Search
  • Rick Henderson

Les bâtisseurs de la capitale - Epi(b)logue

Updated: Oct 17

La fin peu glorieuse de deux hommes glorieux

Funérailles d'André Cailloux de Nouvelle-Orléans, 29 juillet, 1863 - Harper's Weekly

Ingénieur, superviseur du canal Rideau mis au repos

NÉCROLOGIE - John Mactaggart, Esq., le vendredi 8 janvier, à sa résidence de Wright's Town L.C., de Brogue Kirkcudbright, INGÉNIEUR CIVIL et CLERK OF THE WORKS DES ROYAL ENGINEERS, âgé de 37 ans, fils de James McTaggart et de sa défunte épouse, Mary Sproat. C'était un fils gentil et affectueux, un ingénieur civil accompli, un auteur et un poète, et un ami sincère et chaleureux.

Sélectionné par LIEUT.-COL. JOHN BY, M. Mactaggart était le superviseur de la construction du PONT UNION et il a confirmé le tracé du CANAL RIDEAU, et pour cela, les citoyens de BYTOWN lui doivent une importante dette de gratitude.

Ses funérailles à l'église St. James à Wright's Town ont été assisté en présence de l'ancien GOUVERNEUR DE L'AMÉRIQUE DU NORD BRITANNIQUE, Sir George Ramsay, 9ème comte de Dalhousie, COL. BY, de nombreux membres des ROYAL ENGINEERS et un grand nombre d'habitants de Bytown et Wright's Town. M. Mactaggart a été inhumé dans un lieu d'honneur au cimetière St. James à Wright's Town.

Le fondateur de Bytown repose avec tous les honneurs militaires

NÉCROLOGIE - LIEUTENANT-COLONEL John By des ROYAL ENGINEERS, à sa résidence dans la ville qui porte son nom, âgé de 56 ans, fils de feu George By et de Mary Bryan. Il a laissé une veuve, Esther March, et deux filles pour pleurer sa perte. Pendant son service au Canada, il a travaillé aux défenses du Québec ; il a été fondateur de cette ville, constructeur du PONT UNION et du CANAL RIDEAU. Il était un soldat loyal et fidèle au sein du KING'S COMMAND ; un mari et un parent aimable et affectueux ; et un ami sincère et chaleureux.

Entré à la Royal Military Academy de Woolwich (Londres), il obtient une commission le 1er août 1799 comme sous-lieutenant dans la ROYAL ARTILLERY, mais est transféré aux ROYAL ENGINEERS le 20 décembre. Il participe avec distinction à la guerre de la Péninsule, en prenant part aux sièges de Badajoz, en Espagne, en 1811.

Le lieutenant-colonel John By, qui est mort le 1er février, a été conduit à son lieu de repos avec les plus grandes funérailles militaires jamais organisées dans la vallée de l'Outaouais. Ses funérailles ont eu lieu dans la chapelle de Barrack Hill, en présence du GOUVERNEUR DE L'AMÉRIQUE DU NORD BRITANNIQUE, Archibald Acheson, 2e comte de Gosford, GOUVERNEUR LIEUTENANT DU HAUT-CANADA, Sir Francis Bond Head, la Compagnie des ROYAL ENGINEERS, la 15e Compagnie des ROYAL SAPPERS AND MINERS et de nombreux citoyens éminents de Bytown et de Wright's Town. Aujourd'hui, sa dépouille mortelle a été transportée par un char d'assaut escorté par la cavalerie en uniforme complet et déposée dans un endroit bien visible du cimetière St. James, où il a reçu une salve de 19 coups de feu.

Ces deux nécrologies n'ont jamais été écrites

et les funérailles décrites n'ont jamais eu lieu. Dans un monde meilleur, ils l'auraient fait, mais après la construction du canal, les deux hommes sont retournés à l'étranger et sont morts, sans grande fanfare, à l'autre côté de l'océan.

Comment est-ce possible, étant donné que les deux hommes avaient accompli de grandes choses au service de leur roi ? La réponse à cette question est ... compliquée. Alors, commençons par :

John Mactaggart

Lorsque John Mactaggart est arrivé à Wright's Town pour prendre en charge le projet monumental de construction du canal Rideau, il était enthousiaste. Il était certainement impatient d'assumer ses nouvelles responsabilités, mais en tant que jeune homme de 35 ans, il était surtout enthousiaste à l'idée d'explorer ce nouveau monde - le fouiller, comme il aimait l'appeler.

Il a eu l'occasion de remonter le Saint-Laurent jusqu'aux Grands Lacs. Comme nous le dit le Dictionnaire canadien des biographies : "Il se délectait de ses randonnées, satisfaisant son appétit pour l'histoire sociale et naturelle, et réalisa de nombreux projets accessoires tels que des reportages sur le Canal Welland (dont il critiqua sévèrement la conception et la construction), le Canal de Burlington Bay et les plans d'un chantier naval à Kingston".

Il a écrit plusieurs articles pour le Montreal Herald, lors de son séjour au Canada, qui lui ont valu d'être nommé à la Société d'histoire naturelle de Montréal. Ses deux chefs-d'œuvre, cependant, ont été écrits en Écosse, Three Years in Canada : An Account of the Actual State of the Country en 1826-7-8 et son Scottish Gallovedian Encyclopedia - The Original, Antiquated, and Natural Curiosities of the South of Scotland, écrite en 1824. Ce sont tous deux des joyaux. Three Years in Canada est à lui seul un témoignage historique de la naissance de la capitale qui ne ressemble à aucun autre - et un véritable instantané du pays à un moment charnière dans le temps.

Mais le Canal Rideau était sa principale préoccupation. Selon ses propres termes, il a écrit (en traduction) : "Chacun à son affaire ; et comme c'est la mienne au Canada, je suis bien sûr plus à l'aise sur ce sujet que sur tout autre. Il m'a réclamé la plus grande partie de mon attention pendant mon séjour au pays, et en me confinant à celui-ci, il m'a empêché d'explorer beaucoup de choses que j'aurais dû faire autrement ; pourtant, par ce confinement même, j'ai été mieux à même d'examiner les choses minutieusement ; et les déclarations qui vont être faites, constitueront des données sûres pour diverses déductions, qui pourront être appliquées à l'ensemble de l'Amérique du Nord".

Peu de temps après son arrivée dans la vallée de l'Outaouais, Mactaggart fouillait dans les fourrés et les marécages qui couvraient les terres entre la rivière de l'Outaouais et les Rapides Black. Ses recommandations furent adoptées et le chemin du canal que nous voyons aujourd'hui à travers Ottawa fut la voie choisie, et tout cela alors qu'il supervisait la construction du Pont Union - un pont de sa conception - et la mise en place de toutes les infrastructures nécessaires à la construction du canal.

En décrivant l'exploration de la route qui menait au grand marais de Dow, Mactaggart a écrit que c'était "un endroit qui nous a coûté beaucoup de peine à explorer, en raison du temps froid, des broussailles épaisses et des environs du marais qui n'étaient pas assez solides pour supporter une personne correctement". Début novembre, lui et huit compagnons - trois Royal Engineers, trois bûcherons et deux porteurs - ont tenté de franchir les 6,5 km, mais trouvant le terrain marécageux pratiquement impraticable, ils ont dû attendre que le gel ait solidifié le sol suffisamment pour y marcher - et même alors, ils ont trouvé que c'était un dur labeur.

Mactaggart devra répéter une opération similaire tout au long de l'été 1827, car il devra vérifier tout le parcours du canal, de la rivière des Outaouais à Kingston à travers la forêt, les tourbières, les marécages et les lacs. Comme cela a été démontré à maintes reprises, les marais étaient un terrain propice à la malaria et Mactaggart n'a pas été épargné par plusieurs crises de "fièvre des marais". Bien qu'il se remette de chaque épisode, le résultat cumulé s'est avéré quelque peu débilitant.

Mactaggart retourna à l'étranger en raison des conséquences sur sa santé, mais l'histoire a laissé une marque noire sur son dossier, ce qui a eu pour conséquence de diminuer la reconnaissance de ses contributions : il fut congédié en tant que Clerk of the Works sur ordre du gouverneur Sir James Kempt pour "ivresse au travail". La pertinence de cela est toutefois sérieusement mise en doute - du moins en ce qui concerne cet auteur.

Le colonel By, lui-même, n'a pas ressenti le besoin d'offrir à Mactaggart autre chose que des éloges. Dans sa lettre de recommandation, écrite au général Mann, inspecteur général des fortifications, Board of Ordnance, en 1828, il écrit (en traduction) :

" MONSIEUR, j'ai l'honneur de déclarer, pour l'information de Sa Seigneurie le Maître Général, et du très honorable et très honorable Conseil, que M. Mactaggart, commis aux travaux du canal Rideau, est tellement remis d'une dangereuse fièvre, qu'il peut retourner en Angleterre selon les ordres. Et je vous prie de me permettre de vous dire que j'ai trouvé en lui un homme aux fortes capacités naturelles, bien ancré dans la partie pratique de sa profession, et un homme zélé et travailleur sur le terrain.

Je le recommande très respectueusement à votre protection et à celle de l'Honorable Conseil. Il aime la recherche et l'exploration de ce pays encore inexploré ; ses rapports sont fidèles et je l'ai toujours trouvé un homme d'honneur et d'intégrité. "

Une autre lettre de Mgr Alexander MacDonnell, évêque catholique du Haut-Canada, déclare (en traduction) :

" MONSIEUR, "Le zèle chaleureux dont vous avez fait preuve pour faire avancer les améliorations des Canadas depuis que vous êtes à la tête du ministère des Colonies, m'incite à croire qu'il ne serait pas inacceptable pour vous, Monsieur, de recommander le porteur, M. Mactaggart, à votre avis, comme étant peut-être l'ingénieur et le géologue le plus habile et le plus compétent qui ait jamais été dans ces provinces pour explorer les productions naturelles et les ressources latentes du pays.

En recommandant M. Mactaggart, je me fie beaucoup plus au témoignage du colonel By, des Royal Engineers, et d'autres messieurs aux talents et à la science supérieurs dans ces branches, qui m'ont parlé de lui en termes élogieux, qu'à mon propre jugement. "

John Mactaggart retourna dans sa ville bien-aimée de Borgue, Kirkcudbrightshire dans la région de Galloway en Écosse et mourut deux ans plus tard, le 8 janvier 1830, à l'âge de 38 ans. Il est enterré avec ses parents et ses frères et sœurs dans la parcelle familiale de l'ancien Senwick Kirkyard à Galloway. Il est à noter que six de ses neuf frères et sœurs sont également décédés en bas âge. [1]

Dans son encyclopédie gallovédique écossaise, John Mactaggart a écrit le poème suivant, qui nous dit que bien que sa fin soit arrivée beaucoup trop tôt, il repose éternellement dans le lieu qu'il avait choisi :

When I am dead, may they their hoary bard

Clap i'the mools o' Senwick's lane kirk yard;

Aside the auld gude friens wha mony a day

Took pity on my haffets growing grey,

And at my head set up an auld sea sclate,

Wi' thae words on't, coined in my curious pate-

"Here Hackston lies, Borgue's lourat mony a year

"Without his saul - whar's it, we canna hear;

"He liked rhyme, was fond o' the wee drap,

"And now he sleeps as sound as ony tap." [2]


Monument de la famille McTaggart au Senwick Kirkyard, Galloway, Écosse
Senwick Kirkyard, Galloway, Écosse

Lieutenant colonel John By


"Il est dommage que faire de son mieux ne réponde pas toujours."

- Charlotte Brontë, Jane Eyre (en traduction)

Il n'est pas nécessaire de passer en revue toute l'histoire de la création du Canal Rideau pour savoir qu'il s'agissait d'une merveille d'ingénierie en son temps ; un projet de construction novateur, complexe, en plusieurs étapes, qui a été mis en œuvre dans une région sauvage dangereuse et difficile - une région sauvage dont le colonel a contracté, comme les nombreux hommes qui travaillaient sous sa responsabilité, la malaria et qui, comme eux, allait souffrir de nombreux problèmes de santé.

C'est sous l'habile commandement du colonel By que le canal a été construit, mais c'est également sous son commandement que le Pont Union a été construit et que la conception de la ville elle-même a été établie.

Néanmoins, à l'achèvement du canal, en 1832, le colonel By a dû faire face à un rappel en Grande-Bretagne. Il ne fait guère de doute qu'il voulait rester au Canada, car il avait acheté 600 acres derrière la propriété de Nicholas Sparks qui couvrait l'are qui s'étend aujourd'hui de Bronson à la rivière Rideau. Il n'a jamais pu le faire.

Sous le nouveau gouvernement réformateur britannique, le Trésor britannique ordonna la destitution du colonel By et son rappel en Angleterre en mai 1832.

Le coût final du canal s'élevait à 822 804 £, alors que le premier montant approuvé avait été de 576 757 £. Cependant, cette première estimation ne comprenait aucun coût pour les travaux militaires le long du canal. Le montant final de 777 146 £ soumis par By au Board of Ordnance en 1832 était assez proche de l'estimation finale qu'il avait présentée en 1831, mais l'augmentation du montant final était principalement due au coût des règlements d'acquisition des terres.

Les membres du nouveau gouvernement réformateur étaient furieux de la décision du gouvernement précédent d'autoriser l'achèvement du projet indépendamment des montants qui avaient été approuvés au départ. Les réformistes étaient très opposés à l'idée de dépenser l'argent des impôts britanniques pour des projets de défense des colonies.

Sir James Kempt - un homme qui sera nommé gouverneur en remplacement de Lord Dalhousie - avait fait une visite officielle du canal en 1828 et son rapport contenait un certain nombre de recommandations qui "n'ont pas réussi à freiner l'escalade des coûts et la somptuosité avec laquelle By a continué à dépenser l'argent des contribuables britanniques". [3] On reprochait au colonel By de défier le Parlement alors qu'en fait, la responsabilité des dépassements de coûts incombait au Board of Ordnance ; on le poussait dans le pire des jeux politiques : celui du bouc émissaire.

En fin de compte, John By a été disculpé à chaque audience tenue dans cette affaire, mais le tort causé à sa réputation a été fait. Normalement, un commandant responsable de la réussite d'un tel projet aurait été anobli, mais aucune mention officielle ne lui a été décernée.

La santé défaillante de John By, due à ses efforts dans les marais du Canada, combinée à la tristesse de ce traitement brutal, a accéléré sa mort. Il meurt dans la petite ville de Frant, en Angleterre, le 1er février 1836, à l'âge de 56 ans, et est enterré au cimetière de Saint-Alban, sans fanfare. [4]

Tragiquement - mais peut-être heureusement - sa famille endeuillée n'aura pas à subir longtemps ce déshonneur. Sa femme Esther mourut deux ans plus tard, en février 1838. Sa plus jeune fille, Harriet, meurt en 1842 à l'âge de 21 ans. Sa fille aînée, Esther, s'est mariée et a eu deux filles, mais toutes deux sont mortes en bas âge. Esther mourut à 29 ans. Le frère aîné de John By, George, est mort sans laisser de trace en 1840. Son frère cadet, Henry, se maria et eut deux enfants, mais Henry mourut en 1852, précédé de ses fils qui moururent tous deux sans laisser de descendance en 1847. Ainsi, au milieu des années 1800, il ne restait plus aucun membre de la famille pour se souvenir et promouvoir les incroyables réalisations de John By.

Jusqu'en 1954, le seul honneur accordé au colonel By à Ottawa, la ville qu'il a fondée, était son nom gravé sur un cube de granit dans le parc Majors Hill. Il avait été installé en 1932 et était censé être le socle d'une statue qui n'a jamais été installée. Jusqu'alors, même le parc où il avait construit son heureuse maison, avait été nommé en l'honneur du majeur Bolton qui l'y avait remplacé.

Aujourd'hui, cette statue promise du colonel By a été poser sur ce socle de granit dans le parc et la ville l'honore de diverses manières, mais tous les honneurs qu'il reçoit aujourd'hui ne pourront jamais effacer la douleur et la misère qu'il a dû endurer à la fin de sa vie. Une fin peu glorieuse pour un homme glorieux.


Le cimetière St. Alban, Frant RU par Susan MS
Monument du col. By au cimetière St. Alban Cemetery, Frant, RU par Susan MS
Lieut. col. John By dans le parc Majors Hill

[1] John a épelé son nom de famille, Mactaggart. L'inscription sur le banc commémoratif de la famille à Senwick Kirkyard, l'épelle McTaggart. On peut y lire :

"En mémoire de James McTaggart, décédé à Torrs of Kirkcudbright le 21 janvier 1832, à l'âge de 75 ans. Et de sa femme, Mary Sproat, décédée le 29 mai 1829, à l'âge de 57 ans. Et aussi de leurs enfants : Mary, décédée en mars 1817, à l'âge de 7 ans. Margaret, décédée le 14 avril 1817, à l'âge de 21 ans. Isabella, décédée le 17 juillet 1829, à l'âge de 34 ans. John, décédé le 8 janvier 1830, à l'âge de 32 ans.(sic) Alexander, décédé le 13 mai 1833, à l'âge de 29 ans. Egalement James McTaggart, décédé le 17 août 1847, à l'âge de 46 ans. Isaac McTaggart, décédé à Ottawa, Upper Canada, le 18 décembre 1864, à l'âge de 57 ans*, ainsi que William McTaggart, décédé à Underwood le 5 mai 1868, à l'âge de 52 ans. Egalement Eliza Cunningham, épouse de George McTaggart, décédée à Overlaw, le 6 octobre 1872, à l'âge de 55 ans. Egalement George McTaggart, d'Overlaw, décédé à Castle Douglas, le 19 novembre 1878, à l'âge de 74 ans".

*UNE ANECDOTE D'HISTOIRE CURIEUSE : Isaac McTaggart a vécu et travaillé à Ottawa sur la rue Vittoria en tant qu'ingénieur civil et arpenteur, la même profession que son frère, John. Isaac et sa femme Anna Maria Stevenson ont eu une fille, Jessie, qui a épousé Norman W. Bethune, fils de Norman Bethune père.

Norman Bethune père (1789-1848) était King's Auctioneer à Montréal avec son collègue Alexander Henry (le grand explorateur). Bethune était également propriétaire d'une agence de transport commercial à Lachine pour les batteaux et des bateaux Durham de la route du Saint-Laurent vers les Grands Lacs. Il épouse Margaret Kittson, dont le père est le beau-fils d'Alexander Henry.

Norman Bethune père était l'arrière-grand-père du célèbre Dr Norman Bethune.

Isaac McTaggart a été enterré au cimetière de Sandy Hill lorsqu'il est mort et, plus tard, sa dépouille a été transférée au cimetière Beechwood.

[2] Son poème en vieil écossais, se traduit à peu près par :

Quand je serai mort, qu'ils mettent leur vieux poète

Dans la terre battue du cimetière de la ruelle Senwick ;

A côté des vieux et bons amis avec qui il a passé beaucoup de temps,

Qui ont eu pitié de ses affects qui devenaient gris,

Et à sa tête, installez une vieille pierre tombale,

Avec les mots qui y figurent, concus dans sa tête curieuse -

"Ici repose Hackston*, lauréat de Borgue, de nombreuses années

"Sans son âme - où est-elle, nous ne pouvons pas savoir ;

"Il aimait la rime, aimait un petit dram,**

"Et maintenant, il dort aussi profondément que n'importe quelle tête (ou bec)." ***


* Signifiant "un vieux guerrier" - la référence est à David Hackston, un militant Covenantaire écossais.

** Le "wee drap" est la même chose que le "wee dram", donc "un petit dram" de scotch surtout. Mactaggart aimait le scotch !

*** Mactaggart fait un jeu de mots : son utilisation du mot "tap", ici, peut se traduire en soit la tête, soit (en se référant à la ligne juste avant) un bec ou du petit robinet utilisé pour verser de l'alcool.

[3] Tiré du Dictionnaire biographique du Canada


[4] Le mémorial, érigé par sa femme Esther dans l'église St. Alban, reflète la tristesse de celle-ci face au terrible traitement qu'il a reçu. On peut y lire (en traduction) :

Sacré à la mémoire de

Lieutenant Colonel John By, Royal Engineers

de Shernfold Park dans cette paroisse.

Zélé et distingué dans sa profession,

tendre et affectueux comme mari et père,

et regretté par les pauvres, il s'est résigné à son Créateur,

dans une confiance totale dans les mérites de son bienheureux Rédempteur,

le 1er. février 1836, à l'âge de 53 ans,*

après une longue et douloureuse maladie,

par son zèle et son dévouement infatigables au service

de son roi et de son pays, dans le Haut-Canada.


* Il y a une certaine confusion quant à la date de naissance de Jean. Sa plaque commémorative à Frant indique que c'était en 1783.

83 views
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told
SIGN UP AND STAY UPDATED!
  • Grey Facebook Icon

© 2020 by RickHenderson.  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon