top of page

London Oxford - le premier colon noir de la vallée de l'Outaouais

Updated: Jan 30

En reconnaissance du mois de l'histoire des Noirs.


London Oxford
Les concessions de London Oxford, 1802-1810. Carte de Bouchette du district de Montréal, Bas-Canada. 1831

LONDON OXFORD, le plus souvent décrit dans les documents officiels comme « une personne de couleur », a eu la distinction d'être le premier colon Noir de la vallée de l'Outaouais.

Il est arrivé ici en 1800, en provenance de sa ville natale de Woburn, au Massachusetts, avec Philemon Wright, le fondateur du premier établissement colonial permanent, accompagné de la femme de Philemon, Abigail, de ses sœurs, Margery et Lavina, et du frère de Philemon, Thomas. [1]

La vie de London à Woburn

DANS un séminaire intitulé "The Famous Township of Hull" [2], le Dr Bruce S. Elliott a été le premier à nous présenter London Oxford. Dans son article, le Dr Elliott écrit :

« On sait que cinq familles sont venues, mais la cinquième n'a pas été identifiée jusqu'à présent. Il s'agissait probablement de celle de London Oxford, un Noir libre qui s'était marié à Woburn. Il a probablement amené sa famille avec lui lorsqu'il est arrivé en 1800, car il a eu des enfants nés dans (le canton de) Hull avant que la famille ne quitte la région quelque temps après 1809. »

Sale in Woburn
Enregistrement de la vente à Woburn en 1791 avec la signature de London Oxford.

On ne sait pas grand-chose de la vie de London à Woburn, mais les archives nous apprennent qu'il était un homme libre qui faisait des affaires avec Philemon et qu'il était veuf. Nous savons qu'il est un homme libre parce qu'en tant que témoin, il signe de sa propre main un document de vente à Woburn, un achat de trente acres de terre par Philemon Wright, sa femme Abigail et sa sœur, Margery Wyman. Les esclaves ne signaient pas les documents légaux en tant que témoins.

Marriage bann
Enregistrement de l'intention de se marier
Marriage licence
Registre de mariage

Il existe deux autres documents : la déclaration d'intention de London d'épouser Jane Ammon à Woburn, datée du 31 juillet 1791, et l'acte de mariage du 2 octobre de la même année. [3]

Death notice
Enregistrement du décès de Jane Ammon et de deux filles, 1797

Enfin, il y a un enregistrement de la mort de Jane Ammon le 27 octobre 1797. L'enregistrement indique :

« L'épouse de London Oxford, femme noire et deux enfants de sexe féminin d'environ 4 ans, l'autre plus jeune, tous ont péri à l'étranger. » [4]

Death notice
Mort de Jane Ammon

Dans un autre registre dactylographié et publié dans un livre, on trouve la transcription suivante :

« L'épouse de London Oxford Femme noire »« a péri à l'étranger »[enterrée] le 27 octobre 1797, a. 26, C.R.I. [« a été retrouvé morte, supposé avoir périe dans une tempête. P.R.3] »[5].


Il y a cependant un problème avec cet enregistrement, car cet enregistrement ne correspond à l'enregistrement original, écrit à la main, qui ne concerne que la femme et les filles de London Oxford.

Les descriptions dans quatre citations consécutives de ce livre semblent dire que la cause de la mort de Jane Ammon est de « périr dans une tempête » alors que l'entrée originale ne dit rien de tel - seulement qu'elle a « péri à l'étranger » avec ses filles. Un autre record indique que London a également péri dans une tempête, mais à une date différente de celle de Jane. Pour ajouter à la confusion totale, un record indique qu'un homme nommé Oxford meurt à une autre date, en 1795.

Nous savons que London Oxford n'est pas mort en 1795 ou 1797, alors, qui est l'autre London ? L'exactitude de cette transcription dactylographiée concernant London et sa femme est contradictoire et confuse et, en tant que telle, doit être remise en question.

Trois London

À MEDFORD, MA, les registres montrent que le colonel Royall de Medford possédait un esclave nommé « London, un nègre (sic) de la veuve Mary Bradshaw, mort le 15 octobre 1760 ». [6],[7]

Un autre document montre qu'un esclave de Thomas Brooks Esq. s'appelait London, et il s'agit probablement du London qui est mort le 25 octobre 1797. [8]

Ainsi, il semble qu'il y ait eu au moins trois London dans le comté de Middlesex : London Oxford de Woburn, qui était un homme libre ; l'esclave de Thomas Brooks, nommé London ; et l'esclave du Colonel Royall du même nom.

London Oxford de Woburn aurait-il pu être le petit-fils de l'esclave du colonel Royall et/ou le fils de l'esclave de Thomas Brooks, tous deux nommés London ? Il n'y a aucun moyen de le savoir, si ce n'est qu'à peu près à l'époque où London Oxford est probablement né, la Constitution du Massachusetts a été adoptée, et elle stipule : « Il est déclaré que « tous les hommes naissent libres et égaux». C'était la fin de l'esclavage ; et l'interprétation de cette clause dans l'affaire Commonwealth v. Jennison a réglé définitivement la liberté des nègres dans cet État ». [7] Cela pourrait certainement expliquer le fait que des noms aussi inhabituels soient portés par trois hommes dans le même comté.

Ainsi, selon toutes ces informations, « l'homme libre de couleur » qui arrive dans le canton de Hull avec Philemon en 1800 est London Oxford, possiblement accompagné de sa deuxième femme. Il est le seul homme parmi les familles des premiers colons à ne pas être membre de la famille de Philemon [9]. On peut supposer sans risque que London Oxford était un associé très proche de Philemon Wright et de sa famille.

London Oxford - premier raftsman

PEU après l'achèvement de l'arpentage du canton en 1802, Philemon attribue des concessions à ses associés et London reçoit l'un des plus beaux lots de terre, le lot 27 dans le rang du Long Point Range de Templeton (Rang de la longue pointe) : 200 acres à l'embouchure de la rivière Gatineau, y compris les rives sud et nord.

La propriété de London faisait également de lui le voisin de Philemon et de Gideon Olmstead [10] (lot 28), en quatre courtes années, ses terres allaient être la scène d'un événement véritablement historique, qui marquait le début de l'industrie du bois de la vallée de l'Outaouais.

Après avoir défriché plusieurs fermes et obtenu d'excellentes récoltes, Philemon a vite compris qu'il était difficile d'acheminer ses produits vers les marchés. En 1805, Philemon a donc conçu le plan audacieux de faire flotter d'énormes radeaux sur la rivière des Outaouais, des radeaux qui apporteraient ses récoltes et sa potasse, ainsi que le bois accumulé lors du défrichage des fermes.

La baie des cages
Le Rafting Place par le Lot 27, 1853
Cage de bois
Une cage de bois équarri typique. BAC, 3277723.

Le 11 juin 1806, le premier radeau de bois équarri a été envoyé sur la rivière des Outaouais jusqu'à Québec [11]. Il a été mis à l'eau au confluent de la rivière Gatineau et de la rivière des Outaouais à un endroit appelé par la suite le Rafting Place (Lieu des cages) et, étant donné la taille d'un radeau de bois carré, il a dû être assemblé à l'endroit où il devait être mis à l'eau. Le Rafting Place se trouvait directement en face des propriétés de London Oxford et de Gideon.

Letter from Philemon
Lettre de Philemon d'engagement des cageux

Les préparatifs pour la construction du radeau ont commencé au début de l'année 1805 avec l'établissement de deux contrats pour engager les associés qui s'en chargeraient. Les noms de London Oxford et Gideon Olmstead apparaissent sur les deux contrats. Des milliers de douves et de planches de chêne seraient préparées à la scierie de Wright et transportées au Rafting Place lorsqu'elles seraient prêtes à faire flotter l'énorme radeau vers le marché de Québec - Québec était la destination parce qu'un meilleur prix du marché pour le bois était offert à Philemon que tout ce qu'il pouvait obtenir à Montréal.

Gideon était un charpentier qui a construit les premiers moulins de Philemon, il était donc naturel qu'il participe à la construction de ce premier train de bois, mais London aurait-il pu être également charpentier ? C'est à envisager, étant donné l'importance de London dans la migration des colons en 1800 et les préparatifs du radeau, en 1805.

Raft passengers
Liste des passagers et provisions sur le premier train de bois, 1806

Philemon a choisi quatre hommes pour l'accompagner lors du voyage inaugural du premier radeau : son fils de 17 ans, Tiberius, London Oxford, Martin Ebert et John Turner - ce sont les premiers raftsmen (cageux) de la vallée de l'Outaouais.

La disparition de London dans l'histoire

APRÈS ce premier voyage sur la rivière, London achète d'autres propriétés dans le canton de Templeton - les lots 22 et 9 du premier rang - ce qui porte son total à 650 acres, faisant de lui l'un des plus grands propriétaires de la colonie, après les Wright. Mais à part une autre mention, il disparaît ensuite des archives.

Il n'y a plus aucune mention de lui dans les documents Wright, ni aucun enregistrement de naissance d'enfant, de départ de la vallée ou de décès. Nous savons seulement qu'il a quitté la vallée et qu'il a cédé ses terres à Philemon en 1809. Il n'y a pas non plus de trace de l'endroit où il a décidé d'aller.

On se souviendra de Philemon Wright pendant de nombreuses années encore en raison de la marque indélébile qu'il a laissée dans l'histoire de la vallée de l'Outaouais, mais Philemon n'aurait rien pu faire sans l'aide d'autres personnes dont il faut aussi se souvenir. Ils ont aidé à créer une colonie dans la nature et à lancer l'industrie qui a alimenté l'ère industrielle du Canada, l'industrie du bois. Parmi les hommes dont il faut se souvenir figure le premier colon noir de la vallée de l'Outaouais, London Oxford.

 

[1] Voici la liste des cinq familles qui sont venues s'installer ici en 1800 :

Liste des colons
Les premiers colons de Wright's Town

[2] "The Famous Township of Hull" : Image and Aspirations of a Pioneer Community*, Dr. Bruce S. Elliott, Un séminaire en histoire sociale, Université de Carleton.

[3] Massachusetts, Town Clerk, Vital and Town Records, 1626-2001.

[4] Massachusetts, Town Clerk, Vital and Town Records, 1626-2001.

[5] Massachusetts, Compilation des registres des naissances, des mariages et des décès, 1700-1850.

[6] Enslaved People in Medford, Société historique et musée de Medford : https://www.medfordhistorical.org/medford-history/africa-to-medford/slavery-in-medford/ .

[7] Documents de la société historique de Medford, volume 2, Société et musée historiques de Medford : http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus%3Atext%3A2005.05.0003%3Achapter%3D11 .

[8] Le domaine de Brooks englobe des siècles d'histoire de Medford. Les 400 acres d'origine ont été acquis par John Brooks en 1660. Les Brooks ont pratiqué l'agriculture et se sont battus pendant la Révolution américaine. Ils étaient également esclavagistes. https://brooksestate.org/history/

[9] Les quatre familles qui sont arrivées ici avec Philemon étaient accompagnées de 25 ou 33 hommes (les comptes rendus de Philemon diffèrent), mais la plupart d'entre eux, sinon tous, sont retournés à Woburn la première année. Certains, comme Harvey Parker, Daniel Wyman, Martin Ebert et John Turner, sont peut-être revenus avec leurs femmes et leurs familles l'année suivante.

[10] Gideon Olmstead jouera un rôle important dans les débuts de la colonie en tant que constructeur des moulins, probablement constructeur du premier radeau, en tant que juge de paix et, plus tard, en tant que commandant de la milice de Hull. Philemon Jr. épousera sa fille Sally et, en 1822, Gideon fera don d'un terrain pour créer le cimetière Olmstead-Bellevue à Aylmer.

[11] De nombreux historiens ont écrit que le premier radeau a été baptisé Columbo par Philemon. Dans toutes les recherches que j'ai effectuées, je n'ai pas pu trouver de source pour cette affirmation, et il n'y en a pas non plus dans d'autres récits d'historiens.








315 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra
 
Capital Chronicles
 The History You Were Never Told
Chroniques de la Capitale
L'histoire méconnue
bottom of page