaire pour permettre le transport d'un nombre incalculable d'ouvriers et de fournitures nécessaires à la construction du canal Rideau - le plus grand projet d'ingénierie jamais entrepris par l'Empire britannique, et que le monde n'avait jamais vu.

Au début, il y a des années, Mactaggart avait suivi ses "cours naturels préférés" en Angleterre, mais il s'ennuyait facilement et ne tarda pas à partir, choisissant plutôt d'errer en Écosse. À un moment donné, il a dû apprendre à "apprendre l'ingénierie", comme il l'a dit, et il a excellé suffisamment pour être recommandé au lieutenant-colonel John By pour le poste de commis aux travaux sur le projet du canal Rideau.

Mais ce matin, il était juste heureux d'être hypnotisé par le glissement sur l'eau et de savourer le frisson d'être un étranger dans un pays étranger.

Sa rêverie fut bientôt interrompue par le son de voix qu'il avait reconnu instantanément lors des présentations de la veille. Mactaggart se fige à la vue des deux messieurs qui se dirigent lentement vers lui, empêtrés dans une profonde discussion et il ne parvient qu'à prononcer un faible "Bonjour, Messieurs" qui se fait à peine remarquer au début.

En société raréfiée

Lord Dalhousie, 1829-1830 Galerie nationale du Canada

Le premier homme à le reconnaître d'un signe de tête rapide fut le général George Ramsay, 9e comte de Dalhousie, gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique, rien de moins. Puis, le nouveau patron de Mactaggart, le colonel By, détourna le regard du gouverneur et lui répondit chaleureusement : "Un pays étonnant, n'est-ce pas, M. Mactaggart ? Nous avons la possibilité de respirer un peu avant de nous y mettre. Profitez de votre petite croisière". Et c'est ainsi que les deux hommes se sont tournés l'un vers l'autre pour poursuivre leur discours.


Colonel John By, 1830, BAC

Le lendemain, les trois hommes avaient rendez-vous avec le Squire Philemon Wright du canton de Hull pour commencer à planifier la construction du canal, car Wright devait être l'un des principaux entrepreneurs/fournisseurs du projet.


Philemon Wright par John James

Debout sur le pont du navire à vapeur, Mactaggart ne pouvait pas savoir à quel point le colonel By et l'homme qu'il allait rencontrer demain, Philemon Wright, allaient influencer sa vie, à partir de ce moment-là.

The Old Squire, comme beaucoup l'appelaient affectueusement, avait alors construit un village très confortable près des grandes chutes de la Chaudière. Il avait nommé sa ville Columbia Falls, mais tous ceux qui connaissaient son histoire l'appelaient Wright's Town parce que Philemon et son fils, Philemon Junior, avaient tout à voir avec chaque partie de sa création.

Le village comptait des moulins, des fonderies, des tanneries, des boulangeries, des distilleries et certaines des fermes les plus grandes et les plus productives du Canada. Elle se vantait également d'avoir le meilleur hôtel à l'ouest de Montréal - le Columbia Hotel - [2], ce qui est certainement possible si l'on considère que Kingston et York (plus tard, Toronto) n'étaient alors que des villages. [3]


Abigail Wright

Peu importe, car le Squire Wright a néanmoins insisté pour que les trois voyageurs soient accueillis par Philemon et sa femme Abigail dans leur élégant manoir au bord des chutes. En tant qu'ancien habitant de la Nouvelle-Angleterre, Philemon aimait se moquer de lui-même en l'appelant la Maison Blanche [4].

Une salutation, comme il sied à l'émissaire du roi

Wright's Town, 1825, par le major GA Elliott, montrant le débarcadère du bateau à vapeur et l'hôtel Columbia dans le village.

L'Union a accosté au quai des bateaux à vapeur du canton tôt le matin, mais une foule assez nombreuse s'était déjà rassemblée pour voir l'arrivée du gouverneur.

Alors que le gouverneur apparaissait sur la passerelle, suivi du colonel et de Mactaggart, la foule a laissé échapper un bon Houra et agitait des petits drapeaux de l'Union faits à la main pour l'événement pendant qu'un petit groupe de musiciens jouait God Save the King.

Une réception a également été organisée pour les accueillir lorsqu'ils ont mis le pied sur le ponton. Philemon et Abigail étaient là, bien sûr, suivis d'un bon nombre de membres de leur famille. Tiberius - aujourd'hui fils aîné depuis la mort de son frère Philemon, cinq ans auparavant - était là avec sa femme et ses enfants, ainsi que ses frères Ruggles et Christopher et les filles Abigail et Christiana, tous accompagnés de leur famille.

Mactaggart a été très impressionné par l'accueil et a serré toutes les mains, se présentant à tout le monde et se sentant très impressionné par lui-même, malgré toute l'agitation.

Le gouverneur accompagnait Philemon et Abigail en diligence, tandis que Mactaggart était accompagné du colonel By. Le colonel, lui-même assez fier, fut très bavard pendant toute la durée du trajet jusqu'à la ville, alors que les villageois marchaient derrière les voitures en les acclamant. Ils entendirent tous le son de la cloche de la ville qui annonçait l'approche des diligences.

Le magasin en pierre (New Stone Store) de Wright 1850 par James D. Duncan

En passant par l'hôtel Columbia, ils arrivèrent à la commune et s'arrêtèrent devant ce qui semblait être un hôtel de ville ; un beau bâtiment en pierre orné d'un beau clocher. Mactaggart apprendra plus tard qu'il s'agissait du magasin [5] d'où tout le canton recevait ses marchandises. Plus tard, ce serait le dépôt principal d'où le canal serait approvisionné.

Lorsque le drapeau du roi fut hissé dans la commune, une salve de canon fut lancée en leur honneur. Le gouverneur était vraiment rayonnant, tout comme Philemon, Abigail et tous les autres Wright. Il y aurait eu peu de villes dans tout le Canada qui auraient pu préparer une salutation plus raffinée.

La Maison Blanche

Les voitures quitta la commune et traversèrent le pont du ruisseau de la brasserie. C'était une belle journée d'automne, chaude, ensoleillée et les feuilles affichaient la gloire de la saison. Juste en haut de la colline se dressait la Maison Blanche, entourée de la plus belle clôture de pierres fines. Des arbres bordaient l'allée et de beaux arrangements de fleurs sauvages dans les jardins d'ornement étaient entourés de pelouses immaculées.

Les invités étaient escortés par le Squire jusqu'à leur logement et on leur annonçait qu'un déjeuner serait bientôt servi dans les jardins. Peu de temps a été consacré à se rafraîchir et le déjeuner a été consacré à faire connaissance.

Mactaggart aimait discuter avec Mme Wright pendant le déjeuner, car il était assis à côté d'elle. C'était une femme élégante, sinon belle, mais assez intense et fière de sa maison et des efforts qu'il a fallu pour qu'elle et son mari créent tout ce qui les entoure à partir de la nature sauvage.

Il avait entendu dire qu'Abigail Wright était faite d'une matière sérieuse ; une véritable pionnière qui dirigeait la ville lorsque son mari était en affaires à Montréal et à Québec. Pendant les premières années au moins, la petite communauté s'est appuyée uniquement sur Abigail pour enseigner aux enfants, soigner les malades et les blessés et même s'occuper des âmes par des réunions de prière et l'école du dimanche. Cependant, il la trouvait excellente pour le déjeuner, elle connaissait de nombreux sujets et était assez charmante.

Après le déjeuner, les hommes sont allés faire une promenade pour inspecter de plus près les chutes. Le bruit de ces chutes était bien sûr omniprésent et, depuis les jardins de la Maison Blanche, leur regard était attiré vers elles jusqu'à ce que on ne puisses plus voir autre chose. Mactaggart avait lu le rapport de l'arpenteur-général qui écrivait qu'elles n'ont de rivales au Canada que les puissantes chutes du Niagara. Aujourd'hui, il a du mal à croire que des chutes puissent rivaliser avec celles-ci.

C'est à cet endroit que le colonel By informa Mactaggart que sa première tâche d'ingénieur en tant que Clerk of the Works (commis général) allait être de superviser la construction d'un pont sur la rivière aux chutes. Philemon Wright et le colonel By avaient recommandé le projet de pont à Lord Dalhousie, qui l'avait chaleureusement approuvé. Wright devait être le principal entrepreneur pour les fournitures et les dispositions qui seront nécessaires à la construction du pont, qui sera nommé le pont d'Union, et du canal, qui sera nommé le Rideau. Lord Dalhousie a également informé le parti d'une réunion qui se tiendra dans deux jours à l'hôtel Columbia, après le retour du bateau à vapeur. Deux autres personnes se joindraient à eux pour préparer la planification. Le premier est le maître-maçon Thomas MacKay et John Redpath, qui ont tous deux participé activement à l'achèvement du canal de Lachine l'année précédente.

En voyant le regard excité et nerveux des hommes, Lord Dalhousie a éclaté de rire et a applaudi les deux hommes dans le dos en disant "Nous parlerons plus longuement de whisky et de cigares après le dîner de ce soir." Tous trois sont tombés dans le silence en contemplant la cataracte tonitruante et en réfléchissant à l'immensité des tâches herculéennes qui les attendaient.



*La date, l'événement et les personnes figurant sur ce compte sont réels. Bien qu'écrit dans le genre de la fiction historique, l'objectif est d'animer un événement historique qui a été à l'origine du mythe fondateur de la capitale du Canada et de donner vie aux personnes impliquées. Les personnalités, leurs réflexions et leurs caractéristiques sont entièrement basées sur les récits personnels écrits par John Mactaggart (Three Years in Canada, Vol I et II) et les lettres personnelles de Philemon Wright et de sa famille (The Wright Papers, BAC).

[1] Avec beaucoup d'affection, Mactaggart utilise le terme fouilleur pour décrire l'acte d'enquêter à fond sur un lieu ; sa description romantique des explorations des voyageurs au Canada.

[2] Dans son rapport soumis à l'Assemblée du Bas-Canada en 1824, Philémon décrit l'hôtel Columbia qu'il a construit en 1820. Il écrit : "Construit à grande échelle, avec deux belles chambres voûtées et bien finies, cette maison de 40 pieds sur 83 avec quatre cheminées et dix-huit foyers, de trois étages de haut sur le devant, peinte et rambardée à l'avant avec des sièges et des arbres plantés pour le logement des voyageurs publics, m'a coûté environ 2 200 livres sterling.

[3] En 1826, Wright's Town compte 800 habitants, Kingston 2 849 et York 1 677.

[4] Dans son rapport de 1824, Philemon décrit la Maison Blanche qu'il a construite en 1818. Il écrit : "J'ai construit une grande maison d'habitation à environ 150 Rod from the Falls sur une hauteur de terrain que, dès que j'ai terminé, j'ai enlevé et placé un de mes fils dans celle que je venais de quitter, pour prendre en charge le magasin des Falls &c. Cette maison faisait 40 pieds carrés, deux étages de haut, une cuisine de 24 pieds sur 48 avec cinq cheminées au coût d'environ 2000 livres sterling, avec des hangars attenants, une grange, etc. Cette maison est entourée d'une belle clôture et le terrain est planté d'arbres ornementaux de différentes sortes, orme, peuplier anglais, érable à sucre et noyer cendré.

[5] Le bâtiment le plus important sur la rivière des Outaouais jusqu'à ce qu'Ottawa prenne forme, était un bâtiment quelque peu mystérieux. Il est décrit par plusieurs personnes de différentes manières :

  • Il est identifié comme étant la Taverne de Wright dans le célèbre tableau de 1823, ci-dessous, de Henry DuVernet (Il était l'ingénieur responsable de la construction des canaux de la rivière des Outaouais, cliquez ici pour sa biographie).

  • Lors de sa construction en 1819, Philemon Jr. l'appelait le New Stone Store dans ses lettres à son père à Montréal, et John Burrows, cartographe, lui donne également ce nom.

  • Dans son livre, John Mactaggart écrit : "Il tenait un vaste magasin et fournissait aux commerçants le bois et la fourrure dont ils avaient besoin.

  • Dans son rapport de 1824, Philemon Sr. décrit le magasin construit en 1819 sans donner beaucoup d'informations sur son but. Il écrit : J'ai également construit un bâtiment en pierre de 40 par 41 - 22 pieds de haut avec des lofts, le mur de pierre taillé sur trois côtés du bâtiment, qui m'a coûté environ 1000 £.

  • Dans son rapport de 1824, Philémon écrit qu'il a construit une maison d'habitation et un magasin aux chutes en 1810. Son emplacement exact est inconnu.

Philemon rapporte qu'il a construit trois maisons en rondins aux chutes, une en 1801, une autre en 1806 et une troisième en 1813. L'un des grands livres de Philemon énumère les noms et les achats effectués dans son magasin à partir de 1801. Il mentionne également une taverne (H. DuVernet), une distillerie (P Wright), une maison de rencontre (J. Bouchette) et une loge maçonnique (Mactaggart), mais pas leur emplacement. Il est tout à fait possible que le New Stone Store ait remplacé l'une des trois maisons en rondins. À l'origine, les maisons en rondins servaient probablement à toutes les fins des bâtiments mentionnés. L'une des maisons en rondins peut être vue dans le tableau de DuVernet à gauche, et un enregistrement visuel de l'intérieur de l'une de ces cabanes en rondins pourrait très bien être ce que l'on voit dans le tableau ci-dessous, de Patti Jack, intitulé The Inside of a Log Cabin at the Chaudière Falls (L'intérieur d'une cabane en rondins aux chutes de la Chaudière) probablement peint avant le grand incendie de 1900 à Hull.

Vue du moulin et de la taverne de Philemon Wright aux chutes de la Chaudière, à Hull, par Henry DuVernet 1823 BAC

Patti Jack, L'intérieur d'une cabane en rondins à la chute des Chaudières c.1900, Musée Bytown

243 views
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told
SIGN UP AND STAY UPDATED!
  • Grey Facebook Icon

© 2020 by RickHenderson.  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon