Search
  • Rick Henderson

Les bâtisseurs de la capitale - Partie II

Updated: Sep 15

Combler le fossé*

Le pont d'Union par Thomas Burrowes 1827

L'état des Union

Le matin du 26 septembre 1826, John Mactaggart[1] entra dans la salle à manger de l'hôtel Columbia à l'heure prévue et fut surpris de voir Lord Dalhousie, Philemon Wright et le colonel By déjà assis.

Les saluant cordialement, il s'assit et les quatre hommes commencèrent une discussion animée sur le calendrier de construction du pont d'Union - le pont qui unirait les deux provinces du Canada, le Bas et le Haut.

Il avait été décidé qu'un pont sur la rivière des Outaouais aux chutes Chaudière serait essentiel pour la livraison de toutes les provisions, fournitures et ouvriers nécessaires à la construction du canal Rideau. Tout devait être déchargé à Wright's Town en arrivant de Montréal car, à cette époque, la rive opposée de la rivière était complètement sauvage. Il n'y avait pas de quais, pas d'entrepôts, pas de baraquements, pas de logements pour les centaines d'ouvriers qui allaient y travailler. Tout cela allait être construit plus tard.


John Redpath, Musée McCord
Thomas McKay, BAC

Les quatre hommes furent bientôt rejoints par les maîtres-maçons Thomas McKay et John Redpath qui étaient arrivés ensemble sur le bateau à vapeur Union of the Ottawa ce matin-là. MacTaggart salua chaleureusement Thomas McKay.

'Mac' - comme l'appella Mactaggart - est un bon gars, un homme "qui a construit les écluses du canal de Lachine ... un bon maçon pratique, et qui méprise tout travail amaigri : c'est à mon goût, car je ne peux souffrir d'amaigrissement et de tracasserie sous aucun prétexte".

John Redpath était lui-même un aussi bon maçon qu'un homme d'affaires. Redpath a travaillé avec McKay sur le canal de Lachine, mais il finira par construire la première raffinerie de sucre de la province du Canada, plus tard. Ainsi, son nom sera connu de toutes les personnes aux foyers du pays.


Le colonel By informa les hommes que la construction devait commencer le plus tôt possible, avant que le gel ne s'installe. Lord Dalhousie accepta de bon cœur, en disant : "Dans les termes les plus forts, j'approuve votre suggestion de construire des ponts sur les rochers et les îles brisés ici. Les avantages sont évidents et les dépenses un peu dérisoires, car elles préparent le grand travail que vous êtes chargé de superviser. Si une sanction est jugée nécessaire, je la donne maintenant de la manière la plus complète possible"[2].


La décision fut prise de commencer le lendemain et les hommes se rendirent dans la grande salle de l'hôtel avec son magnifique plafond voûté, une salle bien adaptée à l'ampleur du projet qu'ils allaient commencer.


Ils furent rejoints par un autre alors que les plans étaient étalés sur une longue table. John Burrows [3], l'ingénieur qui les avait dessinés, commença à expliquer les détails et il devint clair pour tous ce qu'il faudrait pour construire le plus grand pont du pays.

Quelques minutes après la réunion, Philemon Wright et ses trois fils - Tiberius, Ruggles et Christopher - se mirent au travail, rassemblant autant de travailleurs du canton que possible pour que les travaux puissent commencer le lendemain.

Plan et élévation des ponts par John Burrows, ingénieur, arpenteur et commis aux travaux,1827

A Bridge Over Troubled Waters

Le pont d'arche en porte-à-faux au dessus du Lost Channel par W.H. Bartlett

Le plan consistait à combler en premier lieu les petits écarts entre les nombreuses îles situées aux chutes. Sur le côté nord de la rivière, il fallait construire deux arches en pierre et un pont en bois à trois arches en porte-à-faux. Sur le côté sud, il fallait construire un pont en bois à arcs au-dessus du Rafting Channel (chenal des cages) et un pont en bois à arcs en porte-à-faux au-dessus du Lost Channel (chenal perdu) - Mactaggart pensait que "cette arche aura la plus belle situation de l'ensemble".


Ce n'est qu'après la construction de ces sept arches qu'ils ont pu s'attaquer à la section la plus difficile qui enjamberait le canal principal des chutes de la Chaudière, la difficulté n'étant pas seulement la largeur de 64 mètres mais aussi la profondeur de l'eau. Lors de la session de planification, Mactaggart a dit aux hommes qu'une ligne de sondage n'a pas encore trouvé un fond à 90 mètres de profondeur".

Plus tard, de retour en Angleterre, Mactaggart, un écrivain de talent, donna une description fantaisiste des difficultés auxquelles ils étaient confrontés (en traduction):

"Les arches doivent se courber entre une chaîne d'îles rocheuses, directement au-dessus des magnifiques et splendides chutes de la Chaudière ! Mais regardez la scène, regardez la masse d'eau qui fume au-dessus des précipices, formés des couches horizontales les plus dures de calcaire laminé : elles tombent, par endroits, de plus de 30 mètres, dans les chaudrons ou les marmites qui se trouvent en dessous ; au lieu de descendre furieusement, comme vous pouvez l'imaginer, dans le chenal, elles disparaissent parfois assez vite, se frayent un chemin dans des passages souterrains, et remontent en bouillant à un kilomètre de profondeur. Un de mes compatriotes m'a raconté qu'un matin, une vache est tombée dans la Petite Chaudière, et qu'elle est remontée à Fox Point, à 16 kilomètres en aval de la rivière ; et lorsque je lui ai demandé si elle était vivante, il s'est exclamé, avec tout l'enthousiasme de sa vieille Écosse : "C'est vrai, elle est remontée en ramant et elle a vécu grassement pendant des années". Mais, plaisanterie mise à part, ce pont, si nous parvenons à le construire et à le terminer comme il se doit, surpassera presque tous les autres dans le monde en tant que merveilleux élément de superstructure".

En même temps, des travaux devaient être effectués sur le chenail des cages, à la demande de Wright, avec l'accord de Lord Dalhousie et sous la direction du colonel By et de ses ingénieurs. Là encore, Mactaggart les a décrits : "Nous sommes également occupés à former un chenal à travers les rapides, pour le bien des cageux. Pour ce faire, nous construisons deux solides barrages et nous approfondissons ce que l'on appelle un snaille sec. Ce mot snaille, pour un canal, a-t-il ses origines en français ou en indien ? J'ai tendance à penser que c'est le dernier"[4].

La première arche

Les Tailleurs de pierre de Gustave Courbet

Le lendemain matin, sous la direction de Philemon Wright, cinq tailleurs de pierre ont commencé à couper les blocs de calcaire de la carrière de Wright, située à environ 2 km au nord des chutes (aujourd'hui, là où se trouve l'aréna Guertin à Hull).

On avait dit à Wright d'apporter des blocs qui mesuraient 3 pieds sur 12 pouces d'épaisseur. Les blocs étaient grossièrement dressés dans la carrière, puis tirés par des bœufs et des chevaux en traîneau jusqu'au pont.


Les oeuvres d'étaiements utilisés pour soutenir une arche de pierre

Au même moment, Thomas McKay et Thomas Burrowes, superviseur des travaux, ont dirigé la mise en place des pierres pour les culées de l'arche du premier canal (nord). Les culées devaient soutenir les cintres en bois qui, à leur tour, devaient soutenir les voussoirs (pierres de l'arche). Une fois terminés, les cintres seraient retirés.

Les cintres ont été construits à la hâte et grossièrement avec tout le cèdre et le pin que l'on pouvait trouver près des chutes. À l'arrivée des blocs, les maçons les déplaçaient dans leurs cours à l'aide de pieds-de-biche et, selon Burrowes, "... ils étaient simplement grattés au marteau et posés dans le mortier". Le résultat de ce grossier travail en bois, les minces blocs de pierre et le grattage, se sont combinés pour créer un désastre.

Le 30 octobre, la première arche est considérée comme achevée et McKay procède à la frappe des cintres. Quelques coups de marteau auraient dû suffire pour enlever le charpenterie, mais elle ne bougea pas. La plus grande partie s'était écrasée sur les têtes des poteaux en cèdre. McKay ordonna aux hommes de couper les poteaux, un travail qui prit toute la journée.

À 19 h, Mactaggart arrive pour inspecter le travail. Les poteaux du nord étaient presque entièrement coupés, mais l'arche elle-même semblait s'affaisser sous son poids non soutenu d'un côté, menaçant l'effondrement de toute la structure. Mactaggart ordonna l'enlèvement rapide des poteaux sud pour éviter que cela ne se produise, mais personne n'osa s'aventurer sous les cintres affaiblis. Une corde fut attachée au plus gros poteau et les hommes se soulevèrent sans résultat. Dans ses observations, Burrowes décrit la scène (en traduction) :

"Du haut de l'Arche, un grand poteau en cèdre était alors suspendu par son milieu et utilisé comme support de frappe ; plusieurs des supports étant renversés, l'Arche semblait venir s'appuyer sur son support. La maçonnerie avait un aspect tolérable, sauf que le mortier tombait constamment des interstices de la pierre lorsque l'arche se rejoignait. Le bélier fut alors accroché sur l'aide est du pont et un petit poteau près de l'angle nord-est s'effondra ; lorsque toutes les parties restantes du cintrage tombèrent avec un énorme fracas, laissant l'ensemble de l'Arche libre. Les ouvriers lancèrent un cri d'excitation, mais il n'était que trop évident que la maçonnerie suivrait bientôt les cintres. En quelques secondes, elle se brisa au niveau de la courbe nord-est - la fente se prolongeant de l'autre côté et formant trois parties distinctes d'importance à peu près égale - et s'abattit sur les fragments des cintres avec un horrible fracas. Au moment où l'arche est tombée, M. John McTaggart, M. MacKay, M. John Burrows et Moi-même, se tenaient sur un morceau de rocher plat juste en dessous du pont, et pas à plus de douze pieds du côté de celui-ci. Providentiellement, aucun d'entre nous n'a été frappé par les morceaux de bois brisés qui volaient. Le mortier qui était tombé de l'arche a rendu l'eau de la Petite Chaudière blanche comme du lait et les éclaboussures qui en ont résulté ont ruiné nos vêtements. Quels qu'aient pu être les sentiments réels de M. McTaggart, il semblait faire la lumière sur cette affaire ; car, après que nous ayons mal essuyé le mortier ou le coulis sur nos visages, il s'est exclamé : "Egad, les gars ! Nous avions juste à le remonter". Il a sans doute dit cela pour remonter le moral de M. MacKay, qui était consterné. Nous sommes ensuite retournés à l'hôtel pour le petit déjeuner, après quoi M. MacKay s'est empressé de se rendre à Montréal pour communiquer la désastreuse nouvelle au lieutenant-colonel By, qui a donné l'ordre de reprendre les travaux immédiatement".

McKay fut désolé mais avant même de pouvoir livrer les ordres de By, Philemon Wright et ses fils pressèrent Mactaggart, Thomas Burrowes et John Burrows de dresser de nouveaux plans qui "augmenteraient le Strophe-sinus (la hauteur de l'arche d'un pont) à 5 mètres. En conséquence, les cintres seraient encadrés sur un meilleur principe, des carrières de meilleures pierres seraient recherchées et trouvées, et les Voissures (sic) ou les pierres de l'arche seraient martelées ou taillées dans le rayon approprié".


L'arche no. 3 vue dans la photo du terrain d'empilage de bois à la chute des Chaudières par William Topley 1880 BAC

La reconstruction de la nouvelle arche commença, et sous la direction de Wright, il fut décidé qu'il était déjà trop froid pour le mortier et qu'il devait donc s'agir d'une construction en pierre sèche - ce qui signifie qu'aucun mortier ne serait utilisé - un plan auquel McKay s'opposa vigoureusement, selon Mactaggart.

Les travaux commencèrent néanmoins et furent exécutés au milieu d'un des hivers les plus froids. Néanmoins, sans aucune blessure ni gelure, l'arche fut achevée le 11 janvier 1827, lorsque les cintres furent frappés. L'arche est restée en place, sans bouger d'un pouce - et elle est toujours debout aujourd'hui, connue sous le nom d'arche n°3.

McKay avait été suffisamment impressionné par le résultat pour accepter que la prochaine arche soit construite de la même manière. Ainsi, au printemps, les travaux ont commencé sur la deuxième arche en pierre, puis sur les ponts qui enjambent les canaux de la rive sud de la rivière. Le canal principal serait le dernier à être abordé.

*La date, l'événement et les personnes dans ce récit sont réels. Bien qu'écrit dans le genre de la fiction historique, l'objectif est d'animer un événement historique qui a été à l'origine du mythe fondateur de la capitale du Canada et de donner vie aux personnes impliquées. Les personnalités, leurs réflexions et leurs caractéristiques sont entièrement basées sur les récits personnels écrits par John Mactaggart (Three Years in Canada, Vol I et II), le récit écrit par Thomas Burrowes (Observations) et les lettres personnelles de Philemon Wright et de sa famille (les fonds Wright, BAC).

[1] John Mactaggart était un ingénieur et un auteur qui fut engagé par le lieutenant-colonel John By comme premier commis aux travaux pour le projet du canal Rideau. (cliquez ici pour plus d'informations)

[2] Tiré du récit intitulé Observations de Thomas Burrowes, géomètre, ingénieur, surveillant des travaux et artiste. Des extraits de ses écrits ont été tirés de Ottawa Past and Present par A.H.D. Ross. (cliquez ici pour plus d'informations)

[3] John Burrows (Honey), géomètre, ingénieur, artiste et politicien, remplace finalement Mactaggart en tant que responsable des travaux du canal Rideau. Il est également l'homme qui a vendu sa propriété à Nicholas Sparks pour 95 livres. (cliquez ici pour plus d'informations)

[4] Le mot snie semble provenir de la vallée de l'Outaouais. C'est le mot utilisé pour un petit canal entre deux îles. La première supposition de Mactaggart était correcte : le mot vient des mots français chenail ou chenal, qui se traduit par canal. L'anglophone le prononce généralement shneye. (cliquez ici pour plus d'informations)

283 views
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told
SIGN UP AND STAY UPDATED!
  • Grey Facebook Icon

© 2020 by RickHenderson.  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon