Search
  • Rick Henderson

Le grand feu de Hull-Ottawa du 26 avril 1900 - le maelström éolien

Updated: Apr 27

BLOGUE BONUS : Aujourd'hui, pour marquer la 120ème anniversaire du Grand feu de Hull et Ottawa de 1900, voici un témoignage personnel de ma tante Rosa (Sarah Rosina Wright, arrière petite-fille de Philemon Wright).


UNE LETTRE ÉCRITE PAR SARAH ROSINA WRIGHT [1] 390 Sparks St. Dimanche 29 avril 1900


Ma chère Mabel :


Sarah Rosina "Rosa" Wright à 10 ans, 1879

Veuillez excuser cette lettre au crayon à mine, car les seuls stylos que je trouve ici ne me conviennent pas. Autant commencer par jeudi matin pour vous dire tout ce que je peux sur l'incendie. Il est presque impossible de trouver le temps d'écrire car il y a tant de visiteurs, et papa[2] est terriblement agité et je dois le surveiller tout le temps de peur qu'il ne sorte dans la rue et s'éloigne. Il ne semble pas se rendre compte de sa perte, mais il sait quelque chose ne va pas et veut toujours commencer quelque part. J'espère qu'il se calmera dans quelques jours, car c'est une tension terrible de l'avoir dans cet état, mais je lui suis reconnaissante de ne pas se sentir comme il l'a fait il y a quelques années, sinon son cœur serait brisé. Ce jeudi matin, je l'ai conduit en ville, j'ai fait quelques courses et Il a fait une provision de provisions et de beaucoup de choses qu'il voulait. J'avais laissé Molly et Lily[3] à Hull avec les filles, et je me suis rendu chez Lizzie[4] en rentrant chez moi, peu après 11 heures, et elle m'a dit qu'il y avait un feu à Hull. Nous avons téléphoné à George[5] pour savoir où. C'était à l'arrière de l'école modèle, à un demi-mile de chez nous. Nous avons continué notre route vers Hull et nous sommes montés à l'endroit où vivaient les Frank Scotts[6]. Nous avions une vue sur le feu, mais nous n'aurions jamais imaginé qu'il soit aussi terrible. Nous n'y sommes restés qu'une minute et est rentré chez lui.


Maison de CB Wright et famille en 1886, Rosa est assise sur l'herbe

J'ai appelé l'homme pour qu'il prenne le cheval et il est venu en courant depuis les écuries et m'a dit qu'il pensait que le grenier à foin devait être en feu car l'écurie était pleine de fumée. Je l'ai fait courir pour le voir et j'ai couru après lui dans la remise à calèches où j'ai immédiatement vu des planches du plancher qui couvaient. Je me suis précipité sur la route et j'ai crié à l'homme d'aller donner l'alarme chez Eddy[7]. Puis je suis rapidement allé rencontrer le forgeron qui était sorti des fours pour trouver les chevaux de trait comme d'habitude. Je l'ai envoyé chercher de l'eau et il est vite revenu avec deux seaux qui ont éteint le feu, puis ils ont arraché une partie du plancher pour s'assurer qu'il n'y avait plus de feu. C'était vers 11h30 du matin.

Maison de CB Wright sur l'île Philemon et les fours à chaux, 1859

Peu après, Rug[8] est arrivé en voiture et a fait fermer tous les bâtiments, puis il a fait venir ses hommes et les a mis en position avec des seaux. Nous avions beaucoup d'eau de notre barrage mais aucune force. À ce moment-là, les flammes avaient atteint la rue principale. Ma jeune domestique dansait de peur et bien que je n'aie jamais pensé que nous devions brûlé, je détestais la voir si excitée. Alors ma petite bonne a emmené les deux enfants chez Lizzie en passant par la scierie de Hurdman. Ils n'ont pas pu trouver de voiture (tramway électrique) et elle a dû porter Lily tout le long du trajet, mais j'ai été reconnaissante plus tard de les avoir envoyés à temps.


La bonne et moi avons rempli d'eau toutes les baignoires, chaudières, etc. et les avons placées à différents coins de la véranda. Pendant que les hommes, nos garçons et George B.[9] & Co. qui sont arrivés sur les lieux travaillaient dans les écuries et la cour à éteindre des étincelles, je continuais à parcourir le jardin en surveillant les coins et les fenêtres de la maison et je me rendais souvent à la coupole pour voir si tout allait bien. Même lorsque les gars nous faisaient quitter la maison, je ne sentais pas que ça allait mal tourner. Lors d'un de mes voyages à l'étage, j'ai rassemblé mes bijoux et je les ai mis dans ma robe.


Rue Principale à Hull avant le feu, 1890

Nous avons travaillé comme des fous et le toit de l'étable en rondins a pris feu à maintes reprises et nos gars l'ont éteint sur le toit. Avant que le feu n'atteigne la rue principale de Hull, les étincelles volantes ont mis le feu au bois du côté d'Ottawa, juste en face de notre maison, et se sont bientôt étendues le long de la rive. J'ai pris une photo de la fenêtre de George, mais bien sûr, mon appareil photo et tout le reste ont disparu. Peu de temps après, le bois entre nous et la rivière brûlait, ainsi que les sèchoirs (dryhouses) au pied de la route et le bois empilé dans notre jardin inférieur, mais heureusement, il restait peu de bois à cet endroit.


Alors George (Wright) a dit que nous devions aller chercher papa et que nous, les filles, devions y aller aussi. Les chevaux étaient tous partis à ce moment-là, car ils n'auraient pas été d'une grande utilité pour nous, ils étaient si excités et sauvages. Les hommes ont fait sortir papa et l'ont mis dans notre nouvelle calèche... avec George, ils l'ont tiré jusqu'aux fours à chaux en arrière. Je me suis précipité à l'étage, j'ai pris deux petits sacs à main et j'en ai donné un à la bonne en lui disant d'y mettre ses affaires les plus chères, et j'ai fait le tour pour rassembler quelques affaires, mais je pense que j'étais plutôt secoué. Les gars sont entrés l'un après l'autre en nous appelant pour que nous venions immédiatement. J'étais en bas immédiatement, mais j'ai dû attendre la bonne et j'ai pensé que je ne devais jamais la faire descendre. Finalement, Jim[10] est monté et l'a fait descendre et ils nous ont envoyés en arrière.


Notre grande étable brûlait d'un côté de la route et les hangars et la glacière et les hangars d'Eddy étaient en feu de l'autre côté. Les gars disent que cinq minutes plus tard, nous aurions été encerclés car c'était de grosses flammes. Nous avons rencontré George W. (Wright) qui venait des fours à chaux, mais il ne pouvait pas revenir à la maison, comme nous l'avons entendu plus tard, alors il s'est rendu à son propre bureau et a rangé des choses dans la chambre forte et le coffre-fort. La chambre forte n'était pas à l'épreuve du feu et presque toutes les choses ont été détruites par la suite. Son coffre-fort n'a pas encore été examiné, mais il pense qu'il est en bon état (on a découvert plus tard qu'il était tombé dans la cave et qu'il avait donc été sauvé).


George B.[11] & C., Rug & Jim sont restés près de la maison jusqu'à ce qu'il fasse trop chaud. Ils ont sorti quelques livres de George (Wright) et les ont mis dans le jardin, mais ils ont pris feu tout de suite. Quand il a fait trop chaud (dans le jardin), ils se sont mouillés les uns les autres dans l'une des cuves, puis ils en ont apporté une au jardin inférieur où ils se blottissaient les uns contre les autres près du mur de pierre et se tenaient mouillés, attendant que les sèchoirs (dryhouses) soient suffisamment brûlées pour les laisser passer. Ils furent rejoints par quatre hommes d'Eddy's et passèrent un moment terrible pendant près d'une heure lorsque l'entrepôt de seaux, de l'autre côté de la ont pris feu et les flammes ont éclaté au-dessus de leurs têtes. Ils n'en pouvaient plus et ont décidé de se lancer dans la course à la vie. L'un des hommes d'Eddy, un gardien, était un vieil infirme de 83 ans, et par deux fois, lorsqu'ils se sont blottis contre le mur, ils ont cru qu'il était mort, car il gisait là avec les yeux fermés et ne voulant pas s'exercer, ils continuaient à mouiller des mouchoirs et à les poser sur lui.


Lorsqu'ils ont couru vers le mur au pied du jardin, ils l'ont porté avec la cuve, mais ils n'ont pas pu le faire passer par-dessus le mur, qui était brûlant et leur a brûlé les mains, alors ils l'ont porté jusqu'à un trou dans un coin du mur et l'ont laissé là avec la cuve d'eau, sans jamais imaginer qu'il pourrait survivre (mais il l'a fait, comme ils l'ont appris plus tard). Ils ont franchi le mur et sont entrés dans le bassin, ont plongé sous l'eau et ont nagé jusqu'à l'autre côté, devant aider un autre vieil homme qui ne savait pas nager et était mort de peur. Ils sont sortis et sont montés à Hull, entre les usines de papier en feu d'un côté de la route et l'usine d'allumettes en feu de l'autre, et ont finalement abouti chez les Scotts, où Papa et moi les avions précédés.


Quand la fille et moi sommes arrivés aux fours, Papa était au bureau, et nous y sommes restés aussi longtemps que j'ai osé, mais quand j'ai vu les flammes descendre la rue principale, j'ai pensé que nous ferions mieux de partir avant d'être encerclés. Elle et moi avons pris papa entre nous et nous avons marché lentement jusqu'à la maison d'un homme qui a déjà travaillé pour papa, et nous sommes entrés là et papa a pris un verre de lait, du pain et du jambon froid. Elle a réussi à trouver l'endroit et ils ont envoyé un cheval et une calèche par George Walker, qui nous a emmenés là-haut par une route en rond point, le seul chemin que nous pouvions prendre.


Les flammes ne se trouvaient pas de leur côté du ruisseau[13], mais peu après leur arrivée, leur véranda a pris feu à deux reprises et a été éteinte. Ils ont envoyés d'abord Mme Scott, puis Papa et moi, chez Mme Walker sur la route de Chelsea. Nous avons appelé chez les Garrioch et nous avons emmené la vieille Mme G. et le bébé chez le colonel Wright[14] et quelqu'un d'autre a déménagé Jeff. Mme Willie Garrioch avait subi un accident deux jours auparavant et était gravement malade au lit. Ils ne l'ont pas déplacée - heureusement - car le feu de ce côté a été rapidement éteint, et presque tout Eddyville (village d'Argentine) a survécu. Aucun des Garriochs ne semblait être plus malheureux pour l'excitation. (On attribue à Willie Garrioch le mérite d'avoir sauvé tous les registres de l'église St. James[15]).


Avant de quitter les Scott, Rug, Jim, George, B. & C., sont arrivés et ont entendu dire que le feu faisait rage à Ottawa et que l'hôtel Cecil était brûlé, ainsi que beaucoup d'autres histoires exagérées. J'étais donc dans un état terrible à propos de Lizzie, Stuart & Lily et j'ai imploré leurs maris de rentrer chez eux, ce qu'ils ont fait aussi rapidement par moyen du traversier, le seul moyen de transport pour tous les ponts a été brûlé (ce traversier appartenait à George Brigham).


Je n'ai pas entendu avant 12h30 cette nuit-là quand Geo. W. est venu chez les Walker, qu'ils allaient bien. Pendant ce temps, j'ai passé un moment horrible, à rester assis là à regarder Papa, sans savoir comment ils s'en sortaient. Nous étions tous très à l'aise chez les Walker pour la nuit - Mme Scott, Papa, George W., ma bonne et moi, mais c'était pitoyable de voir des gens passer la nuit près de leurs effets personnels sur le bord de la route, et c'était aussi une nuit froide. Tous les chefs de famille étaient la gentillesse même et quand leurs maisons étaient pleines, ils envoyaient de la nourriture, etc. à ceux qui étaient en plein air.


Jim W. passait la nuit chez Charlie[16], puis plus tard, parfois là-bas et parfois chez Rug, et il appelle toujours ici une fois par jour. Le vendredi matin, les Scotts nous ont emmenés chez Charlie et, après le dîner, ils nous ont conduits au traversier, que nous avons ensuite traversé en calèche. Cela m'a presque brisé le cœur de regarder les quatre murs de notre chère vieille maison ; nous n'en aurons jamais une autre, nous en prendrons tant soin, mais je suis reconnaissant que nous nous en soyons sortis sans blessure. Rug, Jim, George ; B. & C., avaient très mal aux yeux mais ils ont utilisé de l'acide boracique[17] et ils vont tous bien maintenant.


Le vieil homme qu'ils ont laissé derrière eux n'a finalement pas été brûlé et a dû retrouver sa présence d'esprit peu après qu'ils l'aient quitté, car lorsque le feu est devenu très violent, il a plongé la tête, puis le dos dans la cuve et s'est maintenu constamment mouillé. Lorsque le feu s'est éteint, il s'est laissé tomber de la rive à l'arrière de l'île, a pris une planche et s'est poussé à travers le glissoir à cages, et a finalement été aidé par quelqu'un. Son évasion est merveilleuse et les garçons sont si content ayant eu tellement de remords d'avoir eu le malheur de le quitter.


La maison du Dr Graham[18], celle d'Eddy et tous ses moulins et bâtiments, la maison de Frank Scott, toute la propriété de Marston[19], une vieille église, les maisons des Smiths, Lyster, Johnston et Brooks ont toutes disparu, ainsi que le bureau de poste, le palais de justice, le bureau de George W.[20] (plusieurs blocs à l'est), et tous les bureaux du manufacture de ciment[21] ; l'incendie s'est étendu sur toute la longueur de la rue Principale, et à l'arrière sur un long chemin, puis jusqu'à la rivière. Vous n'avez jamais vu un balayage aussi propre de votre vie - il ne reste presque plus de cendres.


À Ottawa, la situation est tout aussi grave : tout le long de la route de Richmond est brûlé, et entre cette route et la rivière, ainsi qu'à l'arrière de la route de Richmond jusqu'à la ferme expérimentale (ce dernier endroit est bien). La maison du Dr Marston, celle du Dr Hill[22], celle du Dr Malloch[23], celle de Pinhey[24] et beaucoup d'autres endroits splendides ont disparu - aussi, les grands moulins à farine de McKay à la Chaudière, et tout le reste là-bas. Le fer des ponts est tout tordu. Ottawa n'a pas de lampadaires, de nombreuses maisons sont restées dans l'obscurité pendant quelques jours, et les voitures[25] ont été arrêtées jusqu'à vendredi matin.


Des tas et des tas de gens que nous connaissons n'ont rien d'autre que les vêtements qu'ils portent, et certains n'ont pas ou peu d'assurance. Les Lysters[26] ont tout perdu, sauf leurs instruments et une poussette pleine d'argenterie, et n'ont pas d'assurance. Anne Smith n'a que les vêtements dans lesquels elle se trouve. Nous avons une bonne assurance, je pense, mais George dit qu'elle ne couvrira jamais notre perte, et bien sûr, tous nos petits sentiments ont disparu. Je n'y pense pas encore. Tout ce qui nous a apporté un loyer a disparu, sauf la ferme, et il faudra un certain temps avant que George ne s'installe à nouveau. Lui et M. Brooke ont pris possession des bureaux de la Banque Molson à Ottawa, mais ils doivent se procurer de nouveaux meubles pour eux. Il est terrible que tous deux aient perdu tous leurs livres.


George a l'air très anxieux et inquiet, mais il tient bon et dit que cela le rend malade de penser à la petite évasion que papa et nous autres avons eue. Je ne sais pas comment cela affectera Rug, car je suis sûr que la Union Bank, qui possédait la cimenterie, ne reconstruira pas, mais il (Rug) a encore quelques fours à chaux à l'arrière de Hull qui lui permettront de continuer, si seulement les ponts sont réparés bientôt, et il pourra acheminer des affaires en ville (Ottawa). Les effets personnels de Charlie (le Shérif) ont été déménagés mais sa maison s'est échappée, donc il va bien, mais son bureau au palais de justice a bien sûr disparu. Tout ce que j'ai gardé pour Jim, c'est une épingle d'argent, et pour George, des cravates, des cols, des poignets, des mouchoirs, une brosse à cheveux et un rond de serviette.


J'ai gardé tous mes journaux intimes[27] sauf celui de cette année, et j'en suis très heureuse - il reste encore un peu de l'ancienne vie. Pour le moment, je peux m'occuper des affaires de Lizzie jusqu'à ce que j'aie le temps de réfléchir, mais tant que papa ne sera pas installé, je ne pourrai pas bouger. Je vous remercie sincèrement pour vos gentilles offres et votre sympathie et je vous laisserai m'aider plus tard. Ce que je veux maintenant, il s'agit surtout d'une paire de pantoufles de chambre, car Liz n'en a qu'une paire et je dois souvent sauter la nuit quand j'entends papa bouger. Donc, si vous voulez me présenter une paire, je vous en serai très reconnaissant.


Notre pauvre cheval de trait a été le seul à être incinéré, mais j'ai bien peur que Jerry et trois chiots aient tous péri, ainsi que notre canari qu'ils ont laissé sortir de la cage. Il suffit de penser à mon cher vieux palmier et à la vieille peinture à l'huile du grand-père Montgomery. Je m'étais félicitée de l'absence d'Edith Hunter chez nous et lorsque j'ai téléphoné à Percy, il m'a dit qu'elle avait elle aussi souffert. Il est venu ici hier soir et m'a dit qu'elle venait de rentrer chez elle car elle n'avait pas assez de vêtements pour rester. Je suis vraiment désolée pour elle.


Nous n'avons pas encore fait de plans, mais ne pensez pas qu'il serait sage de reconstruire au même endroit, car il s'agit forcément d'un centre de manufacture. George a écrit hier soir à Mme Fred, dont le mari est parti au Klondike et qui, avec ses deux enfants, est en pension à Aylmer, pour voir si elle accepterait de nous louer leur maison sur le chemin d'Aylmer, près de notre ferme ; la maison est exactement comme la nôtre, où vivait l'oncle Ned Wright[28]. Elle est meublée et est fermée depuis un an et j'espère que nous pourrons l'obtenir jusqu'au 1er octobre ou novembre à un prix raisonnable. Ensuite, les Cunningham[29] pourraient venir chez nous pendant l'été, et peut-être les Brigham[30] aussi, et nous pourrions vivre à la manière d'un pique-nique et économiser jusqu'à ce que nous puissions regarder autour de nous et décider de notre avenir. Je ne pouvais pas supporter la ville (Ottawa) avec papa tout l'été.


En attendant, nous resterons ici. George B. a été très gentil et c'est très agréable d'être avec Liz, et je ne pouvais pas emmener papa dans la maison de quelqu'un d'autre. Il semble terriblement faible ce soir. Géo. B. a tout brûlé, mais son bateau traversier fait un travail urgent maintenant qu'il n'y a plus d'autre moyen de se rendre à Hull, et il gagne 200 dollars par jour depuis l'incendie. Liz a l'air très blanche et tremble un peu sur ses pieds, mais elle a renvoyé son infirmière et se déplace maintenant ; elle est allée faire un tour en calèche aujourd'hui avec Papa & Lily pendant que je jouais à l'infirmière. Le bébé[31] est très bien. Bea[32] est toujours à Stewarton, mais les autres enfants[33] sont à la maison.


J'aimerais bien que vous puissiez venir un jour ou deux. Je sais que Stuart[34] serait heureux de vous donner un lit, ou je pense même que certains d'entre eux seraient assez larges pour nous deux, et que nous pourrions parler beaucoup et je pourrais vous montrer les choses terribles. Essayez de venir. Tout le monde a été si gentil & bon et mon opinion du monde est bien meilleure qu'avant. Nous avons reçu tant de lettres aimables et au moins deux offres de maisons.


Je ne pense pas pouvoir en écrire davantage, mais c'est un volume et j'espère que vous pourrez le lire et corriger les erreurs au fur et à mesure, je ne pourrai jamais le relire. Merci à toute la famille pour leur sympathie qui nous a été très douce, et essayez de monter. Votre bonne amie aimante Sarah

Les notes de bas de page de cette lettre ont été préparées par Patrick M, O. Evans, généalogiste de la famille Wright.

[1] Plus tard connu sous le nom de "Aunt Rosa", historienne et généalogiste de la famille Wright.

[2] Charles Brown Wright - fils de Ruggles Wright père

[3] Plus jeune fille de Charles Brown.

[4] La soeur aînée de Rosa, mariée, Mme Eliza Montgomery Wright Brigham.

[5] Deuxième fils de Charles Brown.

[6] Le Dr William Francis Scott.

[7] E.B. Eddy Co.

[8] Ruggles, fils aîné de Charles Brown.

[9] George Brigham, le mari de Lizzie.

[10] James C., quatrième fils de Charles Brown.

[11] George Brigham.

[13] Probablement Brewery Creek.

[14] Probablement LI. Col. Joshua Wright.

[15] (Extrait d'une histoire abrégée de l'église St. James 1823-1948) "Le plus grand incendie dans l'histoire de Hull s'est produit le 26 avril 1900. Non seulement une grande partie de la ville a été détruite, mais l'église et le presbytère ont été réduits en cendres. Un bâtiment temporaire, connu sous le nom de "Tabernacle dans le désert", a été érigé sur la propriété des Scott".

[16] Charles Montgomery Wright. Troisième fils de Charles Brown, il était shérif du comté de Wright.

[17] Acide boracique.

[18] Dr. Charles Everett Graham. J.P.

[19] Propriété de George Jacob Marston, mari de Christiana Wright, petite-fille de Philemon & Abigail.

[20] George Wright. Le frère de Sarah Rosina.

[21] Manufacture de ciment connu sous le nom de CB Wright & Sons.

[22] Hamnett Pinhey Hill II, petit-fils du Dr Hill.

[23] La fille du Dr E.C. Malloch, Madge M., le fils du Dr Graham.

[24] La famille Hamnett Pinhey.

[25] Les tramways.

[26] Dr H.V. Lyster m. Vera Marston.

[27] Sarah Rosina a brûlé son journal intime en 1933 avant d'abandonner l'entretien ménager et d'emménager dans la résidence Elizabeth - avec sa sœur. Mme George Cunningham.

[28] Probablement Edward VanCortland Wright.

[29] Nom de famille de sa mère.

[30] La famille de son beau-frère.

[31] Rosa Wright Brigham née en 1899.

[32] Beatrice née en 1892.

[33] Molly, née en 1894, Charles James né en 1895. Lily Wright née en 1898, enfants de sa sœur, Liz & George Cunningham. Deux autres enfants sont nés après l'incendie : Clare M. née en 1905 et George Murray né en 1909.

[34] Sa belle-soeur, Mary Stuart (MacArthur). La femme de Ruggles.

64 views
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told
SIGN UP AND STAY UPDATED!
  • Grey Facebook Icon

© 2020 by RickHenderson.  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon