Search
  • Rick Henderson

Les bâtisseurs de la capitale - Partie III

Updated: Oct 7

La capitale du Canada - gravée dans la pierre*

BYTOWN, 1840 - Joseph Sydney Hallam (détail)

Histoire de deux ponts ?

L'histoire de la construction du pont Union est bien trop passionnante pour la couper courte, et c'est de la plume des deux hommes, témoins de tout cela, qu'elle vient le mieux.

Cela dit, lorsque l'histoire a finalement été racontée, les récits de John Mactaggart [1] et de Thomas Burrowes [2] se sont accordés sur ce qui a été construit, mais pas nécessairement sur la façon dont il a été construit ... ou plutôt, par qui il a été construit.

Thomas Burrowes donne tous les détails sanglants de l'effondrement de la première arche, confessant qu'elle avait été construite trop rapidement. Il nous explique comment ce fut l'insistance de Philemon Wright et ses fils qui poussa finalement Mactaggart à ordonner à Burrowes et John Burrows [3] de dresser de nouveaux plans pour une meilleure arche en pierre sèche*, qui fut ensuite construite avec succès par Philemon Wright & Sons.

*Bâti sans mortier


La portion du conte de Mactaggart a une saveur différente. Si l'on se souvient que John Mactaggart est en fin de compte celui qui a pris les décisions, son récit de l'échec de la première arche est ... umm ... disons ... mince. Voici tout ce qu'il écrit (en traduction):

"Un pont provisoire élevé au même endroit auparavant, était tombé."

Dans son Report on the Chaudiere Bridge (rapport sur le pont des Chaudières), Mactaggart écrit qu'il a pris le risque et, en fin de compte, résolu le problème ; et c'est lui qui a planifié et réalisé l'arc en pierre sèche sur le premier canal de 17,5 mètres de large.

Les deux récits nous donnent un bon aperçu des pièges de "l'ingénierie" au début du XIXe siècle et de la façon dont la confiance de l'ingénieur était peut-être plus en jeu que ne l'étaient nécessairement les concepts d'ingénierie.

À mesure que le pont Union et le canal Rideau progressaient, il y a eu plusieurs autres échecs avant que les deux projets ne soient achevés, ce qui nous donne d'autres exemples de la mesure dans laquelle l'ingénierie de cette époque était peut-être autant le fruit d'essais et d'erreurs que d'une expérience réelle.

Maîtrise de la Grande Chaudière

Plan et élévation des ponts par John Burrows, ingénieur, arpenteur et commis aux travaux, 1827

Durant l'été 1827, la deuxième arche de pierre et les deux ponts en porte-à-faux ont été achevés. Le plus petit pont en treillis sur le chenal à cages a été achevé en septembre 1826, au moment où la première arche de pierre était en cours de construction.


Puis il a fallu s'attaquer au chenal de 64 mètres de large des chutes de la Chaudière - une tâche qui n'est pas pour les faibles de cœur. La difficulté, comme l'a décrit Mactaggart, n'était pas seulement la largeur du chenal mais aussi la profondeur de l'eau ; "une sonde n'a pas encore trouvé un fond à 300 pieds (91m) de profondeur", écrit-il.

Pour combler le gouffre, cependant, ce ne serait ni Mactaggart ni Burrowes qui fourniraient la solution pour franchir le premier obstacle. Tout le mérite en revient à Heraldus Estabrook, capitaine de la milice de Hull [4], qui a récupéré un des deux canons de trois livres dans le hangar de l'artillerie de Hull, l'a amené au bord du canal de la Chaudière et a tiré une corde en travers.

Pour le premier essai, une corde de 1,27 cm a été utilisée, mais la force de l'explosion l'a coupée. Ils essayèrent à nouveau mais avec le même résultat. Sur la suggestion d'un des ouvriers, une corde de 2,54 cm a alors été utilisée et tirée juste au-dessus de l'île. Quatre cordes plus épaisses y ont été attachées, et ont été tirées en travers pour former une balançoire ou un pont de corde.

Sur le reste de l'opération, Thomas Burrowes écrira (en traduction)

"Un chevalet de bois de 3 m de haut fut érigé de chaque côté du canal, des cordes furent tendues sur leur sommet, formant des courbes caténaires, et furent fixées aux rochers à chaque extrémité. Sur ces cordes, des planches étaient posées transversalement à des distances appropriées, percées de trous et traversées par des goupilles pour maintenir les cordes à la bonne distance les unes des autres. Sur ces planches, des planches étaient posées longitudinalement et, près des extrémités, des taquets étaient cloués sur les planches pour faciliter la marche sans glisser. Ce pont fut érigé par M. Drummond [5] en une demi-journée, et fut d'une grande utilité pour faciliter le travail".

Plan d'un pont des chutes Chaudières, nov. 1827 - John Burrows, Musée des beaux-arts du Canada

"Les Chaînes - au nombre de trois - furent ensuite tendues en travers. Celles utilisées étaient jugées trop faibles, mais aucune autre n'était disponible. Le bois pour ce pont a été préparé sur la grande île, et les morceaux de chaînes ont été assemblés sur des piles de rondins grossiers qui les ont soulevées à la hauteur requise pour donner la courbe appropriée au pont. Quelques jours prouvèrent l'inefficacité des chaînes pour supporter la tension, car l'une d'elles céda et précipita plusieurs hommes dans le fleuve, qui furent sauvés par la promptitude de leurs camarades ; un bateau étant toujours gardé à portée de main en cas d'accident. Afin de réduire au maximum la tension sur les chaînes, le lieutenant-colonel By adopta la méthode indiquée dans le croquis ci-joint, et les travaux se déroulèrent rapidement".

Le croquis (ci-dessus) montre que deux chalands étaient ancrés à un point de rocher et avaient des vis de levage placées sur leurs ponts pour aider à supporter le poids du pont. Le récit de Burrowes se poursuit :

"L'anticipation d'une fin heureuse des travaux était telle que M. Drummond, au début du mois de novembre, a signé un contrat de 430 livres sterling pour les achever. Pendant l'hiver, rien ne se produisit pour retarder l'avancement des travaux, mais il fallut faire preuve d'une grande prudence pour se prémunir contre les fluctuations de la rivière agissant sur les chalands et par conséquent sur le pont. Malgré toutes les précautions prises, les chaînes s'avérèrent trop faibles. Le 10 avril 1828, alors que les travaux sont presque terminés, la chaîne du bas du Pont cède, précipitant huit hommes dans l'eau, dont un est malheureusement noyé*. Au moment où cette chaîne se brisa, l'un des charpentiers avait sa scie à main sous le bras, et bien qu'il se soit précipité d'une hauteur d'environ 12 m dans le torrent déchaîné en contrebas, et qu'il ait dû nager pour sauver sa vie, lorsqu'il fut récupéré par les hommes postés dans le bateau, on découvrit qu'il n'avait jamais quitté sa prise de la scie !"

*Même si les récits varient, pas moins de trois hommes se sont noyés.


Finalement, tous les travaux réalisés ont cédé et se sont écrasés dans la rivière. Sachant que ce sont les faibles chaînes qui ont causé l'accident, le colonel By a obtenu des chaînes "cloutées-brevetées" du chantier naval de Sa Majesté à Kingston et a ordonné la reconstruction du pont avec une plus grande largeur. Les chaînes supérieures ont tenu et le pont a été achevé avec succès au mois de septembre 1828.

Plan, élévation et section du pont en treillis au-dessus des chutes de la Chaudière, rivière des Outaouais, John Burrows 1830 - Bibliothèque publique de Toronto

Le début du canal

Le colonel By avait passé l'hiver 1826-1827 à Montréal, planifiant le début de la construction du canal, qui devait avoir lieu l'été suivant. Le projet du canal Rideau commencerait par la confirmation du tracé et de l'entrée du canal, la tâche de Mactaggart devant être accomplie au cours de l'hiver, et la construction des infrastructures qui permettraient d'entamer un énorme projet de cette nature : Les barraquements, les quais des bateaux à vapeur, le dépôt de marchandises et de fournitures et le logement des ouvriers. Ce sera un hiver très chargé pour le colonel By et pour John Mactaggart.

*La date, l'événement et les personnes dans ce compte sont réels. Les personnalités, leurs réflexions et leurs caractéristiques sont entièrement basées sur les récits personnels écrits par John Mactaggart (Three Years in Canada, Vol I et II), le récit écrit par Thomas Burrowes (Observations) et les lettres personnelles de Philemon Wright et de sa famille (The Wright Papers, BAC).


[1] John Mactaggart était un ingénieur et un auteur qui a été engagé par le lieutenant-colonel John By comme premier commis aux travaux pour le projet du canal Rideau. (cliquez ici pour plus d'informations)

[2] Extrait du récit intitulé Observations de Thomas Burrowes, géomètre, ingénieur et artiste. Burrowes est arrivé au Canada avec sa famille en 1826, et a obtenu un poste de superviseur des travaux du projet de construction du canal Rideau. Il est alors placé sous l'aile de John Burrows, un autre superviseur des travaux, qui affirme avoir formé Thomas Burrowes aux techniques d'arpentage et l'avoir préparé à son inscription en tant qu'arpenteur provincial. Plus tard promu au poste de directeur des travaux de la section sud du canal Rideau, Burrowes continua à assurer ce service jusqu'en 1846. Des extraits de ses écrits ont été tirés de Ottawa Past and Present par A.H.D. Ross. (cliquez ici pour plus d'informations)

[3] John Burrows (Honey) arpenteur, ingénieur, artiste et politicien ; remplace éventuellement Mactaggart en tant que responsable des travaux du canal Rideau (cliquez ici pour plus d'informations)

[4] Les milices coloniales étaient généralement des régiments de milice sédentaires locaux de soldats non professionnels dans tout le Canada, avant la Confédération. Heraldus Estabrooke était l'un des nombreux colons de Wright's Town figurant dans les rôles de la milice de Hull. Le premier capitaine de la milice de Hull, nommé en 1808, était Philemon Wright.

[5] Robert Drummond s'est fait connaître comme l'un des principaux entrepreneurs du canal Rideau. Il a été responsable de la construction d'un barrage et de quatre écluses à Kingston Mills, d'une écluse et d'un barrage à Davis Mills, et d'une écluse, d'un barrage et d'un déversoir à Brewers Mills (cliquez ici pour plus d'informations).


118 views
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told
SIGN UP AND STAY UPDATED!
  • Grey Facebook Icon

© 2020 by RickHenderson.  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon