Search
  • Rick Henderson

Triomphe et tragédie à la Chaudière

Updated: Jun 7

Le chant des sirènes des chutes

Les chutes de la Chaudière par John Elliott Woolford 1821, Musée des beaux-arts du Canada

Le cœur et l'âme de la capitale nationale ont toujours résidé dans l'enceinte des chutes de la Chaudière. C'est là que les premières nations sont venues pratiquer leur culte et que les premiers colons sont venus s'installer. Les chutes ont toujours été la source de vie de cette région.

La plupart des gens qui vivent dans la région de la Capitale-Nationale n'ont qu'une vague conscience de la Chaudière, car pendant toute leur vie, les chutes ont été enfermées à l'abri des regards par un ensemble plutôt laid de bâtiments industriels construits sur les îles qui les entourent.

Cependant, pour ceux qui savent à quel point elles peuvent être belles, il y a le seul endroit sur le pont où l'on peut voir la puissance débridée des chutes lorsque la glace fond sur la rivière des Outaouais. La fureur du torrent laisse penser que le pont pourrait être emporté à tout moment.

Un barrage circulaire construit en 1908 a apprivoisé les chutes, mais on dit que dans leur état d'origine, intactes, elles n'avaient d'égal en beauté que le puissant Niagara. Au printemps, jusqu'à six fois le volume d'eau du Niagara coule dans la Chaudière.

Si cela vous semble difficile à croire, jetez un coup d'œil à cette vue panoramique des chutes au niveau de la rivière, prise par William Notman en 1870. Il s'agit d'un composite de trois images prises par Notman au même endroit. Deux images forment le panorama, la troisième est une prise de vue prise au même endroit et sous le même angle, superposée pour ajouter les figures se tenant sur le même promontoire, ce qui nous donne la véritable échelle des chutes.


William Notman 1870

Joseph Bouchette, arpenteur général du Bas-Canada de 1814-1840, a décrit les chutes dans son rapport de 1832, The British Dominions in North America (en traduction) :

"Les principales chutes ont une hauteur de 60 pieds, et leur largeur est mesurée par une corde de 212 pieds. Elles sont situées près du centre de la rivière, et attirent par leur courant une proportion considérable des eaux qui, fortement comprimées par la forme circulaire de la roche qui forme le récipient d'ébullition, descendent en torrents lourds, luttant violemment pour s'échapper, et s'élevant en nuages de pulvérisation qui dissimulent constamment la moitié inférieure des chutes, et montent à intervalles irréguliers en colonnes tournantes bien au-dessus du sommet de la cataracte".


Pont d'Union par John Burrows 1828 - Archives nationaux de l'Écosse

Les principales chutes, écrit-il ? Où sont donc les chutes secondaires ?

Grande et Petite Chaudière à Wright's Town par James Pattison Cockburn 1828 - Musée des beaux-arts du Canada

Ce que l'on sait peu aujourd'hui, c'est que les chutes comportent en effet deux sections, la Grande Chaudière et la Petite Chaudière (voir carte ci-dessus).


Bien que les chutes aient reçu de nombreux noms [1] au fil des ans, on n'entend plus jamais le nom de chutes de la Petite Chaudière car elles sont invisibles, recouvertes par la station hydroélectrique située à la limite nord des chutes principales.

Cependant, les chutes de la Petite Chaudière recèlent un danger qui a fait l'objet de légendes et qui a enflammé l'imagination de nombreux écrivains pendant des décennies. Les chutes elles-mêmes étaient certainement assez dangereuses pour quiconque était assez téméraire pour s'y aventurer en canoë, mais pire encore, si elles devaient survivre à la chute, elles seraient bientôt prises dans l'écueil d'un tourbillon permanent qui a été judicieusement nommé ...

... le Trou du Diable. [2]

On disait que le Trou du Diable était une grotte sub-fluviale qui s'étendait profondément sous terre sur trois kilomètres et se terminait près de l'embouchure de la rivière Gatineau. Selon les récits de nombreuses sources, sa profondeur était comprise entre 55 et 92 m, certains disant qu'elle était sans fond... ce qui entrait n'en sortait jamais. C'est bien trop cool !

Philemon Wright nous a laissé une description de première main du Trou du Diable à la Petite Chaudière (en traduction) :

« Les chutes Columbia, qui bordent le village du canton de Hull, sont curieuses de nature. Une chaîne de rochers, s'étendant d'un côté à l'autre de la rivière, force l'eau à tomber perpendiculairement d'une hauteur de trente pieds ; et au sommet de cette chute se trouvent trois îles, dont l'une sépare le ruisseau, et fait qu'une quatrième partie de cette eau dévie, juste un peu, de son cours naturel, et se déverse dans un immense abîme, qui a été sondé jusqu'à une profondeur de 113 pieds ; cette eau est alors perdue dans les entrailles de la terre, et personne n'a pu découvrir où cette eau se déverse finalement. Cette caverne porte vers elle aux hautes eaux de la source une quantité d'arbres et autres bois ; et il est étonnant de voir à quelle vitesse ces bois tournent autour de la cascade, et ce par la force de l'eau qui forme et rassemble une quantité prodigieuse d'écumes et d'écueils, de six ou huit pieds d'épaisseur. »

On comprend alors pourquoi Philemon a construit une digue pour éviter cette périlleuse cascade (voir la carte ci-dessus).

La Petite Chaudière au Trou du Diable de John Elliott Woolford 1821 - Musée des beaux-arts du Canada

Il y a une vieille histoire qui a été racontée à maintes reprises autour des foyers de la vallée de l'Outaouais, qui mérite encore d'être racontée. Elle vient d'une source étrange, vous pouvez dire, un président de la Chambre des communes en 1896, Sir James David Edgar. Il s'avère cependant que Sir James a écrit de la poésie et il semble qu'il ait été l'un des meilleurs conteurs que la capitale ait connu. Il commence (en traduction) :

« Un ancien résident a dit à l'écrivain qu'il se souvient de garçons qui pêchaient dans le trou avec une ligne de 55 mètres et un plomb de 1 kg. Ils attrapaient d'énormes poissons-chats de cheval. Il a également déclaré que lors de la construction des moulins à cet endroit, un cheval et une charrette sont tombés dans le trou et ont disparu. La charrette a été jetée hors du tourbillon, mais le pauvre cheval n'a jamais été revu - la théorie étant que les poissons-chats étaient trop nombreux pour lui. Pourtant, tout passant peut encore le voir de la route du côté de la coque du pont, et voir les eaux écumantes loin en dessous dans les profondeurs mystérieuses où les Indiens croyaient qu'un esprit maléfique habitait. »

Malheureusement, le Trou du Diable a également fait des victimes humaines :

  • « Le 16 juillet 1894, un garçon de six ans nommé Brisebois, dont les parents vivaient dans la "Petite-Ferme", s'est noyé dans le "Trou du Diable" et n'a jamais été retrouvé. » (Benjamin Sulte, 1898)

  • « À l'été 1940, Aimé Lapointe, un plongeur renommé de Wrightville [district de Hull], est descendu à une profondeur de 75 pieds [23 m] dans le [Devil's Hole] qu'il a pu explorer à loisir jusqu'à l'emplacement de l'automobile dans laquelle il a trouvé le corps de Gorman Edwards d'Ottawa. » (Joseph Jolicoeur, Société historique de l'ouest du Québec, 1977)

L'autre trou du diable

Plan et élévation d'un pont aux chutes de la Chaudière par John Burrows 1828

Vous aviez peut-être entendu parler de la légende du Trou du Diable, mais saviez-vous qu'il y avait en fait deux Trous du Diable ? Si vous regardez la carte, À gauche, vous verrez le second dans le Chenail Perdu. [3]

Dans le tableau de James Pattison Cockburn, ci-dessous, vous pouvez voir le pont à poutres en bois en cours de construction au-dessus du Chenail Perdu et l'artiste a inclus deux rondins piégés dans le Trou du Diable.


Pont d'Union sur le canal perdu par James Pattison Cockburn 1825

La gravure familière de W.H. Bartlett, ci-dessous, montre un radeau en bois qui passe au-dessus des chutes et s'apprête à entrer dans le glissoir de Buchanan dans le Chenail Perdu. Bien que nous ne puissions pas voir le Trou du Diable, il est caché juste derrière le radeau dans la fente des rochers.


Glissoir de bois et pont sur l'Outaouais par W.H. Bartlett 1842

Comme l'illustre Bartlett, piloter des cages à travers la Chaudière n'était pas une tâche pour les timorés ; un danger réel et imminent se cachait dans les chenaux de bois ... ce qui nous amène à une autre histoire de triomphe et tragédie à la Chaudière - et celle-ci contient les deux en une seule histoire.



« Merci, Tenk you, et j'retourne au radeau. »

L'incident qui suit, vient d'un récit (réimprimé) du Bytown Packet. Il a eu lieu le matin du 2 juin 1848 (en traduction) :

Situation périlleuse d'une cage par William S. Hunter Jr. 1855

« Hier, vers dix heures du matin, un accident grave s'est produit. Deux hommes étaient sur une cage en bois de chêne, essayant d'entrer le Government Slide de la Chaudière, mais le courant, trop fort, les fit sortir du canal. Ils constatèrent leur danger trop tard et furent emportés avec la cage dans le Chenail Perdu. Un des hommes, nommé Baptiste Beaudran (Beaudoin ?), a sauté de la cage et a été porté en aval de la chute. L'autre, nommé Paul Filardeau, a gardé la cage sous sa main jusqu'à ce qu'elle heurte le rocher du rivage. Sa situation était même critique ici, car un sault épouvantable se trouvait entre lui et le rivage principal, distant d'environ cent cinquante mètres. Une foule d'habitants, environ 500 personnes, ne tarda pas à arriver sur place, et des mesures furent immédiatement prises pour sortir le pauvre homme de sa situation désagréable. MM. McLachlin, Farley, Sullivan, Keefer et Larmouth, furent les plus actifs dans cette tentative. Une petite corde fut d'abord jetée, à laquelle fut attachée une corde plus solide, et enfin un câble ou une haussière, qui fut attaché par Filardeau fermement au rocher. Des anneaux furent glissés sur la haussière, auxquels des cordes furent attachées, et une extrémité fut jetée sur le rocher. Filardeau attachait ensuite les cordes autour de son corps, et s'accrochait aux anneaux. Il était très excité lorsqu'il s'est laissé aller. Il a été immédiatement tiré le long de la corde principale, non sans avoir touché l'eau plusieurs fois. Lorsque le pauvre homme atteignit le rivage, il se tourna avec le plus grand sang-froid vers ses libérateurs et les remercia dans les deux langues de leur gentillesse. Il s'éloigna ensuite, ne semblant pas le moins du monde blessé. » (Réf. : The Foundation of The Rideau Canal to the Present Time par Gertrude Van Cortlandt, 1858)

Bien que l'on nous parle du sort de Filardeau, on ne sait rien sur la façon dont le pauvre Beaudoin s'est retrouvé.

La chanson des trois garçons noyés aux chutes de la Chaudière

Dans un livre intitulé Pioneers of Upper Ottawa-The Humours of the Valley, écrit par Anson Gard en 1906, nous lisons le récit d'une tragédie [4] dont l'histoire est racontée par une chanson intitulée Where Foaming Waters Roar (en traduction) :

Chutes de la Chaudière, rivière des Outaouais, vers 1815, Ingrey, C.(London) 1830 Toronto Public Library

« Un jour, j'ai entendu par hasard un vieux "Come-all-ye" (chant folklorique) fredonné par un homme qui avait vécu à South Hull. J'ai demandé ce que c'était. "C'est, me dit-il, une chanson écrite il y a de nombreuses années par un professeur d'école de Hull, sur la noyade de trois jeunes hommes qui tentaient de faire une descente en bateau des chutes de la Chaudière. Je l'ai apprise quand j'étais petit garçon, et je me souviens des paroles depuis, car elles ont fait une telle impression sur mon jeune esprit. ... Ma mère nous a chanté cette chanson" »

WHERE THE FOAMING WATERS ROAR.

When I think on my various thoughts, my meditations rise,

When I think on poor mortal man that dwells beneath the skies.

Viewing the works of nature, by water and by land,

When I think on the various ways God brings us to our end.

It was on the Grand River, near the falls called the Chaudière,

That four young men got in a boat and for them they did steer,

Intending for to run them o'er, their course they did pursue,

Their boat ran with swift motion and from it they were threw.

Benjamin Moore and Wm. Wright, likewise Asa Young,

Those three young men were drowned, and from their boat were flung;

But James McConnell was preserved, for he swam safe to shore,

Down by those islands where the foaming waters roar.

A little boy who, standing by, this dreadful sight did see,

And home to Benjamin's parents with the news did quickly flee.

The father and the mother, the sisters and brothers two,

With mournful cries came running down to see if it were true.

When they saw their son was drowned and buried in the deep,

Tears of affection they did shed, and bitterly did weep,

Crying, "Cease your cruel waters, and hush my child to rest,

What is your troubled motion, to what lies in my breast!"

"Why should we say, 'In nature there's nothing made in vain',

For beneath the foaming waters, where the hideous rocks remain,

The waters thrown by violence and whirlpools many too,

Why did you venture there, my son, or try for to go through?"

For six long days they sought them beneath the foaming tide,

And nothing of their bodies in any shape could find,

Till nine long days were passed and gone, their floating corpse they spied,

That once were like the lilies fair that bowed their heads and died.

Come old and young, come rich and poor, and bear it in your mind,

And be prepared to meet your Lord and unto death resigned;

Be you e'er so fair and blooming, and death so far away,

It soon will overtake you and fall its easy prey.

La comtesse qui a compté ses bénédictions

La construction du pont d'Union en 1827 nous amène à notre prochaine histoire de triomphe et tragédie à la Chaudière.

C'est Lord Dalhousie, gouverneur général de l'Amérique du Nord britannique, qui a donné l'ordre au colonel John By de combler le fossé entre le Bas-Canada et le Haut-Canada. Le torrent déchaîné, qui a donné le nom de la chaudière bouillante aux chutes, était un obstacle redoutable à surmonter, mais Lord Dalhousie a été un ardent défenseur du projet, arrivant en personne avec le colonel By et accueilli à Wright's Town au manoir de Philemon Wright, la Maison Blanche.

Il était nécessaire de construire le pont avant le canal Rideau, car toutes les provisions et les matériaux de construction du canal devaient provenir de Wright's Town sur la rive nord, la rive sud étant une région sauvage.


Pont de l'Union : Bytown par RSM Bouchette - le premier pont de corde en 1827

Néanmoins, ils l'ont fait ! Après avoir construit une série d'arches entre les brèches de trois îles, le capitaine Easterbrooks de l'Artillerie royale chargea l'un des deux canons de Wright's Town [5] avec une corde de 2,54 cm, et fit feu sur l'endroit le plus large à franchir. Fixant de plus gros câbles à la corde, ils fabriquèrent deux tréteaux en bois de 3 mètres et les fixèrent aux rochers, puis construisirent un pont de corde oscillant qui s'affaissa à moins de deux mètres du torrent déchaîné en dessous.

Imaginez, si vous le voulez bien, l'idée de traverser ce pont pour la première fois. Je ne pense pas que beaucoup d'hommes se seraient portés volontaires pour le faire. Cependant, une femme l'a fait, et c'était Christian (Broun) Ramsay, la Comtesse de Dalhousie.


La comtesse Dalhousie traversant la rivière des Outaouais aux chutes des Chaudières à l'aide de la passerelle pivotante en 1827

Peu de choses dans son histoire nous disent comment cette Dame de la pairie a rassemblé le courage nécessaire pour traverser ce pont branlant - elle était une championne de l'éducation, de l'horticulture et de l'agriculture - mais c'est probablement sa position d'épouse de Lord Dalhousie qui l'a poussée à le faire. Elle a réussi à traverser le pont et à revenir, mais c'est l'événement suivant qui provoquerait l'évanouissement de toute autre femme à la pensée de ce qu'elle a fait.

Pour le récit complet, nous entendons une fois de plus Joseph Bouchette, qui a écrit (en traduction) :

« Nous ne pouvons pas nous empêcher d'associer à nos souvenirs de ce pont pittoresque l'héroïsme d'une éminente pairesse [la comtesse Dalhousie], qui, nous le croyons, fut la première femme à s'aventurer sur ce pont.

Les cordes du pont ont ensuite été remplacées par des chaînes plus solides. Mais alors que les ouvriers plantaient le plancher du pont, la dernière étape de sa construction, la catastrophe a frappé. D'abord une chaîne, puis l'autre se sont brisées, jetant les hommes et leur matériel dans le torrent déchaîné. Bien que les récits varient, jusqu'à trois hommes se sont noyés. »


Des chaînes plus solides, mon œil !


Bien que ces récits ne soient que peu nombreux, il y a beaucoup d'autres histoires de ceux qui ont stupidement bravé les chutes - comme le Grand Farini qui a traversé le gouffre sur une corde raide - ou de ceux qui ont perdu la vie - comme le lieutenant Jon Cameron Edwards dont sa mort horrible a été racontée dans un autre article de blogue, les Fantômes de Gorffwysfa.

L'endroit a peut-être été apprivoisé par l'industrie et les barrages, mais son emprise sur notre imagination persiste, et un jour peut-être, le potentiel du site incitera une génération future à libérer son esprit afin qu'il puisse retrouver sa magnificence d'antan.

[1] Voici quelques-uns des noms qui ont été donnés aux chutes :

  • Àkikojiwan ou chaudière bouillante et Akikpautik ou les chutes du fourneau de pipe, par les Algonquins Anishinàbeg.

  • Tsitkanajoh ou chaudière flottante, par les Haudenosaunee (Cinq Nations), mais aussi Katsidagweh niyoh ou feu du chef du conseil, par les Onandaga.

  • Chaudière est la traduction d'Asticou selon Samuel de Champlain, mais de nombreux historiens disent aujourd'hui qu'Asticou était une mauvaise transcription du mot akikok, qui signifie chaudière.

  • Big Kettle et Little Kettle étaient les mots pour les colons anglais. Philemon Wright aurait préféré Columbia Falls, mais le nom n'est jamais resté.

  • Shier Falls est le nom qu'on entendait pendant un certain temps, venant des colons irlandais, mais c'est probablement la façon dont un épais brogue irlandais prononçait le nom Chaudière.

[2] Le Trou du Diable est un nom qui a été historiquement donné à des tourbillons perfides dans l'eau courante, à des trous d'eau ou à des cavernes profondes (alias Cul du Diable). Ils étaient souvent le théâtre de terribles accidents et étaient souvent considérés comme des trous "sans fond". Dans la région de la capitale nationale, le lac Pink a longtemps été considéré comme "sans fond".

[3] On ne sait pas comment le Chenail Perdu a reçu son nom, mais étant donné qu'il y a le Trou du Diable à son embouchure, on peut imaginer que de nombreux billots, bateaux et peut-être même des vies y ont été perdus. De nombreux chenaux dans les rivières ont été nommés "chenail perdu" soit parce que le chenail est devenu impénétrable à un moment donné ou, comme dans le cas du Chenail Perdu sur le Saint-Laurent, un batteaux du navire Onandaga a été perdue dans une bataille de 1760 de la guerre de Sept ans entre l'Angleterre et la France.

[4] Dans les Fonds Wright à Bibliothèque et Archives Canada, on trouve une lettre de Ruggles Wright datée du 16 juillet 1815, dans laquelle Ruggles annonce la noyade du jeune Benjamin Moore.

[5] Ce canon était probablement l'un des deux canons de 3 livres qui appartenaient à la milice de Hull, commandée par Philemon Wright. Il pourrait très bien s'agir de celui que Andrew Leamy et Ruggles Wright ont fait rouler sur Ottawa le mercredi 17 septembre 1849, pour poursuivre l'émeute du Stony Monday. Ils ne l'ont pas déclenchée. L'arme se trouve maintenant devant le palais de justice de Perth. (cliquez ici pour cette histoire)

667 views2 comments
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told
SIGN UP AND STAY UPDATED!
  • Grey Facebook Icon

© 2020 by RickHenderson.  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon