Search
  • Rick Henderson

Les bâtisseurs de la capitale - Partie IV

Updated: Oct 10

Le traitement de canal capital

Plan of the line of the Rideau Canal Lt. Col. By Commanding Royal Engineer. John By, 1829. BAC

Comme nous l'ont raconté nos classes d'histoire du secondaire, le canal Rideau a vu le jour parce que la guerre de 1812 avait clairement illustré la vulnérabilité des ports et des navires du fleuve Saint-Laurent face à d'éventuelles incursions américaines. La Couronne cherchait une route intérieure plus sûre pour la navigation qui relierait la rivière des Outaouais à Kingston via la rivière Rideau.

Ce qui ne nous a pas été dit dans ces cours d'histoire était peut-être deux détails plus importants :

  1. Comment le colonel By a-t-il pu construire un canal dans un pays sauvage avec seulement ses Royal Engineers et une bande d'immigrants irlandais illettrés et turbulents ? PREMIER INDICE : comme nous l'avons vu dans les parties I-III de ce blogue, c'tait pas juste ça ! La Couronne savait qu'il y avait déjà une tonne de choses en place qui permettraient de planifier un tel méga-projet, dont la moindre n'était pas l'expertise que l'on trouvait à Wright's Town même.

  2. Se cacher des Américains était-il la seule raison de construire le canal Rideau ? DEUXIÈME INDICE : Regardez cette carte de 1827, ci-dessous, où c'est écrit : « Ligne du canal proposé depuis le lac Chaudière jusqu'au point de jonction avec le canal Rideau dans le grand marais de Dow - 6 miles. »

Sketch of the route of the Rideau Canal from Canal Bay in the Ottawa to the foot of the Black rapids, Henry Pooley, 3 mars 1827

Ainsi, la Couronne avait manifestement des projets bien plus importants que la simple protection d'une route entre la rivière des Outaouais et Kingston. En fait, d'après la carte, nous pouvons voir qu'une fois le canal Rideau (phase 1) construit, la phase 2 du plan consistait à créer une route de canal de navigation qui relierait à terme les rivières des Outaouais et Mattawa jusqu'au lac Nipissing, puis suivrait la rivière des Français jusqu'à la baie Georgienne, reliant ainsi Montréal à l'intérieur profond du pays par une route intérieure complètement protégée.

En marge, l'histoire souvent oubliée du canal Outaouais-Baie Géorgienne mérite d'être racontée pour ajouter au contexte. Le creusement du premier tronçon a commencé en 1854 au chutes des Chats. Il devait y avoir un canal de 4,5 km de long composé de six écluses (l'entrée du canal Rideau en compte huit).

Le contrat a été attribué à Ruggles Wright, John Egan et Joseph Aumond et près de 500 000 dollars ont été investis - une fortune à l'époque. 500 hommes ont été employés et des tonnes de poudre à canon ont été utilisées pour faire sauter un canal à travers le calcaire, mais en 1856, les travaux ont été interrompus en raison de dépassements de coûts et de difficultés techniques. Le canal n'était qu'à 15 m du lac des Chats et de son achèvement. Des traces du canal sont encore visibles aujourd'hui dans les régions de la baie Black et de la baie du Pontiac.

Vieux Canal près de Quyon Qc.

Au début du siècle suivant, le projet a été brièvement discuté et cette carte a été créée, mais le plan n'est jamais sorti de la planche à dessin.

Route proposé pour le canal Ottawa-baie Georgienne. Départment des travaux publics, Canada. 1907

Au début du XIXe siècle, la fureur du canal se produit tout partout parce que les chemins de fer étaient encore loin. Les canaux étaient considérés comme la solution au problème croissant de l'acheminement des produits manufacturés vers le marché.

Les pièces qui, curieusement, ont été mises en place pour la construction du canal Rideau, nécessitent cependant une brève balade dans cette histoire.

L'ère du canal - le prix des fossés

À la fin du XVIIIe siècle - une fois que les Américains ont mis fin à leur révolution inopportun - la construction de canaux a commencé de façon importante dans les colonies américaines. A l'étranger, l'Angleterre avait inauguré une nouvelle phase d'activité industrielle en créant de nombreux canaux, à commencer par l'achèvement du canal Bridgewater en 1776. Ainsi, avec l'abondance des rivières de ce côté de l'océan, il était tout à fait naturel que l'idée soit rapidement importée en Amérique du Nord.


Le premier grand canal à être construit aux États-Unis fut le canal Middlesex, commencé en 1793 et achevé en 1803 dans le Commonwealth du Massachusetts, pour un coût de 500 000 dollars. Cette nouvelle voie d'eau traversant le cœur du Massachusetts et menant au port de Boston, a créé une révolution dans le transport des marchandises et a relancé le commerce en déclin de Boston en tant que ville portuaire.


Peu de temps après la renaissance de Boston, New York a fait de même, en commençant la construction du canal Érié en 1817, qu'elle a achevé en 1825 pour un coût d'environ 7 millions de dollars.

Gravure d'un batteaux et un bateau Durham par Philip Lord Jr. 1810

Bateau paquet du canal Érié

Ces deux canaux n'étaient guère plus que de grands fossés creusés dans la terre, ne dépassant pas 12 pieds de large par endroits et d'une profondeur moyenne de 5 pieds. Ils permettaient aux batteaux, aux bateaux Durham, aux chalands et les barges jusqu'à 1,1 m de tirant d'eau d'être tirés par des chevaux et des mules marchant sur le chemin de halage. Les passagers étaient transportés dans des bateaux paquets, qui avaient un tirant d'eau aussi faible que les barges, mais disposaient également de cabines et de nombreux commodités confortables à bord.


Les écluses du canal Rideau étaient d'abord prévues pour mesurer 33m de long sur 6m de large, mais le colonel By soutenait qu'elles devaient pouvoir accueillir les nouveaux bateaux à vapeur de la marine. Il a gagné son pari et les plans ont été modifiés pour que les écluses mesurent 41m de long par 10m de large. L'estimation initiale pour le canal Rideau était de 474 000 £, la nouvelle taille des écluses a augmenté cet estimation à 576 757 £, mais le coût final réel était de 822 804 £. Le colonel By allait finalement payer un prix élevé pour ce dépassement.

Des liens curieux de la capitale

Le canal Middlesex forme des liens intéressants avec notre canal Rideau - un autre ajout à la curieuse histoire de la capitale.


Colonel Loammi Baldwin

Le premier de ces liens est que, une fois construit, le canal Middlesex traversait le cœur de Woburn, s'écoulant à seulement 2,4 km de la ferme de Philemon Wright lorsqu'il y vivait encore. Il a été en grande partie creusé par les fermiers du Massachusetts qui vivaient sur sa longueur. Philemon Wright, 33 ans, a-t-il participé à sa construction ? C'est une bonne question, je pense... mais étant donné que le voisin de Philemon et ancien commandant, le colonel Loammi Baldwin, était responsable de la construction du canal Middlesex, et que la famille de Philemon était l'une des principales familles (fondatrices) de Woburn, il est probable qu'il y ait participé.


Four à chaux à Hinterbruhl par Ferdinand Georg Waldmüller 1845

Le deuxième lien est que lorsque le colonel By et ses Royal Engineers commencent à construire les écluses d'entrée du canal à la rivière des Outaouais, c'est Philemon Wright & Sons qui devient le principal fournisseur du ciment hydraulique qui sera utilisé pour rendre les écluses étanches. Alors, comment un agriculteur qui se décrit lui-même aurait-il des connaissances sur la fabrication du ciment hydraulique, une invention très récente dans le monde industriel du début du XIXe siècle ?


Pour répondre à cette question, l'une des premières choses que Wright a construites dans son village a été des fours à chaux.[1] En tant qu'agriculteur pionnier, il était évidemment parfaitement au courant du processus de fabrication de la chaux vive pour la fabrication du plâtre, des engrais... et du mortier ! Ainsi, Philemon fabriquait du mortier au moins depuis le début de la période de colonisation. Mais le ciment hydraulique ?

La cémentation d'une proposition - le lieu de naissance d'une industrie canadienne

Le ciment hydraulique durcit lorsqu'on y ajoute de l'eau. Son utilisation remonte aux Romains qui se contentaient de rassembler les cendres volcaniques et de les mélanger à de la chaux. Comme beaucoup de leurs monuments, bâtiments et ports construits il y a 2000 ans sont encore debout aujourd'hui, beaucoup en 18e siècle cherchaient à découvrir ce processus qui avait été perdu pour l'histoire.


Harwich, Angleterre

En 1796, l'Anglais James Parker a «redécouvert» le procédé et a breveté ce qu'il a judicieusement appelé le ciment romain. Il a rapidement gagné en popularité et en 1832, il y avait cinq usines autour de Harwich, en Angleterre, qui produisaient du ciment romain. Plus tard, dans les années 1850, le ciment romain sera remplacé par la nouvelle norme industrielle appelée ciment Portland, brevetée par Joseph Aspdin et perfectionnée par son fils William.


En creusant un peu (pardon ;-) dans l'histoire du canal Middlesex, on apprend que Loammi Baldwin - considéré comme le père du génie civil en Amérique - a adapté le ciment hydraulique pour l'utiliser sur le canal.[2] Son ciment a d'abord servi à construire les trois écluses entre le terminus nord du canal et la rivière Merrimack.

Puis, en préparation du projet de canal Érié, un homme nommé Canvass White s'est rendu en Angleterre pour étudier le système des canaux. Là-bas, il a appris à fabriquer du ciment romain et a amélioré le processus, en baptisant son produit ciment Rosendale. Celui-ci a été utilisé dans la construction de leurs écluses.


Revenons maintenant au canal Rideau et à notre ami John Mactaggart, Clerk of the Works et ingénieur en chef du projet. Alors que la construction du pont Union et du canal Rideau allait commencer, Mactaggart allait compter sur Philemon Wright et ses fours à chaux pour fournir une grande partie du mortier dont il aurait besoin. Une partie du ciment était importée dans des barils des États-Unis et d'Angleterre, mais Mactaggart s'est vite rendu compte que le ciment des Wright était bien meilleur et certainement plus frais.



Majeur-général Edward Charles Frome

L'ingénieur royal, le lieutenant Edward Charles Frome - plus tard, Surveyor General of South Australia & Mauritius - déclara dans son rapport que (en traduction) « le ciment était fait à partir d'une pierre extraite de l'autre côté de la rivière des Outaouais, qui, étant brûlée et broyée très finement, s'avéra être un meilleur ciment-eau que certains obtenus des États-Unis, et bien supérieur au ciment de Harwich, qui fut presque gâché avant d'atteindre le canal. »


L'association de Philemon avec Loammi Baldwin lui a peut-être permis d'obtenir une première bonne recette de ciment, mais en 1830, avant l'achèvement du canal, Philemon a commencé à vendre un nouveau produit après avoir reçu une lettre secrète d'un certain Charles Wright à Hubbardston Mass. dans laquelle Charles parle à Philemon d'un processus industriel qu'il contrôlait, puis l'offre à Philemon de l'exploiter grâce à la force hydraulique des chutes de la Chaudière.


Ruggles Wright

Dans les papiers personnels de Ruggles Wright, il y a un document - daté de 1830 - qui est intitulé (en traduction) Instructions pour la fabrication du ciment romain. Les Wright avaient manifestement amélioré leur recette originale et ont donné un nom au nouveau produit : Hull Cement.





Charles Brown Wright

Le fils de Ruggles, Charles Brown, reprendra finalement la fabrication du Hull Cement et la société qu'il crée - C.B. Wright & Sons - fusionnera finalement avec d'autres en 1903, pour devenir l'International Portland Cement Company, qui revendique d'avoir donné naissance à l'industrie cimentière canadienne.


Si l'on considère l'histoire de la production du ciment pour la construction du canal Rideau et du pont Union, je pense qu'on peut affirmer que Philemon Wright and Sons mérite à juste titre de porter cet insigne d'honneur corporatif.



Wright & Co. Hull Qc. BAC

Dam Wright !

Quant à savoir quand Philemon a acquis toutes ses connaissances en matière de construction en pierre, nous avons son association avec Loammi Baldwin et le canal Middlesex, mais nous avons aussi le récit de Thomas Burrowes sur la construction de la première arche du pont Union pour nous donner un très bon aperçu. Dans le récit de Burrowes, vous vous souviendrez que non seulement Philemon a convaincu Mactaggart de reconstruire l'arche après l'effondrement de la première, mais il l'a également convaincu qu'une arche en pierre sèche (sans mortier) résisterait à la fois au temps glacial et aux inondations printanières des chutes de la Chaudière.

En plus, il faut savoir que pendant la construction du canal, deux grands barrages ont été planifiés par le colonel By. L'un devait être un énorme remblai/barrage qui transformerait le grand marais de Dow en un lac navigable, l'autre était un barrage plus important à Three Rock Rapids (aujourd'hui connu sous le nom de Hog's Back) afin d'inonder la rivière Rideau et de la rendre navigable jusqu'au niveau inférieur des Black's Rapids.[3]


Deux tentatives ont été faites par l'entrepreneur Walter Fenlon pour endiguer Hog's Back, mais les deux se sont effondrées et ont été emportées par les eaux. Cependant, les deux fois, un batardeau temporaire avait été construit par Philemon Wright pour retenir les eaux pendant que Fenlon construisait le barrage, et les deux fois, le batardeau avait tenu. Le colonel By décida alors que le barrage serait construit en adaptant la structure de Wright et que ce dernier construirait également la digue du lac Dow.

Comment est-il possible que Wright ait plus de succès que les ingénieurs à la construction du barrage ?

Là encore, il suffit de lire le rapport de Philemon de 1824 à l'Assemblée du Bas-Canada. Dans ce rapport, Philemon décrit le barrage en pierre qu'il a construit à l'embouchure des chutes de la Petite Chaudière (en traduction) : « 1820 : Construit ... deux nouveaux moulins - un moulin à scie et un moulin à grains au coût de 1 600 £, avec un coûteux barrage de pierre pour acheminer l'eau auxdits moulins, de 400 mètres de long, 6 mètres de large et 3 mètres de profondeur, les murs de chaque côté sont construits avec la meilleure et la plus grande pierre de carrière, l'ensemble de la pierre est brute sur les faces avant, l'intérieur des murs est rempli de pierre pilée ; C'est le meilleur œuvre de maçonnerie en Amérique du Nord, comme beaucoup le pensent ; certaines pierres ont nécessité dix jougs de bœuf pour les attirer sur place, le coût était d'environ 2 000 livres. » Il convient de noter que l'un des premiers bâtiments que Wright a construit pour la communauté était une loge maçonnique et qu'il était Maître Maçon. Philemon était un franc-maçon à une époque où la franc-maçonnerie était encore très étroitement liée au métier de maçon.

Ce barrage de pierre est toujours en place aujourd'hui, tout comme la première arche du pont (connue sous le nom d'arche n°3, aujourd'hui) qu'il a construit.

Detail du barrage Wright et la première arche du 'Plan and Section of the Chaudiere Falls Ottawa River', Thomas Burrowes, 1830

SUIVANT : LA FIN - de plusieurs manières...

[1] "Un four à chaux est utilisé pour produire de la chaux vive par la calcination de la pierre calcaire (carbonate de calcium). Cette réaction a lieu à 900 °C mais une température d'environ 1000 °C est généralement utilisée pour faire précéder rapidement la réaction. La chaux vive était utilisée pour fabriquer du plâtre et du mortier pour la construction de bâtiments". (Pour plus d'informations - en anglais, cliquez ici)

"Les agriculteurs du début du XIXe siècle construisaient des fours pour leur propre usage ou pour un usage local, soit sur un terrain proche de la carrière de calcaire, soit sur un terrain boisé, selon le jugement du propriétaire qui devait transporter la pierre ou le combustible jusqu'au four". (Pour plus d'informations - en anglais, cliquez ici)

Au début des années 1800, les fours à chaux pouvaient brûler 6 à 30 tonnes de roche en un cycle de 7 jours. La chaux était ajoutée au bois et brûlée. Le bois devait être ajouté par les côtés pendant trois ou quatre jours pour maintenir la chaleur. Le four avait ensuite besoin d'une période de refroidissement avant que la chaux puisse être retirée.

Wright's Town - John Burrows (Jan 26, 1824) BANQ CN301,S49,D3441

Sur cette carte de 1824 de la ville de Wright, réalisée par John Burrows (signée par Philemon Wright), on peut voir les Dryhouse and lyme kilmns (sic).

Il y avait au moins huit fours à chaux dans Wright's Town lorsque la construction du canal Rideau a commencé.




Four à chaux et le dépôt sec,1840

[2] "Baldwin fabriquait ce matériau en broyant du "trass" très fin, et en le mélangeant avec de la chaux et du sable. Le "trass" est une pierre volcanique que la Middlesex Canal Company a importée des Antilles néerlandaises. Trouver une source de pierre volcanique dans le monde occidental, l'importer, développer un bon procédé de travail, construire les écluses du canal et enregistrer la formule a été une contribution certaine. Des années plus tard, sa formule est apparue dans des livres de génie civil, ce qui a peut-être été la première utilisation de ciment hydraulique aux États-Unis". (Pour plus d'informations - en anglais, cliquez ici et ici)

"La construction du canal Érié à New York a marqué un tournant dans l'histoire de la construction des canaux aux États-Unis ... L'un des ingénieurs engagés pour le canal était Canvass White ... Avant le début de la construction, il a pris l'initiative de se rendre en Angleterre pour étudier le système des canaux. Là-bas, il a beaucoup appris sur le ciment hydraulique. Celui-ci a été utilisé pour la construction des écluses. (Pour plus d'informations - en anglais, cliquez ici)


[3] Pour un historique détaillé du barrage de Hog's Back, cliquez ici. Pour un historique détaillé de la digue du lac Dow, cliquez ici. et ici.

179 views
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told
SIGN UP AND STAY UPDATED!
  • Grey Facebook Icon

© 2020 by RickHenderson.  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon