AYLMER : L'histoire des deux débarcadères (1800-1830)

Updated: Sep 16


Le débarcadère du lac-Chaudière. Detail d'une gravure par William H.Bartlett 1842

Prologue

LES CHRONIQUES DE LA CAPITALE, depuis le tout début, ont pour but de raconter des histoires de l'histoire curieuse de la capitale - l'histoire méconnue.

Alors, qu'est-ce qui rend l'histoire curieuse ? Dans un blogue précédent intitulé Le problème avec l'histoire - Elle devient de plus en plus curieuse ... (que vous pouvez consulter ici), j'ai écrit comment une histoire curieuse peut naître en utilisant les exemples des deux " histoires fondatrices " établies de Deschênes et d'Aylmer - les 2e et 3e colonies de la vallée de l'Outaouais. (À vrai dire, je crois qu'il est plus exact de dire que ces deux établissements faisaient en fait partie du premier établissement colonial fondé par Philemon Wright et ses associés... mais permettez-moi de mettre cela de côté pour ne pas être accusé de créer ma propre histoire curieuse).

À mon avis, Bytown a été fondé par le colonel By qui a construit le canal Rideau. Maintenant, nous savons tous qu'il ne l'a pas fait tout seul, donc il y a de la place pour les contributions des autres, mais ne serait-il pas curieux de dire qu'Ottawa a été fondée par John Scott, le premier maire, ou de dire que Philemon Wright a fondé Ottawa ?

NOTE : Je dois partager : Dès que j'ai écrit cela, j'ai cherché sur Google « fondation de la ville d'Ottawa » La première chose que j'ai vue était :« 1855. La ville a été constituée en tant que ville en 1850 et en tant que ville d'Ottawa en 1855. » La prochaine chose que j'ai vue était : « Les gens demandent aussi : Qui a fondé Ottawa Ontario ? La réponse était Philemon Wright. » Il semble donc que de ce côté-ci de la rivière, au moins, l'histoire curieuse de nos villes pourrait avoir été écrite par Google. Que Dieu nous aide !

Appeler quelque chose une histoire curieuse ne signifie pas que l'histoire n'a aucune valeur. C'est une façon de dire qu'elle ne contient pas toute l'histoire, ou qu'elle accorde une importance excessive à une partie de l'histoire. Le problème est que plus l'histoire curieuse est répétée, plus d'autres parties importantes de l'histoire sont ignorées et oubliées.

Laissez-moi vous donner un exemple clair : Compte tenu des événements récents, nous aurions probablement dû faire plus attention de ne pas nommer Sir John A. MacDonald LE PÈRE de la Confédération, alors que nous savions qu'il y avait 37 pères de la Confédération. Ainsi, lorsque l'un d'eux serait inévitablement - et, en fin de compte, littéralement - descendu du piédestal, il y en aurait toujours eu 36 autres parmi lesquels choisir pour prendre sa place. Je dit juste que...

Donc, tout cela étant dit, voici une chronique sur l'histoire qui devrait être racontée sur les premiers jours des 2e et 3e colonies de la vallée de l'Outaouais.

Pourquoi ici ?

L'HISTOIRE de l'établissement colonial ici peut facilement être comprise comme une simple histoire d'opportunisme - des terres étaient disponibles, les colons ont profité de l'occasion. Cependant, ce qui est peut-être moins facile à comprendre, c'est ce qui a motivé des gens à emballer tout ce qu'ils possédaient, à vendre leur propriété et à se rendre dans cette région complètement sauvage qu'était la vallée de l'Outaouais en 1800 pour s'y établir.

Deux circonstances de la vie en Amérique du Nord permettent de l'expliquer pleinement :

  1. On estime que la population nord-américaine de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle vivait en grande majorité dans des fermes (83 à 90 %) [1].

  2. La grande majorité de ces fermes faisaient partie ou se trouvaient à proximité des champs de bataille des empires : la guerre de Sept Ans (1756-1763), la guerre d'Indépendance (1775-1783) et la guerre de 1812 (1812-1815).

Avec les horreurs de ces guerres sanglantes et la présence constante d'une République américaine belliqueuse et instable, il n'est pas étonnant que les gens rêvaient partout de trouver un foyer paisible loin des conflits et des difficultés, cherchant à s'échapper vers un endroit où leur famille pourrait être en sécurité.

L'établissement

LA COLONISATION de la vallée de l'Outaouais n'a commencé qu'en 1791, car la Couronne a fait un effort conscient pour ne pas la coloniser jusque-là, essentiellement pour protéger le commerce très lucratif des fourrures sur la rivière.

Une cabane sur le lac-Chaudière par William H. Bartlett c1842

Mais à la fin du XVIIIe siècle, la Couronne britannique comprend aussi la façon de faire du monde (lire « droit international ») qui exige qu'une nation occupe et contrôle les territoires qu'elle revendique.

Le Conseil exécutif provincial du Bas-Canada a donc annoncé un nouveau programme appelé le système de concession de terres des chefs et associés [2], qui allait devenir le principal facteur déterminant de la croissance de toutes les nouvelles colonies de la vallée de l'Outaouais.

N.B. - Il faut noter ici que la vallée de l'Outaouais était le territoire de nombreux peuples autochtones, principalement les Anishinàbeg, et que la vallée était assujettie aux droits issus de traités accordés par la Proclamation royale de 1763. Par conséquent, beaucoup diront aujourd'hui que la Couronne (le Parlement britannique) a été lâche dans l'abrogation flagrante de ses obligations lorsqu'elle a ouvert la vallée à la colonisation, mais la Couronne ne savait souvent rien des mesures adoptées par ses bureaux coloniaux, et c'était certainement le cas dans la province du Canada. Ce n'est pas une excuse, mais cela explique les circonstances auxquelles sont confrontés aujourd'hui les gouvernements qui tentent de réparer ce gâchis.

En vertu du système des chefs et associés, un brevet de propriété foncière était accordé à un colon après qu'il ait rempli toutes ses obligations à l'égard de la terre - c'est-à-dire que le chef devait défricher la terre, construire un certain nombre de bâtiments, terminer les travaux routiers et faire un plan pour un village gouvernemental (retenez cela pour plus tard, ce sera important).

Si le colon a reçu la terre en tant que concession gratuite, il n'y a pas eu de brevet. Les brevets n'étaient pas délivrés au moment de la concession ; ils étaient délivrés après la conclusion de l'accord de règlement - et le processus pouvait prendre des années.

Ainsi, Philemon Wright, son frère, ses deux beaux-frères, un proche associé [3] et leurs enfants ont été attirés ici en 1800 par la perspective de se voir accorder des terres presque illimitées pour l'établissement d'une communauté agricole. Bien que Philemon ait tout planifié avec son frère Thomas, ce dernier sera le premier à mourir, quelques mois seulement après leur arrivée.

Les pionniers

Presque immédiatement, Philemon a commencé à construire le village qui soutiendrait la communauté agricole, tandis que son fils, Philemon Jr, âgé de 18 ans, défrichait leur première ferme, la ferme Gateno, sur les rives de la rivière Gatineau. La deuxième ferme, la ferme Columbia Falls, a été défrichée à l'emplacement du village, près des chutes de la Chaudière, à l'extrémité est du canton de Hull. (Philemon a rebaptisé les chutes Columbia, mais le nom n'est pas resté).

Les chutes de la Chaudière représentaient un obstacle formidable à la colonisation en amont (cliquez ici pour en savoir plus sur les Trois Portages de la Chaudière), car des routes devaient être aménagées presque immédiatement pour le transport des personnes et des marchandises, et c'est en amont que le reste de la colonie allait se développer le plus rapidement.

Plan cadastral de Theodore Davis du Canton de Hull 1801

C'est ainsi qu'en 1802, à l'issue d'un arpentage, la première division (non officielle) du canton de Hull a été effectuée, les concessions allant à ses deux fils aînés, Philemon Jr. (20 ans) et Tiberius (14 ans), et à sept associés : (frères) Ephraim et Edmund Chamberlin,


La division originelle des terres aux fils de Philemon et aux associés en 1802 -GVHS A_39_Page_2

James McConnell, Harvey Parker, Daniel Wyman (cousin d'Abigail Wright), Luther Colton et Isaac Remic.

Les frères Chamberlin étaient arrivés ici en 1801 avec leur père, Nathaniel Chamberlin, mais comme le frère de Philemon, Thomas, Nathaniel est mort au cours de la première année d'installation. Les frères Ephraim et Edmund ont été engagés par Philemon pour exploiter ses moulins aux chutes de la Chaudière. Ephraim épousera la fille de Philemon, Mary (Polly).

Les moulins Wright ont été construits en 1801 par un charpentier nommé Gideon Olmstead. Gideon sera impliqué dans la plupart des affaires du canton pour les années à venir, y compris en tant que capitaine de la milice de Hull [4]. [Gideon et sa femme Esther Andrus (Andrews) sont mes quatrième arrière-grands-parents, puisque leur fille, Sarah (Sally), a épousé mon quadrisaeul, Philemon Wright Jr.]

Comme d'autres, Gideon a échangé sa concession initiale de terres dans le canton de Templeton en avril 1808 contre un lot dans le canton de Hull, juste au-dessus des lots de James McConnell. Quelque temps à l'entour de 1822, Gideon a également fait don d'un acre de sa terre aux églises protestantes de la communauté pour la création du cimetière du-haut [5]. Plus tard, il sera connu sous le nom de cimetière Bellevue sur le chemin d'Aylmer.

En 1806, en tant que leader de la communauté, Wright recevra 13 700 acres de terres dans le canton de Hull et plus de 7 000 acres dans le canton de Templeton ; à sa mort en 1839, le total atteignait 36 978,5 acres répartis dans plusieurs cantons.

Plan cadastral de Theodore Davis du Canton de Hull, 1802 (contient de l'info datant jusqu'à 1830)

Entre 1804 et 1820, certains des associés d'origine partent : Isaac Remic est probablement retourné en Amérique, Daniel Wyman a fini par s'installer dans les Cantons de l'Est, et Luther Colton est parti en 1805, cédant ses concessions foncières à Philemon.


Après 1806, plusieurs nouveaux associés se joignent aux six qui restent pour créer les deux premiers villages au bord du lac-Chaudière [6]. Il s'agit des deux fils de Gideon Olmstead, Zenus et Gideon Jr, Moses Edey, Simon Heath, Benjamin Chamberlin, William et George McConnell (les frères beaucoup plus jeunes de James), Samuel Benedict, Robert Frost et Truman Waller.

Les brevets fonciers des premiers pionniers au débarcadère du lac-Chaudière (jusqu'en 1827). (Carte Google d'Aylmer)

Le Deschênes Landing (débarcadère de Deschênes)

LES COLONS ne tardent pas à s'emparer des meilleurs lots sur la rivière en amont du village de Wright, et ce dernier doit rapidement mettre en place une scierie, un moulin à grains, une fonderie et un magasin. De plus, il devait s'assurer qu'il y aurait de meilleures façons de transporter les biens et les personnes que de pagayer des canots.

Ainsi, en 1802, Philemon réunit les associés pour discuter de la construction de routes. Il a été décidé que 600 heures de travail par an seraient consacrées à la construction de routes et de ponts, et Philemon Jr. en a été chargé.

Une route grossière - pas plus qu'un sentier, en fait - a été défrichée au-delà de la ferme Britannia de Philemon Jr. (partiellement occupée par le CG Royal Ottawa, aujourd'hui) et jusqu'au débarcadère de Deschênes, juste en amont des rapides Deschênes. La route devint connue sous le nom de Britannia Road, aussi communément appelée Upper Road (chemin du-haut).

Cette première édition de la route suivait le chemin que suit aujourd'hui le chemin Aylmer, mais elle prenait un virage serré vers la rivière, juste à l'endroit où se trouve aujourd'hui le chemin Rivermead. De là, elle suivait la ligne entre les fermes de James McConnell et de Gideon Olmstead et menait à la ferme défrichée de James McConnell aux rapides Deschênes. Pendant près d'un siècle, la route était connue sous le nom de McConnell Road.

Représentation instructive d'un débarquement dans les années 1820 (Thomas Burrowes c1830)

À la tête des rapides, et quelque temps après 1810, James McConnell a commencé à creuser un canal pour un moulin près du débarcadère de Deschênes. Au même endroit, d'autres moulins seront ajoutés par Ithamar Day dans les années 1820 et Robert et Mary Conroy dans les années 1850, de sorte que le village qui se développera lentement à cet endroit sera connu sous le nom de Deschênes Mills.

Le village du Deschênes Landing a évolué lentement pour la simple raison qu'en 1804, le chemin du-haut a été prolongée jusqu'au lac-Chaudière à l'endroit où se trouvera plus tard Aylmer et, dans les années suivantes, Deschênes Landing verra beaucoup moins de trafic.

Le nouveau débarcadère, celui du lac-Chaudière - nommé Chaudière Lake Landing - permettait aux gens d'avoir un meilleur accès au cours supérieur de la rivière des Outaouais, ce qui est particulièrement important après 1806, lorsque l'industrie du bois commence. En 1814, les Wright avaient plusieurs chantiers en activité sur les rives de la baie de Pontiac, des chantiers qui avaient besoin d'un approvisionnement fiable, ainsi que plusieurs d'autres pionniers qui participaient à l'industrie du bois. Donc, le Chaudière Lake Landing était le point de départ idéal pour accéder aux pins et aux chênes de la haute rivière des Outaouais.

La Chaudière Lake Landing alias Turnpike End

LES TERRES du Chaudière Lake Landing - près de 600 acres en tout - ont été concédées à l'origine à Daniel Wyman mais a fini dans les mains de Philemon Jr. qui, en tant que fils aîné, était un partenaire entier de l'entreprise familiale P. Wright & Sons (fondée en 1814). Philemon Jr. possédait deux des fermes Wright : la plus grande, la ferme Britannia, et la première, la ferme Gateno.

C'est ainsi qu'en 1818, lorsque le père et le fils ont décidé de mieux profiter des occasions d'affaires qui se trouvaient aux deux extrémités de la route Britannia, une vague de construction a commencé, comme on n'en avait jamais vu dans le canton depuis le début.

Philemon Jr. a défriché 30 acres pour une ferme, la Chaudière Lake Farm (ferme du lac-Chaudière) [7], qui a rapidement donné son nom à un village en plein essor qui comprenait un magasin/taverne au débarcadère du lac-Chaudière et un hôtel (Wright's Hotel), tous construits par Philemon Wright Jr. La même année, les Wright ont construit un autre hôtel (Columbia Hotel) à Wright's Town, et deux ans plus tard, un troisième hôtel (King's Hotel) a été construit au débarcadère des bateaux à vapeur.

Un an plus tôt, le gouverneur du Bas-Canada avait nommé trois Pathmasters (commissaires aux communications internes) pour le comté d'Ottawa. Philemon Wright, Joseph Papineau et E.L. Dumont établiront des plans pour prolonger le Kings Road (Chemin du Roi) à travers les cantons situés le long de la rivière des Outaouais, depuis Grenville jusqu'à la ferme de Nathan Merrifield dans le canton d'Eardley, en passant par les premier rangs du canton de Hull et le chemin Britannia. Nathan Merrifield était un pionnier qui, en 1806, s'est installé dans ce qui est aujourd'hui Breckenridge, où il a défriché une grande ferme et exploité un traversier.

Construction du National Road par Carl Rakeman c1820

La route Britannia n'avait encore rien à voir avec les routes que nous voyons aujourd'hui. La construction de routes était un processus difficile qui nécessitait des ouvriers pour défricher les arbres et les broussailles, enlever les rochers et plier le sol des côtés vers le milieu avec des charrues et des pelles. Ensuite, les rochers étaient broyés pour faire du gravier, la surface de la route était aplanie et le macadam était appliqué à la surface de la route. La route n'était généralement pas plus large que la largeur d'un chariot ou d'un traîneau et devait suivre la configuration du terrain. Une fois terminée, la route pouvait être assez traître, surtout après une pluie ou en hiver.

Lorsque le tout nouveau gouverneur en chef, Lord Dalhousie, est arrivé en 1820 pour une visite du Canada, il s'est rendu au Chaudière Farm Village et la route était si cahoteuse que lui et son entourage ont pris un canot pour retourner à Wright's Town. Il a alors exhorté les habitants de la ville à « réparer la route ! ».

Donc, avec Philemon Jr. en charge en 1821, le plan du Kings Road a été mis en œuvre, le Britannia Road a été amélioré et est devenu le Britannia Turnpike, une route à péage. Peu de temps après, le Chaudière Farm Village a été appelé Turnpike End. En 1824, P. Wright & Sons possède 70% des 2200 acres du terrain occupé par Aylmer & Deschênes aujourd'hui.

C'est sur une pente abrupte menant à la sortie de Grenville que Philemon Jr. a connu sa fin tragique le 30 novembre 1821, à l'âge de 39 ans. Il n'avait pas vécu à son Chaudière Lake Landing, mais il en avait géré toutes les affaires au cours des trois années précédentes. Ce terrible accident a eu pour effet durable, jusqu'à ce jour, de laisser le jeune Philemon Jr. et les premiers pionniers de Turnpike End, largement oubliés.

Si vous cherchez sur Google « qui a fondé Aylmer Qc ? », vous constaterez qu'aucune réponse claire ne vous est donnée. Comme dans le prologue, le premier nom que vous lisez est celui de Philemon Wright Sr. et une fois encore, c'est une proposition curieuse. Si vous demandiez à ses citoyens, la plupart répondraient probablement Charles Symmes. Comment cela se fait-il ? ...

La curieuse histoire de Turnpike End

LA MORT soudaine et tragique de Philemon Jr. n'a laissé personne en charge des affaires de Turnpike End, et c'est ainsi que son cousin de 23 ans, Charles Symmes, qui travaillait pour son oncle Philemon Sr, a signé un contrat en 1823 pour remplacer le jeune Philemon en tant que gestionnaire. Ensuite, Symmes a emprunté de l'argent à son oncle Philemon pour acheter le lot du village qui appartenait aux frères Olmstead.

Au bout de cinq ans, un différend entre Wright et Symmes s'est produit, et Philemon a dissous le contrat. Symmes devait toujours de l'argent à son oncle pour le lot qu'il avait acheté et Philemon a été obligé d'intenter un procès. Symmes a contre-attaqué en invoquant une rupture de contrat, mais il a été contraint de rembourser à son oncle les 25 livres qu'il lui devait lorsqu'il a perdu son procès au tribunal.

C'est ce qui nous amène à cette curieuse histoire, qui se produit en raison de trois éléments très mal compris de l'histoire :

  1. Le village gouvernemental.

  2. Le toponyme de la ville.

  3. L'incorporation de la ville en 1847.

Le terme village gouvernemental, tel qu'il s'appliquait au programme leaders et associés du Bas-Canada, avait une signification plus simple qu'aujourd'hui. Le terme, utilisé par le Conseil exécutif du Bas-Canada dans ses accords de brevet avec les leaders, décrivait simplement les lots d'une colonie qui seraient alloués pour le bureau de poste, le palais de justice et la prison.

À Wright's Town, le processus de création d'un village gouvernemental a été amorcé lorsque Ruggles Wright a été nommé premier maître de poste du canton de Hull, le 15 juin 1819, les affaires postales étant effectuées au magasin Wright.

N'ayant pas terminé le processus en 1825, l'arpenteur général du Bas-Canada recommanda - après de nombreuses pressions de la part du jeune homme d'affaires Charles Symmes - que « Symmes Place » était un de deux endroits idéals pour établir un village gouvernemental (L'autre était au lot 14 de James McConnell, maintenant Deschênes). L'avantage était le débarcadère bien entretenu appelé Turnpike End. À cette occasion, le bureau de poste a été déplacé de Wright's Town à Turnpike End. Les Wright n'étaient pas heureux de cette nouvelle et ont continué à faire pression. [8]

AYLMER 1820 (edited)- Source: The Aylmer Road - Le Chemin d'Aylmer, Diane Aldred

Dans cette perspective, Symmes a séparé ses affaires de celles de P.Wright & Sons, et a commencé les préparatifs. En 1830, il a fait arpenter son lot de 200 acres - le divisant pour le vendre en lots de village (tous des ventes à constitut) - et il a nommé son village gouvernemental Aylmer.

À partir de là, pour éviter de créer une histoire curieuse, ce qui aurait toujours dû être compris - mais ne l'a pas été - est que le village gouvernemental nommé Aylmer n'était, au départ, qu'une subdivision de lots à vendre, à l'intérieur d'un village existant appelé Turnpike End. C'est l'Aylmer qui a été fondé par Charles Symmes. Ceci nous amène à la dernière partie de cette curieuse histoire : Certains voudraient nous faire croire qu'une ville n'est fondée qu'au moment de son incorporation, et quelle que soit la façon dont cela peut être compris, cela laisse de côté ce qui peut être la partie la plus intéressante de l'histoire - ses débuts.

Symmes Inn de W.H. Bartlett 1842 - Collection du musée McCord

Symmes a ensuite acheté un terrain adjacent au débarcadère du lac Chaudière et a construit son Aylmer Hotel (mieux connu plus tard sous le nom de Symmes Inn). Il s'est également associé à John Egan et Joseph Aumond pour lancer un service de bateaux à vapeur entre Turnpike End et les chutes des Chats, à partir de 1832. Beaucoup plus tard, Il deviendra également maire de la ville.

En guise de post-scriptum à cette curieuse histoire, en 1832, le gouvernement a décidé, étrangement, que le palais de justice et la prison seraient construits à Wright's Town [9], bien qu'une fois de plus, ce plan ne se soit jamais concrétisé. Ainsi, en 1840, après de nombreuses plaintes de la communauté concernant le retard, un comité gouvernemental a finalement décidé que le palais de justice et la prison seraient situés avec le bureau de poste, à Aylmer, faisant finalement de cette ville le centre juridique et administratif du comté d'Ottawa, et non de Wright's Town, comme les Wright l'avaient peut-être souhaité. Symmes avait gagné. [10]

L'histoire racontée

L'HISTOIRE DE LA FONDATION d'Aylmer et de Deschênes commence avec les débarcadères qui étaient des éléments clés de l'industrie du bois de la vallée de l'Outaouais, née à Wright's Town.

Les premiers éléments construits dans le village de la ferme Chaudière ont été établis par Philemon Wright Jr. avec le débarcadère, l'hôtel, le magasin, la taverne et la ferme.

Les premiers éléments construits du débarcadère Deschênes ont été établis par James McConnell avec un canal de moulin et, sans doute, un moulin construit à cet endroit.

Il peut donc être tentant de dire que ces deux hommes ont fondé ces deux villages. Cependant, pour éviter de créer une nouvelle histoire curieuse, il faut dire que les contributions importantes de TOUS les pionniers qui ont eu un rôle à jouer dans le développement du premier établissement colonial de la vallée de l'Outaouais, méritent aussi d'être rappelées pour leurs contributions.

 
[1] https://www.pbs.org/ktca/farmhouses/sustainable_future.html et
https://courses.lumenlearning.com/boundless-ushistory/chapter/the-growth-of-the-colonies/
Faits concernant l'économie agricole des années 1800 :
- Beaucoup de fermiers vivaient dans une maison de deux pièces parce qu'ils étaient pauvres.
- Les chevaux étaient utilisés pour le transport et pour le travail dans les champs.
- La plupart des fermiers ne possédaient pas de chevaux parce qu'ils étaient chers à posséder.
- Les fermiers ne travaillaient pas le dimanche, et c'était le jour où les familles allaient à l'église.
- La plupart des fermiers avaient de grandes familles d'environ six enfants ou plus.
- Les enfants de la ferme travaillaient généralement à la ferme et recevaient un enseignement à la maison.
(https://www.historyforkids.net/an-agricultural-economy.html )

[2] Le lien suivant mène à une histoire fascinante sur la façon dont le programme Leaders et Associés était censé fonctionner et comment, dans de nombreux cas, il a échoué. Dans le cas de Philemon Wright, les brevets ont été appropriés en toute connaissance de cause et avec l'approbation du gouverneur général, et Philemon a rempli ses responsabilités telles que détaillées dans le contrat avec la Couronne. https://jchmhistorian.com/2020/11/18/leaders-and-associates-the-unique-land-grant-system-of-early-lower-canada/

[3] La liste suivante de colons est arrivée dans le canton de Hull le 7 mars 1800. Notez l'âge des enfants:
[4] La milice de Hull est devenue officielle en 1809, et en 1821, elle comptait plus de 125 hommes. La liste, tirée de Anson Gard's Pioneers of Upper Ottawa-The Humours of the Valley,1906 (pg. 83), est la suivante :
Philemon Wright était capitaine et son fils, Philemon, était lieutenant (le décès de ce dernier est indiqué dans la liste comme ayant eu lieu à l'âge de 39 ans et le 30 novembre 1821). John Allen était enseigne. Thomas Brigham, Christopher C. Wright et Joshua Wyman étaient sergents. Les noms des soldats étaient : Robert Klock, Jas. F. Taylor, Wm. Elder, Samuel K. Rollins, Charles Hurdman, John Snow, Calvin Radmore, Wm. Jones, James Dunn, Joseph Clemow, Francis Moore, Wm. Smith, H. Esterbrooke, David Heatherington, Edward Hurd, David et John Benedict, John Underhand, David Moore, Job Moore, Joseph Rice, James McConnell, Fry Holt, Wm. McConnell, George Routhy (George Routliffe ?), Robert McConaghey, Wm. Cunningham, Robert Balmer, Hale Fulsom, Abram et David Olmsted, David Gardner, John et Christopher Allen, Thomas Ames, Laird Waller, Thos. Wright, Abijah Leonard, Samuel Edey, Wm. Grimes, Benjamin Chamberlain, Abijah Blanchard, Soloman Langdon, Samuel Benedict, Benjamin H. Wright, Nathaniel Chamberlain, Paul Wolf, Joseph Badham, Thomas Buck, Hiram Vawn, Joseph F. Booth, Richard Austin, Anthony Parker, Baptiste Focha, Charles Walker, Isaac Walker, Elisha Gilson, Wm. Dodd, Robert Munharvey, Wm. Eppington, James Goodin, James, Robert et Grims Green, Francis Clemow, Daniel McKay, Henry Olmsted, Elisha Sheffield, Joel Wilson, Steven Sargent, Josiah Chamberlain, John C. Eaton, Jacob et Augustus Romen, John Balonge, Paskel Barb, John Hawes, Haunts Peterson, Martin Bozena, James Chuse, John Tomey, Asa Hide, Charles Crilley, Peter, Antoine, Joseph, et Louis Dubey, Thomas, Leonard, et John Chamberlain, Martin Ebert, John Borroughs (était-ce ce Burrows, l'ancien propriétaire d'Ottawa ?} Cornelius McKay, Charles V alen, Francis et Martin Sazena, Peter Blamson, James McCoy, Wm. Jeffs, Grove Chamberlain, Peter Baracuam, Joseph Sociere, John Bradley, Baptiste Bruley, Francis Sarette, Francis Barnaby, James Stevenson, Joseph Dora, Thomas Derrie, David David, James McCann, Joseph et Baptiste Deleryea, Francis Neddo (Nadeau ? ), Thomas et James Berry, Alvin Spaulding, Francis Varneu, Francis Bazama, Paul Baleel, Calvin Porter, Henry Sauter, Wm. McGee, Thomas Thompson, Edmund Chamberlain, Dudley Moore, Truman Waller, Charles Symmes.
Il y avait quelques autres noms, mais ils étaient si sombres que je n'ai pas pu les distinguer. Le capitaine Philemon Wright nous envoie ces noms comme rapport. Il nous donne ensuite un assez bon "taureau" anglais, en disant : "Comme il n'y a pas de mousquets appartenant à cette Compagnie, je ne pense pas qu'il soit approprié de rendre le NUMÉRO des fusils".
L'exercice ou le rassemblement annuel avait lieu au printemps ou au début de l'été, "à la tête du Grand ou Chaudière Green", qui est l'endroit où se trouve maintenant le petit parc, ou la place, en face du bureau de E. B. Eddy. Il s'étendait ensuite jusqu'à la rivière.

[5] En 1906, l'historien d'Ottawa Anson Albert Gard (1848-1915) a écrit la première histoire du cimetière Bellevue dans son livre intitulé Pioneers of Upper Ottawa-The Humours of the Valley. Dans cette histoire, Gard écrit :
« Le nom de Gideon Olmstead est d'abord important. C'est lui qui a donné l'Acre original. Il l'a donné avec une seule condition : 'Libre à tous sauf un. Aucun Rollins ne doit jamais être enterré ici. Le pauvre Rollins, qui vivait dans une ferme à une courte distance à l'ouest, a pris cette condition tellement à cœur qu'il a vendu et est retourné aux États-Unis. »
Gideon Olmstead a acquis le lot en 1808 (archives GVHS, A-049). La plus ancienne sépulture connue dans le cimetière est celle d'une jeune fille de 12 ans, Anna Heath, en 1830*. Cependant, dans l'histoire récente, des pierres éparpillées et illisibles ont été enlevées et empilées sur le bord du cimetière, il est donc possible qu'il y ait eu des enterrements plus anciens.
Gideon l'appelait the Upper Cemetery (le cimetière du-haut - le cimetière du-bas étant le cimetière St. James à Wright's Town) mais la plupart des gens l'appelaient le cimetière Olmstead.
Après la mort de Gideon, le 14 mai 1837, le lot sur lequel se trouvait le cimetière est divisé en parcelles de 30 acres par les dix enfants Olmstead et vendu aux frères de Mary McConnell, William McConnell et Jonathan McConnell. Une parcelle est également vendue à Thomas Roberts.
Mary McConnell épouse Robert Conroy et elle finit par acheter le cimetière et trois lots adjacents dans le but d'agrandir le cimetière entre 1869 et 1872. Le cimetière agrandi de Conroy a été établi en 1872, et en 1873, Mary a vendu sa première parcelle de cimetière à la famille Church. Le "nouveau" cimetière est aménagé par Bolton McGrath en 1884.
La famille Conroy a continué à tenir le cimetière, géré par les fils de Mary, Robert et William, jusqu'en 1902, date à laquelle il a été vendu à Samuel Stewart, qui l'a exploité jusqu'à sa mort en 1919, date à laquelle il a été hérité par le fils, W.H. Stewart.
En 1945, le révérend Archie Casselman, ministre de l'église presbytérienne St. Andrew's, crée la Bellevue Cemetery Company afin d'assurer son utilisation continue par la communauté protestante de Hull, Eardley et Aylmer. Aujourd'hui, il est dirigé par les trois églises d'Aylmer et deux directeurs. La compagnie a acheté le cimetière de W.H. Stewart en 1945.
*N.B. - L'historienne d'Aylmer Diane Aldred et d'autres ont écrit que la sépulture la plus ancienne était celle d'Ann Taylor en 1812, mettant en doute le fait que Gideon Olmstead ait fait don du terrain. Cependant, à l'automne 2021, armé d'un vaporisateur rempli d'eau et d'une lampe de poche, j'ai enquêté de plus près et je me suis rapidement rappelé qu'en histoire, il faut toujours vérifier la source primaire. Je me suis rendu à la pierre tombale d'Ann Taylor, j'ai délicatement découvert une date qui se trouvait juste en dessous de l'herbe, et j'ai arrosé la date de Taylor avec de l'eau. En éclairant obliquement la date, j'ai découvert que la date d'enterrement d'Ann Taylor était en fait 1842, et non 1812. La date située sous l'herbe était celle de Mary Ann McClintock, le même procédé a révélé qu'elle était de 1849 et non de 1819. Maintenant, la plus ancienne sépulture connue dans le cimetière est celle d'Anna Heath, âgée de 12 ans, décédée en février 1830. Cette information a été enregistrée et confirmée par le directeur du cimetière de Bellevue.










[6] Le lac Chaudière, appelé ainsi par les premiers pionniers, est aujourd'hui appelé lac Deschênes. L'archéologue du début du XXe siècle - et natif d'Aylmer - T.W. Edwin Sowter a jeté un peu de lumière sur ce sujet dans un passage de son traité Archaeology of Lake Deschênes, publié à l'origine en 1900 (The Ottawa Naturalist, Vol. XIII, No. 10 : pgs. 225-238) :
Pour ceux qui ne connaissent pas la topographie locale, on peut dire que le lac Deschênes est une expansion de la rivière des Outaouais, qui s'étend des chutes des Chats, dans une direction sud-est, jusqu'aux rapides Deschênes, une distance d'environ trente milles, et dont la largeur moyenne est de moins d'un mille à plus de trois milles. Cette belle étendue d'eau a été connu pour les anciens "voyageurs" comme "lac Chaudière" et a été ainsi désigné à un moment aussi comparativement récente que celle dans laquelle le défunt John Egan était maire d'Aylmer, comme il est un vieux règlement, portant sa signature, dans les archives municipales, dans lequel la limite ouest de la route Aylmer est décrit comme Chaudière Lake.
Une confusion similaire des noms de lieux, à cet égard, est une source d'ennui pour l'étudiant en histoire naturelle ou ethnique lorsqu'il traite de questions de référence locale. Par exemple : l'île des Chats est maintenant connue de plusieurs comme l'île Moore (île Mohr) ; la pointe à la Bataille est devenue la pointe Lapottie (sic) et la pointe aux Pins, le site du Queen's Park, est connue des visiteurs d'été comme la pointe One-tree.
Il semble dommage que les noms donnés à ces lieux par les pionniers de la civilisation soient ainsi mis de côté pour la nomenclature prosaïque des temps modernes.

[7] Extrait de Philemon Wright, An account of the first settlement of the Township of Hull, on the Ottawa River, Lower Canada (Appendix to the XXXIrd Volume of the Journals of the House of Assembly of the Province of lower Canada. Quatrième session du onzième Parlement provincial). Le rapport a été soumis à l'Assemblée en 1824, date à laquelle Philemon Jr. était décédé et Charles Symmes était directeur.
[8] Malgré la concurrence entre Symmes et les Wright, les relations ne sont pas devenues aussi tendues que beaucoup l'ont laissé entendre depuis. L'indépendance de Symmes et son sens aigu des affaires ont constitué une concurrence inhabituelle pour les Wright, qui avaient l'habitude d'être les rois de la vallée, mais la correspondance qu'ils ont entretenue pendant des décennies témoigne de la persistance des bonnes relations familiales qu'ils ont toujours entretenues.

[9] Source : Hurling Down the Pine, John W. Hughson et Courtney C.J. Bond.

[10] Source : The Aylmer Road - Le Chemin d'Aylmer, Diane Aldred.
 
- Lecture suggérée pour apprendre plus de détails sur les premiers pionniers d'Aylmer, deux excellentes ressources :
- The Famous Township of Hull-Image and Aspirations of a Pioneer Quebec Community par Dr. Bruce S. Elliott. (cliquez ici pour le PDF, voir les pages 342-345).
- The Aylmer Road - Le Chemin d'Aylmer, Diane Aldred
163 views0 comments

Recent Posts

See All
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles
Chroniques de la Capitale

The History You Were Never Told
L'histoire méconnue