Search
  • Rick Henderson

La première dame de la région de la capitale du Canada

Updated: Feb 28


Abigail (Wyman) Wright, composite de deux artistes inconnus, BAC et GVHS

POUR LES LECTEURS REGULIERS de ce blog, il devrait être évident qu'une grande partie de mon attention sur la curieuse histoire de la capitale a porté sur ses débuts coloniaux et les principaux acteurs de cette époque.

D'un point de vue personnel, une grande partie de l'histoire est également façonnée par de petits événements et par les actions moins visibles des personnes en arrière-plan ; les acteurs de soutien, pour ainsi dire ; d'innombrables personnes qui ne sont jamais reconnues que par les personnes avec lesquelles elles partagent leur vie, pour ensuite se perdre dans l'ombre du temps.

Voici l'histoire de l'une de ces personnes, la première dame de la vallée de l'Outaouais


Abigail (Wyman) Wright

ABIGAIL WYMAN est reconnue par les historiens comme la femme de Philemon Wright, avec peu d'autres écrits sur elle. "L'histoire d'une femme remarquable qui n'est jamais entrée dans les livres d'histoire", direz-vous. « Oui, inhabituelle. Ouiiiiin...! »

Dans mon parcours de chroniqueur de l'histoire locale, la remarque la plus souvent répétée par les lecteurs a été : « Pourquoi n'écrivez-vous pas davantage sur les femmes ? » et ma très faible réponse a toujours été qu'il n'y a tout simplement pas beaucoup de sources qui éclairent l'histoire des femmes.

La vérité est que seuls quelques paragraphes ont été écrits sur Abigail au fil des ans, parce qu'il ne lui reste que quelques lettres et une ou deux anecdotes de ses contemporains. Pourtant, l'histoire de cette femme courageuse qui suit son mari dans les régions sauvages du Canada, une véritable leader à part entière, est certainement une histoire qui mérite d'être racontée.

Après avoir blogué sur les nombreux détails du mari d'Abigail, Philemon, il est temps de tenter de raconter les événements qui ont façonné sa vie.

Arrivée de la flotte Winthrop par William F. Halsall en 1914.

LA PLUPART DES ANCÊTRES d'Abigail sont arrivés dans le Nouveau Monde au cours de l'été 1630, à bord de l'un des onze navires de la flotte Winthrop, dirigée par John Winthrop. Il s'agissait d'une expédition qui a transporté entre 700 et 1 000 puritains d'Angleterre vers ce qui allait devenir la Nouvelle-Angleterre, marquant la première période de ce que l'on appelle la Grande Migration.

Cent trente ans plus tard, le 20 août 1760, Abigail Wyman commence sa vie exactement deux semaines avant la naissance de son futur mari, Philemon Wright. Ses parents étaient Jonathan Wyman III et Abigail Wright, le cousin germain de Philemon, ce qui fait d'Abigail et de Philemon des cousins au deuxième degré.

Winchester, Massachusetts 1883 (Winchester s'est séparée de Woburn en 1850)

Tous deux sont nés sujets britanniques dans le village de Charlestown (plus tard, nommé Woburn) [1] dans la colonie de la baie du Massachusetts. Le village de Charlestown a été fondé en 1640 par un don de Charles Ier par la signature d'ordres de ville par sept hommes choisis par la colonie. Trois de ces Selectmen étaient les ancêtres directs d'Abigail : Le diacre Edward Converse, John Thompson et Thomas Richardson. [2]

Les puritains qui arrivent à Cape Cod en 1630

Les premiers colons puritains accordaient une grande importance à l'éducation, tant pour l'étude de la religion (il y avait beaucoup de lecture de la Bible !) que pour que les citoyens puissent participer pleinement aux réunions de la ville.

Pour leurs descendants qui élevaient des enfants dans la colonie de la baie du Massachusetts au XVIIIe siècle, l'éducation était considérée comme une priorité majeure. Il n'est donc pas étonnant qu'Abigail ait fréquenté l'école de Woburn, où elle a appris à lire et à écrire. [3]


LES WYMAN sont aujourd'hui largement reconnus à Boston comme l'une des familles fondatrices. La liste de l'implication de la famille dans pratiquement tous les projets pionniers dont Boston est issue est assez longue : les églises, les écoles, le gouvernement, le canal du Middlesex, le premier service de traversiers sur la rivière Mystic. Aujourd'hui encore, la communauté de Boston montre sa fierté pour la famille avec des rues, des écoles et des parcs qui portent toujours le nom de Wyman.

Winchester (anciennement, Woburn) 1854 - Division Wyman

Abigail, la fille aînée d'une famille de neuf enfants, a grandi dans une communauté profondément religieuse dans la ferme de son père sur Wyman Rd. et a mené une vie privilégiée. Des serviteurs sous contrat travaillaient chez elle, ce qui n'est pas inhabituel pour un homme riche comme Jonathan, son père. [4] Lorsque Jonathan mourut en 1774, suivi par la mère d'Abigail en 1787, il semble que la succession ait été divisée entre Abigail et ses frères et soeurs.

Les premières années d'Abigail se sont déroulées à une époque où des événements tumultueux et déchirants menaçaient de détruire sa famille et sa communauté, les événements qui ont conduit à la Révolution américaine.

Comme chacun d'entre nous se souviendra sans doute toute sa vie de la prise d'assaut du Capitole de Washington le 6 janvier dernier, nous n'avons peut-être compris la portée de cet événement que quelques jours, voire quelques semaines plus tard. Il n'est donc peut-être pas difficile d'imaginer ce que ce serait si l'événement se produisait dans votre jardin.

C'est exactement ce qui est arrivé à la jeune Abigail, en 1770, lorsque la violence se produisait dans les champs entourant sa maison, avec de nombreux membres de sa famille pris dans les combats.

John Adams, 2e Président des États-Unis

Par exemple, le cousin (éloigné) d'Abigail, John Adams, âgé de 35 ans, était avant la révolution un avocat et un militant politique qui se consacrait au droit à un avocat et à la présomption d'innocence. Il a défié le sentiment anti-britannique et a défendu avec succès des soldats britanniques contre des accusations de meurtre lors du massacre de Boston, qui a eu lieu le 5 mars 1770. Il est considéré comme l'un des événements les plus importants qui ont fait basculer le sentiment colonial contre le roi George III et l'autorité du Parlement britannique. John Adams a écrit que « les bases de l'indépendance américaine ont été jetées » le 5 mars 1770 et qu'il s'avérera être l'un des grands patriotes de la Révolution.

Le massacre de Boston, 5 mars 1770

Après la fin des combats, Adams devint ambassadeur en Angleterre en 1785, chargé de négocier la paix. [5] Il sera finalement élu premier vice-président des États-Unis en 1789, et succédera plus tard à George Washington en 1796, en tant que deuxième président. John Adams est également le père du sixième président, John Quincy Adams.

Un autre exemple de la proximité de la guerre avec Abigail est celui des batailles de Lexington et Concord, la bataille qui a lancé la Révolution le 19 avril 1775. [info]

Les battailles de Lexington et Concord, 19 avril 1775

La veille de la bataille, John Hancock [info], Samuel Adams [info], Joseph Wright (l'oncle de Philemon) et d'autres se sont rencontrés à la taverne de Wright à Concord (appartenant au cousin de Philémon) pour planifier le lendemain. Il fut décidé que les Minutemen se rassembleraient le matin à la Wyman's Tavern à Keene, et marcheraient jusqu'à Concord pour attendre les Réguliers britanniques. (La Wyman's Tavern appartenait au cousin d'Abigail, le colonel Isaac Wyman père, qui avait été un vétéran de la guerre entre la France et les Indiens (1754-1763) et qui commanderait une division de Minutemen lors de la célèbre bataille de Bunker Hill. [info])

La battaille à la maison Jason Russell le 19 avril 1775

Ce jour-là, les combats les plus sanglants se sont déroulés autour de la maison de Jason Russell [6] à Arlington - à seulement 3 km de la maison de Philemon. De nombreux récits de ces combats racontent comment les citoyens de Woburn, Arlington et Menotomy ont emporté leurs mousquets dans les champs pour se défendre contre les réguliers britanniques en maraude. Abigail et Philemon n'avaient que 14 ans. Lorsque Philemon a eu 15 ans, il a rejoint la milice et a servi pendant deux ans, quittant le service comme sergent en 1777. [7]

Les combats ont continué pendant six ans supplémentaires et même après la fin des combats, il y avait encore une tonne de bouleversements dans les Treize Colonies, avec une inflation sérieuse due au coût de la guerre, une ou deux autres rébellions (par exemple la rébellion du whisky) et de nombreuses personnes fuyant vers le nord. Cette agitation pourrait très bien être exactement ce qui a renforcé la détermination d'Abigail à trouver un nouveau foyer plus sûr avec Philemon au Canada.

Abigail épousera Philemon le 16 mai 1782, et célébrera la naissance de leur premier enfant, Philemon Junior, en 1783, juste au moment où la guerre touche à sa fin. Cinq ans après la naissance de Philemon Junior, Tiberius arriva en 1788, Abigail (Nabby) en 1790, Mary (Polly) en 1791 et Ruggles en 1793.

Peu de temps après, la mort rendit visite à sa famille, enlevant la jeune Nabby à ses parents pour toujours. Elle fut enterrée dans un coin de la ferme des Wright et dut être laissée derrière elle lorsque la famille quitta la propriété en 1800.

Comme beaucoup de mères le faisaient à l'époque, Abigail donnait à sa fille suivante le nom d'Abigail, en l'honneur de Nabby. Abigail IV est née en 1796, suivie trois ans plus tard par un autre fils, Christopher Columbus, en 1799. Christiana sera son dernier enfant, le premier à naître dans leur nouvelle colonie, en 1803.


De fermière à pionnière

La colonie de la baie de Massachusetts

PENDANT CE TEMPS, Abigail et Philemon vivaient sur la ferme familiale des Wright, et en 1789, le couple en a acquis 45 acres pour lui-même, en achetant de Thomas Sénior, le père de Philemon. Le frère aîné de Philemon, Thomas Junior a fini par posséder les 45 autres acres. [8]

En 1791, Abigail et Philemon ont acheté 30 acres qui étaient attenants à la ferme de la famille Wyman. Curieusement, cet achat a été fait en partenariat avec la soeur d'Abigail, Margery, qui ne se mariera qu'en 1793. Abigail et Margery avaient-ils hérité de l'argent de la succession de leur père ? Ou bien avaient-ils tous deux vendu leur part de l'héritage foncier à un moment donné ? D'une manière ou d'une autre, la signature d'Abigail sur ce contrat à côté de celui de son mari démontre certainement qu'elle était autant un partenaire commercial qu'une épouse.

Philemon se considérait avant tout comme un agriculteur, mais il avait rapidement acquis le goût de l'investissement et de la spéculation. En tant qu'agriculteur, lui et son frère Thomas amènent leurs biens jusqu'à Montréal pour obtenir le meilleur prix pour leurs produits et leur bétail, et ils s'y rendent à plusieurs reprises. Abigail restait donc à la maison pour élever les enfants et s'occuper des autres activités de la ferme ; c'était une bonne formation pour le rôle qu'elle aurait à jouer dans sa future demeure au Bas-Canada.

L'acquisition de terres à Woburn était une affaire coûteuse, et les terres abordables se faisaient de plus en plus rares. Philemon et Abigail commencèrent donc à chercher des opportunités ailleurs. Leur famille s'est agrandie et ils voulaient tous deux que leurs enfants bénéficient d'un héritage décent, tout comme Abigail. Philemon se rendait compte que ses propres opportunités seraient limitées, alors il a gardé les yeux ouverts et les oreilles ouvertes pour tout ce qui pourrait lui arriver.

À Boston, il a rencontré un homme du nom de Johnathan Fassett, de Burlington, dans le Vermont, qui a engagé Philemon pour investir dans une entreprise commerciale. Fassett fit savoir à Philemon que la Couronne britannique avait publié une proclamation selon laquelle des concessions de terres étaient disponibles pour un leader et ses associés, à condition qu'ils fassent un levé des terres concédées et amènent des colons pour les améliorer. Fassett avait obtenu un mandat d'arpentage pour plusieurs cantons du Bas-Canada, dont le canton sauvage de Hull dans la vallée de l'Outaouais.

Le 12 août 1796, Wright signa un acte de vente pour la moitié des cantons de Hull, Ripon, Grandison et Harrington à partir du mandat de Fassett pour 600 £, une somme qui augmenta rapidement, lorsque Fassett demanda et reçut 1400 £ de plus de Philemon.

Ce que Philemon ne pouvait pas savoir, c'est que la concession de terre de Fassett avait été révoquée. Lorsque Philemon découvrit finalement l'escroquerie, il demanda à la Couronne la concession du canton de Hull le 17 avril 1797, et on lui promit la concession. L'acte final de concession ne fut signé que le 3 janvier 1806, pour moins d'un quart du canton de Hull, qui contenait 82 429 acres au total.

On ne sait pas dans quelle mesure Abigail aurait pu s'enthousiasmer pour le projet de son mari de faire ses bagages et de déménager dans les régions sauvages du Canada, mais il ne fait aucun doute qu'elle était au courant de la planification et de la préparation approfondies de son mari pendant trois ans, qui comprenaient deux expéditions de reconnaissance dans la vallée de l'Outaouais. Il est certain que la perspective d'une telle entreprise lui a été facilitée, sachant qu'elle et Philemon seraient accompagnés de ses sœurs, Margery et Lavina, et de son beau-frère Thomas.

Néanmoins, il est difficile d'imaginer le courage qu'Abigail a dû avoir pour quitter sa maison, voyager dans une région âpre à 130 km de tout avant-poste de la civilisation - et faire tout cela avec de jeunes enfants ; Christopher n'avait qu'un an.

Carte du voyage de l'expédition Wright en 1800

LE VOYAGE DE 800 KM vers sa nouvelle demeure dans le canton de Hull commencera en février 1800, avec un bref arrêt à Montréal pour les provisions. Ils sont accompagnés de trente-trois bûcherons, de quatorze chevaux et de huit boeufs. Philemon décrit la scène après avoir quitté Montréal (en traduction) : [9]

Nous avons poursuivi notre route vers le canton de Hull, en parcourant en général, parmi les anciennes colonies, une quinzaine de miles par jour pendant les trois premiers jours, grâce à nos chevaux et à nos bœufs qui se déplaçaient au même rythme et à nos traîneaux plus larges que ce qui est habituel dans ce pays ; Sous ces difficultés, nous avons voyagé les trois premiers jours, nous arrêtant avec les habitants ces trois nuits jusqu'à ce que nous arrivions au pied du Long Sault, qui était la fin de toute route parcourue dans cette direction au Bas-Canada, étant alors à quatre-vingts milles de notre destination, et sans route, nous avons trouvé qu'il était impossible de procéder en conséquence de la profondeur de la neige, et nous avons donc été obligés de prendre position et de mettre une partie de nos hommes pour changer nos équipes afin d'y aller seuls, et l'autre partie des hommes pour avancer pour couper la route. Après avoir fait les préparatifs nécessaires, nous avons continué à avancer pour le chef du Long Sault, en observant avant la tombée de la nuit, afin de nous fixer à un endroit près de l'eau pour camper pour la nuit, en particulier en observant qu'il n'y avait pas d'arbres secs à tomber sur nous ou sur notre bétail, et s'il fallait les couper. Puis nous avons déblayé la neige et coupé les arbres pour le feu pendant toute la nuit, les femmes et les enfants dormant dans des traîneaux couverts, et les hommes avec des couvertures autour du feu, et le bétail s'est attaché aux arbres debout ; Dans cette situation, une trentaine d'entre nous passèrent la nuit, et je dois dire que je n'ai jamais vu d'hommes plus heureux de ma vie, qu'ils ne semblaient l'être, n'ayant ni propriétaire pour faire appel à nous pour nos dépenses, ni pour se plaindre de nos extravagances, ni de sols sales pour dormir, mais la terre douce qui appartenait à notre ancien Souverain, observant pour prendre notre rafraîchissement et préparer suffisamment pour la journée.

Après cela, le groupe a décidé de continuer sur la rivière. Le voyage n'a pas été sans incident, car ils n'étaient pas habitués à voyager sur la rivière gelée. Ainsi, peu après avoir quitté le Long Sault, ils ont rencontré un indigène qui voyageait à pied avec sa femme et son enfant. Il était stupéfait de ce qu'il voyait, ébloui par ce convoi de bœufs et de traîneaux, mais il a vite compris leur situation. Montrant du doigt les bois, sa femme disparut dans la forêt, et il entreprit de les conduire en remontant la rivière jusqu'aux rives de la rivière Gateno, où il arriva le 7 mars 1800. Là, les hommes commencèrent le dur labeur pour établir ce qui serait bientôt le premier établissement permanent dans la vallée de l'Outaouais.

Détail des chutes de la Chaudière par John Elliott Woolford 1821

L'histoire de la croissance de la colonie est toujours décrite en fonction de ce que Philemon a construit et, aussi remarquable que soit cette histoire, elle n'aurait pas pu être réalisée sans le travail d'Abigail. Pendant que Philemon, ses fils et ses associés construisaient, Abigail assurait la direction des opérations pour garantir la santé et le bien-être de sa jeune communauté.


Pasteure, éducatrice, infirmière et femme d'affaires

DÈS LEUR ARRIVÉE DANS LA VALLÉE, les pionniers faisaient appel à Abigail en cas d'urgence médicale, comptaient sur elle pour l'éducation de leurs enfants et lui étaient reconnaissants de l'attention qu'elle portait à leur subsistance spirituelle.

Dans une colonie de pionniers de cette nature, des accidents se produisaient et des problèmes de santé se posaient, mais il n'y avait pas de médecin dans un rayon de 200 km. En cas de problèmes de santé graves, la personne pouvait être transportée à Montréal pour y être soignée si possible, mais la plupart des situations devaient être traitées au sein de la communauté.

C'est Peter Miner, le magasinier/enseignant qui donne un témoignage élogieux des compétences d'Abigail en tant qu'infirmière (en traduction) : Nous n'avons pas de phisitien (médecin) ici et n'en ont pas besoin, car je donnerais plus pour l'opinion de Mme Wright que tout autre médecin que j'ai jamais vu.

Abigail a également pris en charge le ministère de la foi et l'éducation des jeunes. Comme il n'y avait ni église ni pasteur dans la colonie, l'école du dimanche pour les jeunes et les réunions de prière régulières avaient lieu chez elle.

De temps en temps, des ministres itinérants arrivaient à Wright's Town, mais en raison de l'isolement de la colonie, ils restaient rarement. Abigail, toujours désireuse d'entendre les paroles d'un prédicateur, les invitait chez elle.

La première mention d'une telle visite remonte à 1811, lorsque le révérend Daniel Prickett est arrivé pour travailler dans l'industrie du bois (il semble qu'il avait des dettes à rembourser.)

Dans une de ses bontés envers Abigail, le révérend Prickett écrit une lettre pour elle à son mari à Québec. La lettre démontre qu'Abigail était une femme de foi profonde. Dans plusieurs de ses lettres, elle exprime sa foi inébranlable dans la main de Dieu en toutes choses. Voici un extrait de sa lettre à Philemon à Québec, le 27 juin 1811 (en traduction) :

Lettre d'Abigail Wright à son époux, Philemon le 27 juin 1811

Permettez-moi de vous dire que je suis très inquiète pour vous et nos enfants qui sont avec vous, de peur qu'une maladie féroce ne s'empare de vous et ne vous empêche de revenir. En attendant, je me tourne vers le Père de toutes les miséricordes et j'implore avec une humble confiance sa protection pour vous comme pour moi, et pourtant je sais que dans la Justice, il a décrété notre propre dissolution, Il est donc de notre plus haute sagesse, pendant mon séjour sur terre, de recevoir une demeure éternelle dans les cieux, pour laquelle je suis plus que jamais déterminé à m'efforcer par tous les moyens possibles de garantir ma vocation et mon élection, ainsi que mon désir d'être crucifié dans le monde et de le voir crucifié pour moi, afin que je ne puisse me glorifier que dans la Croix du Christ, car nous savons que la fin de toutes les choses sublunaires est proche. J'espère cependant que Dieu, dans son aimable providence, vous rendra, vous et les enfants, à nouveau ici, en santé et en paix, et que nous pourrons passer le reste de nos jours ensemble dans sa crainte et à son service.

Vous direz à Ruggles (18 ans) et Abigail (15 ans) que cette Mère les aime tendrement et espère qu'ils se comporteront avec bienséance et qu'ils reviendront sains et saufs dans ses bras à nouveau.

Après avoir dit tout ce qui est peut-être opportun pour cette fois, je m'empresse de conclure

Me décrire

Votre épouse toujours dévouée et affectueuse

Abigail Wright.

Dans les lettres trouvées dans les fonds Wright, Abigail montre les multiples facettes de sa personnalité et de ses préoccupations. La plupart de ses lettres sont adressées à son cher mari - certainement une preuve de son affection pour Philemon.

Ses lettres, comme beaucoup de celles de Philemon, ont souvent été écrites par d'autres personnes et n'ont généralement pas été mises sous enveloppe, ce qui peut expliquer le ton formel qui a imprégné leurs communications personnelles. Les lettres portaient souvent sur des affaires urgentes, de sorte que les choses de nature personnelle étaient réduites au minimum. Néanmoins, il y a une affection, un respect et une confiance sincères et mutuels. Philemon partageait également sa foi, surtout dans les moments où la mort rendait visite à leur famille.

Abigail était également très préoccupée par l'éducation dans la communauté, plus particulièrement celle de ses propres enfants. En 1802, elle engagea l'un des premiers associés, son cousin Daniel Wyman, pour être l'instituteur de sa maison. Malheureusement, cela ne dura que trois mois et peu de choses furent accomplies jusqu'en 1807, lorsque les colons s'engagèrent à construire une école et qu'Abigail demanda à Philemon d'adresser une pétition au gouverneur pour obtenir un maître d'école.

En novembre 1808, Robert Chambers, un professeur de l'Institut Royal, fut envoyé dans le canton et commença à enseigner dans une école construite par Philemon, mais Chambers ne resta que jusqu'en 1810, remplacé par un autre professeur en 1812. Puis, Andrew Ryel est arrivé en 1813, a enseigné pendant quatre mois, suivi finalement par Peter Miner, le commerçant de Philemon, qui a enseigné pendant l'année suivante. L'isolement de Wright's Town pose un problème pour le maintien de l'enseignement, comme pour tout autre chose.

Pour remédier à ce problème, Abigail a demandé à son mari Philemon d'envoyer des journaux et des livres de Montréal ou de Québec à la maison, surtout pour les enfants. Je vous ai envoyé des journaux pour vous amuser, Philemon a écrit des livres très amusants, de la poésie mais pas de romans, ainsi qu'un livre d'arithmétique sec mais certainement utile. Les romans ne seraient pas une littérature acceptable pour la lecture en famille à cette époque.

Cathédrale Notre-Dame et place du Marché, Québec, 1850 BAC

Pour certains de ses enfants, l'enseignement de Wright's Town ne serait pas suffisant. Dans une lettre adressée à son mari le 27 juillet 1813, Abigail parle des problèmes qu'elle avait avec son plus jeune fils, Christopher Columbus, âgé de 14 ans à l'époque. Elle écrit :

Cher mari et compagnon,

Notre fils Christopher est comme tous les garçons de son âge, instable d'esprit. Je lui ai donné le choix, soit d'aller travailler dans les champs, soit de rester à la maison pour que M. Miner lui donne des instructions, soit d'aller au Québec. Il semble ne pas avoir l'intention de s'occuper de son éducation et choisit d'aller au Québec pour vous, et je souhaite que vous lui portiez une attention particulière et que vous veilliez à ce qu'il ne se mette pas en mauvaise compagnie, comme le sont les jeunes hommes non scolarisés, et que vous vous conduisiez avec lui comme vous le jugez approprié. Je me sentirai à l'aise et satisfait de lui et je souhaite que vous le gardiez avec vous jusqu'à votre retour, à moins que vous ne pensiez autrement - c'est le mieux.

Je reste votre aimant

et femme dévouée à vos ordres,

Abigail Wright.

Abigail a plus tard insisté pour que sa fille Christiana, soit éduquée à Québec ainsi que son petit-fils, Philemon III, fils de Philemon Jr. Avec son choix, Philemon se vanterait fièrement que les deux enfants soient bilingues - ce qui est assez progressiste pour une femme du XIXe siècle dans un village anglophone, et cette tradition a été transmise par la famille à de nombreuses générations, dont la mienne.

À partir de 1806, la famille de Philemon s'est profondément impliquée dans le commerce du bois. Heureusement pour lui, il a eu deux fils adultes, Philemon Jr. et Tiberius, pour l'assister, et deux autres fils qui grandissaient régulièrement et qui allaient s'impliquer plus tard lorsque l'entreprise familiale, Philemon Wright & Sons, a été créée en 1814. Au début, cependant, Philemon et ses deux fils aînés étaient souvent emmenés de la maison pour s'occuper des affaires, si bien que, malgré l'omission évidente de sa mention dans le nom de la société, les gens de l'époque comprenaient que Mme Wright était toujours une associée.

Dans ses lettres, Abigail peut être considérée comme la directrice et la coordinatrice d'une grande partie de l'entreprise de Wright's Town et elle est fière de leurs réalisations. Lorsque P. Wright & Sons démarre une fabrique de briques, Abigail et d'autres femmes de la famille Wright gardent une brique portant la marque PW&S, comme héritage. Au plus fort du commerce du bois des Wright, Abigail rencontrait les fournisseurs et coordonnait les expéditions, et communiquait les instructions de Philemon au fils ou au gendre qui était en ville pour gérer les entreprises et les fermes. Elle jouait également un rôle actif dans la gestion des scieries.

Les Wright employaient plus de 500 hommes dans les nombreuses entreprises de l'entreprise familiale : les moulins, les distilleries, les hôtels, les magasins, les tanneries, sans parler des chantiers et des bûcherons. Ensuite, il y a eu les cages. Chacun devait être approvisionné en fournitures et en hommes pour se rendre au marché de Québec. C'est Abigail et ses deux fils aînés qui s'occupaient de tout dans les premières années, et Abigail devait le faire en même temps qu'elle gérait sa ferme, sa maison et les affaires familiales.


Une vie difficile

LA TRAGÉDIE N'A JAMAIS ÉTÉ UN ÉTRANGER dans Wright's Town et la famille d'Abigail n'a pas été épargnée. La première année, le frère de Philemon, Thomas, est mort. Un an seulement les séparait en âge, et le projet de Philemon avait toujours été de partager l'aventure avec Thomas ; ils allaient construire ensemble leur communauté agricole mais, avec sa mort, cela ne se réaliserait jamais. Abigail aurait certainement été le consolateur en chef de sa belle-sœur, Mary, et de ses enfants, car il n'y avait pas de ministres et peu d'autres personnes pour intervenir et prendre la relève.

L'année 1821 a commencé comme la plus dévastatrice de toutes lorsque Abigail a appris le jour de l'an que sa petite-fille Louisa, fille de Tiberius, était morte la veille à 22 heures. Puis, deux semaines plus tard, elle apprend le décès de son petit-fils, Dalhousie, fils de Ruggles. Mary (Polly), sa fille aînée survivante, est alors décédée des suites de la tuberculose le 21 mars. Enfin, en novembre, son fils aîné Philemon Jr. est mort dans un tragique accident (une fracture du cou). Au fil des ans, ses fils Tiberius et Ruggles perdront six autres enfants.

Nous n'avons pas de lettres d'Abigail qui mentionnent ces pertes, mais il y a une lettre de Philemon, envoyée pour réconforter sa femme et ses enfants lors du décès de Polly. Les mots sont touchants, mais seulement dans le contexte du langage de deux personnes qui partagent une foi profonde - exprimée dans leur croyance commune que le bonheur se trouve dans la prochaine vie. Le ton est celui de la résignation, de la pleine compréhension du fait que cela faisait partie intégrante de la vie. Un scribe inconnu a écrit ce qui suit pour Philemon, en date du 24 mars 1821 (en traduction) :

Lettre de Philemon à Abigail et enfants 1821

Chère épouse et chers enfants,

La lettre de M. Brickham (Thomas Brigham, son gendre) contenant la lettre "Dissolution de ma chère fille Mary" est arrivée à bon port. Croyez-moi, je n'étais pas préparé à l'attaque, mais j'incline la tête en signe de résignation silencieuse à la dispense d'une bonté inébranlable. J'aurais aimé que mes prières soient parvenues à la maison avant la désolution, mais j'espère que mes espoirs sont vains.

Pardonnez la larme de l'affluence

qui a soupiré et qui a souhaité te garder ici

Pardonnez le souhait du soupir intérieur

C'est ce qui t'aurait permis de rester à la sortie de son ciel natal

Il faut saluer ta fuite chrétienne, ne pas rester

mais trace ton voyage vers les royaumes du jour.

Cela évite de se demander si la nature en décomposition n'a pas reçu tout le soutien que l'amitié ou l'amour peuvent apporter.

J'ai l'intention de quitter cet endroit le mardi ou le mercredi pour Montréal, que j'espère atteindre le dimanche suivant.

Il n'y a rien de nouveau en ce qui concerne les marchés - Je reste avec sincérité à vos côtés

Philemon Wright Sen.

Les triomphes et les tragédies de la vie exceptionnelle d'Abigail Wright se sont tous terminés le 23 janvier 1829, lorsqu'elle est morte à l'âge de 68 ans. Elle fut enterrée dans le lieu le plus important du cimetière St. James, où son mari reposera à ses côtés dix ans plus tard.

De sa maison qu'il aimait appeler la Maison Blanche, Philemon pouvait regarder par la fenêtre de la chambre et voir où elle reposait au sommet de la colline, juste un peu plus loin au bord de la Britannia Turnpike.

En tant que pionnière forte et fidèle qu'elle était, illustrant le caractère que tant de femmes pionnières du Canada avaient, Abigail Wright mérite bien d'être appelée la première dame de la région de la capitale du Canada.

[1] Le village de Charlestown était au départ une partie de Charlestown, fondée en 1629 comme première colonie de la baie du Massachusetts. Charlestown allait devenir Boston. Le village de Charlestown, fondé en 1640, s'est séparé de Charlestown en 1642 et a été incorporé sous le nom de Wooburn (aujourd'hui, cela s'écrit Woburn, mais se prononce Wou-burn).

Le grand-père d'Abigail, John Wyman, avec son frère Francis, sont deux des 40 hommes et leurs familles qui se sont installés à Woburn. Ils sont venus d'Angleterre en Amérique en 1630, s'arrêtant d'abord à Charlestown. Les frères Wyman étaient des tanneurs prospères à Woburn. Ils étaient tous deux tanneurs et possédaient conjointement une maison de tannage, un magasin de corroyage, une grange et des hangars. John est devenu un homme riche, propriétaire de centaines d'hectares de terres et a eu neuf enfants.

En tant que descendante de plusieurs premières familles américaines, Abigail a des liens familiaux avec tous les présidents des États-Unis sauf deux (Van Buren et Trump), et des liens avec la famille royale au Royaume-Uni.


[3] Growth of Literacy in Colonial America: Longitudinal Patterns, Economic Models, and the Direction of Future Research par F. W. Grubb ; Social Science History ; Vol. 14, No. 4 ; Cambridge University Press.

Le taux d'alphabétisation de la colonie était de 60% entre 1650-1670, 85% entre 1758- 1762, et 90% entre 1787 - 1795, en comparaison avec la Grande-Bretagne (40% des hommes) et la France (29% des hommes).

En 1647, la Cour générale du Massachusetts a adopté le Old Deluder Act (loi sur les vieux illusions), demandant la création d'écoles secondaires pour contrecarrer un des principaux projets de ce vieux trompeur, Satan, visant à empêcher les hommes de connaître les Écritures. Ainsi, alors que nous pouvons considérer l'alphabétisation dans les termes les plus élémentaires d'avoir la capacité de lire et d'écrire la langue anglaise, l'alphabétisation dans les colonies américaines tenait une importance primordiale sur la lecture. La loi exigeait que chaque ville de 50 familles ou plus soutienne une petite école (élémentaire) et que chaque ville de 100 familles ou plus soutienne une école de latin (grammaire) où quelques garçons pouvaient apprendre le latin pour se préparer au collège et au ministère ou à la loi.

Dans la pratique, presque toutes les villes de Nouvelle-Angleterre s'efforcent d'offrir une certaine scolarisation à leurs enfants. Les garçons et les filles fréquentent les écoles primaires, où ils apprennent à lire, à écrire et à chiffrer, et où ils apprennent également la religion. (Pour une courte vidéo sur le sujet, cliquez ici et pour plus d'informations, vous pouvez également cliquer ici)


[4] Informations tirées de : JONATHAN WYMAN - Document of indenture Servant named Jannet Ware; Selectmen of the town of Woburn.

Au XVIIIe siècle, la servitude dans l'Amérique coloniale se divisait en trois grandes catégories : l'apprentissage, le service sous contrat et l'esclavage. Ces formes, fondées en partie sur la coutume et en partie sur la législation coloniale, se retrouvent plus ou moins dans toutes les colonies, et une classe de serviteurs composée d'hommes, de femmes et d'enfants (blancs, indiens et noirs), nés à l'étranger ou autochtones, constitue une part importante de la population.

Le système d'apprentissage dans les colonies fournit une main-d'œuvre qualifiée et est essentiellement un établissement d'enseignement. Un mineur, généralement un garçon, était tenu de servir un maître pendant plusieurs années pour apprendre un métier. Le système d'apprentissage était également une institution utilisée par la communauté pour s'occuper des enfants pauvres, des orphelins et de la progéniture illégitime. Ces enfants étaient appelés "apprentis pauvres" et se distinguaient des apprentis ordinaires par le fait qu'ils étaient liés par les fonctionnaires de la ville ou la sacristie de l'église sous la surveillance des tribunaux.

Une deuxième forme de travail lié dans les colonies était la servitude sous contrat, un système qui découlait des circonstances de l'immigration. Les immigrants qui n'avaient pas les moyens de payer leur passage vers le Nouveau Monde faisaient l'une des deux choses suivantes : soit ils se vendaient à un capitaine de navire (ou à une autre personne) pour une durée de plusieurs années en échange de leur passage, soit, sans se vendre au capitaine de navire, ils s'engageaient à passer et, à leur arrivée, se vendaient en servitude pour payer leur passage. Les passagers du premier groupe ont été vendus par le capitaine au plus offrant, de sorte qu'il a été remboursé pour le voyage. Les passagers du second groupe étaient connus sous le nom de rédempteurs qui, s'ils ne pouvaient pas se vendre dans un délai de trente jours, étaient vendus à la disposition du capitaine. Tous deux étaient des serviteurs sous contrat et signaient un contrat, le premier groupe avant de quitter l'Europe, le second après l'arrivée dans les colonies. Les rédempteurs venaient presque toujours en famille, tandis que les autres venaient seuls. (Servitude in Massachusetts as Revealed in Two Boston Newspapers, 1751-1763 (1960). Margaret Celeste Cook ; Dissertations, thèses et projets de maîtrise. W&M ScholarWorks. Article n°. 1539624519.)


[5] Lorsque Adams fut nommé premier ambassadeur américain en Grande-Bretagne, un homologue supposa qu'Adams avait de la famille en Angleterre, Adams répondit : Ni mon père ou ma mère, ni mon grand-père ou ma grand-mère, ni mon arrière-grand-père ou mon arrière-grand-mère, ni aucun autre parent que je connaisse, ou dont je me soucie, n'a été en Angleterre ces cent cinquante dernières années ; vous voyez donc que je n'ai pas une seule goutte de sang dans les veines, mais ce qui est américain.


[6] Compte-rendu des combats autour de la Maison Jason Russell, Arlington, MA : Les combats se sont intensifiés lorsque les forces de Percy sont passées de Lexington à Menotomy. De nouvelles milices ont tiré à distance sur les rangs britanniques, et les propriétaires ont commencé à se battre depuis leur propre propriété. Certaines maisons ont également été utilisées comme positions de sniper, transformant la situation en un cauchemar pour les soldats : des combats de maison en maison. Jason Russell a plaidé pour que ses amis se battent à ses côtés pour défendre sa maison en disant : "La maison d'un Anglais est son château". Il est resté et a été tué sur le pas de sa porte. Ses amis, selon le récit que l'on peut en faire, se sont cachés dans la cave ou sont morts dans la maison sous les balles et les baïonnettes après avoir tiré sur les soldats qui les suivaient. La maison de Jason Russell est toujours debout et contient des trous de balles provenant de ce combat. Une unité de la milice qui a tenté une embuscade depuis le verger de Russell a été prise par les flancs, et onze hommes ont été tués, certains ayant prétendument capitulé. (pour plus d'informations, page Wikipedia)

[7]















[8] La ferme des Wright a été défrichée en 1648 par le grand-père de Philemon, John Wright. Philemon et son frère Thomas ont chacun acheté la moitié des 90 acres d'origine à leur père, Thomas Sr. en 1789. Avant de partir définitivement en 1800, Philemon a vendu sa ferme à Asa Locke. Aujourd'hui, la ferme s'appelle la ferme Wright-Locke. (pour plus d'informations, cliquez ici)


[9] Extrait de An account of the first settlement of the Township of Hull, on the Ottawa River, Lower Canada, par Philemon Wright, annexe au XXXIIIe volume des Journaux de la Chambre d'assemblée de la province du Bas-Canada, quatrième session du onzième parlement provincial, 1824.

282 views0 comments
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told