top of page

La légende du Lac des Fées

Updated: Jul 26, 2023

L'histoire tragique d'Ikwé, princesse indienne.

L'HISTOIRE CURIEUSE de la vallée de l'Outaouais est souvent dévoilée dans des récits dont les auteurs ont adopté un point de vue particulier - parfois anachronique, parfois géographique, parfois révisionniste - et une grande partie de l'histoire curieuse que je découvre provient de la rive nord de la rivière des Outaouais.

L'un de ces aspects curieux concerne l'histoire de la LÉGENDE DU LAC DES FÉES[1] , qui est l'histoire tragique d'une belle princesse indienne nommée Womena*, il y a très longtemps, qui s'est noyée dans un lac situé dans un petit coin caché de la vallée.

* Le nom Womena est manifestement un dérivé de "Woman" (Femme) - et se traduit par Ikwé dans la langue algonquine[2].

La légende du Lac des Fées a été vulgarisée pour la première fois par Anson Gard en 1906, dans son livre intitulé Pioneers of the Upper Ottawa and The Humors of the Valley[3] et c'est le seul récit connu de la légende.

L'histoire curieuse vient du récit de cette légende par l'historien local Raymond Ouimet, publié dans Le Droit il y a trois ans[4] Dans l'article, il fait une traduction très subtile mais notable du nom de la princesse indienne, en l'écrivant Ik8é et non pas Ikwé.

Il se peut que vous ne reconnaissiez pas un mot contenant le chiffre 8, mais c'est parce que le 8 ne se trouve que dans les mots écrits en moyen et ancien français. Un exemple reconnaissable est le mot 8ta8ois (signifiant Ottawa), que l'on trouve dans les premières cartes et les premiers textes de la Nouvelle-France[5].

Pourquoi l'orthographe du nom a-t-elle de l'importance ? Parce que l'utilisation de l'ancienne orthographe française pour le nom de la princesse modifie très subtilement l'histoire, à savoir que la légende elle-même et le nom du lac ont d'abord été racontés dans la langue des Algonquins locaux, qui l'ont racontée aux premiers colons anglais, et que, bien plus tard, cette légende a été consignée par écrit en anglais.

Ouimet, un chercheur exhaustif, ne divulgue pas sa source pour l'histoire et ne pourrait pas prétendre à une autre source que Gard. Donc, l'objectif de sa traduction étrange ne satisfait pas aux critères de responsabilité et de transparence.

Maintenant, on peut se demander pourquoi quelqu'un essaierait de changer l'histoire. L'objectif, bien sûr, est de produire une histoire qui a d'abord été racontée par les explorateurs français de la Nouvelle-France. Curieux n'est-ce pas ?

En ce qui concerne cette proposition de modification de l'histoire, une citation de Kevin McAllister, du film Home Alone, s'applique parfaitement :

"I DON'T THINK SO!"

Windigòkwens Gama [6] (Lac-de-la-Fée)

QUICONQUE connaît un peu la vallée de l'Outaouais sait que l'histoire humaine a commencé il y a environ 8 000 ans avec les Algonquins qui ont peuplé de nombreuses parties de la vallée après le retrait de la grande mer de Champlain. Ils vivaient le long des rivières et des lacs de la région et donnaient des noms descriptifs aux endroits où ils vivaient ; des noms qui décrivaient le terrain ou des noms qui évoquaient le folklore, les contes et les légendes.

Lorsque les explorateurs sont passés par là et, plus tard, lorsque les colons sont arrivés, ils ont tous appris les noms des lieux de leurs voisins indigènes.

Qu'en est-il du Lac des Fées ?

En raison de son emplacement et de son insignifiance géographique, il est très peu probable que les explorateurs français l'aient jamais vue, et aucun n'a jamais déclaré l'avoir visitée.

Mais, dès que les colons se sont rassemblés autour de leur foyer, la légende a été racontée encore et encore, puis transmise aux générations suivantes, comme elle l'a été pour moi. À un moment donné, elle a également été transmise à Anson Gard.

D'autres racontent qu'elle a été transmise dans les familles algonquines, peut-être sur des dizaines ou des centaines de générations.[7]

Fin de la leçon d'histoire. Et maintenant, sans plus attendre, je vous présente...


La légende du Lac des Fées - telle que racontée par Anson Gard en 1906

(traduit de l'anglais)

Détail d'une peinture de Mlle Minnie McLean tirée de Pioneers of the Upper Ottawa, Anson A. Gard, 1906

IL Y A un très joli petit lac, près de la frontière entre la Ville de Hull et South Hull, qui porte plusieurs noms. Le révérend Amos Ansley, premier recteur de l'église épiscopale St-James de Hull, a déjà vécu près de ce lac et certains l'appellent de son nom, d'autres l'appellent Lac des Fées (Fairy Lake), d'autres encore l'appellent Lac Hanté, d'autres enfin l'appellent Wright's Lake, qu'est-ce qui est juste ? Appelons-le Lac des Fées, et laissons-le ainsi. Il est trop petit pour les porter tous.

Une belle légende raconte qu'une jeune fille indienne avait deux amants qui furent tous deux tués lors d'une bataille. En apprenant leur mort, elle se jette dans ce lac. Leurs esprits reviennent et la recherchent toujours. Parce qu'elle n'a pas su choisir quand elle le pouvait, elle est condamnée à rester avec eux sans pouvoir se faire connaître d'eux. J'ai demandé à la Muse du Lac de me raconter l'histoire, et voici la réponse brute à ma demande : (Gard nous dit par là que c'est la Muse qui inspire le poème qu'il écrit et qui suit).


LA LÉGENDE DU LAC HANTÉ

Quand cette terre couverte de forêts a tenu un peuple sauvage et étrange,

Il y a deux chefs de tribu parmi ces hommes,

Ceux qui étaient d'un courage incomparable étaient entrés dans la tanière du lion,

Si la jeune fille qu'ils aimaient tous les deux lui avait offert de le faire.


Or, le père de cette jeune fille sombre était un chef courageux et sage,

Qui avait dirigé son peuple pendant longtemps avec une main de fer ;

Elle lui avait mis le coeur à nu et lui avait demandé à ce moment-là

Quel épreuve pour nommer ces deux braves de son tribu.


"Viens, Ikwé (Gard la nomme Womena), assieds-toi près de moi jusqu'à ce que l'histoire que je raconte

Des torts faits à notre peuple il y a longtemps,

Par une bande de combattants cruels, une tribu de tueurs diaboliques,

Qui est tombé sur nos grands-parents il y a longtemps.


"Nous étions autrefois une nation pacifique, une nation aimante et tranquille,

Et vivait dans l'amour et la paix avec tout ce qui l'entourait ;

Jusqu'à ce qu'un jour, cette tribu dont je vous parle tombe sur nous,

Et nous a chassés du terrain de chasse de nos pères.


"Ils ont tué nos hommes les plus courageux, puis ont fait prisonniers nos jeunes filles,

Et a laissé à notre tribu une bande dispersée et brisée ;

À partir de ce moment, nous sommes devenus une tribu pacifique, mais de nom,

Jusqu'à présent, nous sommes les guerriers de la terre.


"L'ennemi revient, je dois rassembler tous mes hommes les plus courageux,

Et chasser ces cruels hommes de la tribu de notre rivage.

Je ferai de vos amants des chefs, des combattants de l'amour des plaideurs,

Puis des noms honorés qu'ils porteront pour toujours.


"Si par hasard un seul revient, sa main ne doit pas être repoussée,

Mais prenez cette main pour les honneurs qu'elle a gagnés".

"Mais, oh," dit alors Ikwé, "si mon destin comme celui de la pauvre Lorena,

Ce devrait être de voyager à travers ce monde seul.


"Mon coeur se briserait sûrement et ma vie que je fain prendrait

Dans ce profond "tour que de nombreux jours heureux nous avons passé ;

je ne pouvais plus continuer seul, car aucun souvenir ne pouvait s'effacer,

Et trop tard pour la versatilité, pour se repentir".


Juste ici, un messager vient en hâte dire au vieux chef que l'ennemi est repéré, et que des hordes de jeunes guerriers, en pleine peinture de guerre, balaient les collines depuis la petite rivière (la Rideau), et qu'ils atteindront bientôt la Grande Bouilloire (les chutes de la Chaudière), et qu'à moins d'être contrôlés, ils doivent traverser dans les terrains de chasse de sa tribu (Hull et la vallée de la Gatineau).

Le père quitte Ikwé en pleurant, et rassemble rapidement ses combattants et tous se précipitent sauvagement sur les collines de ce qui est maintenant la ville de Hull, puis commence l'une des batailles les plus sanglantes jamais menées le long de la Grande rivière (l'Outaouais). Mais nous allons laisser la Muse du Lac raconter l'histoire.


Près des chutes, la bataille fait rage, "au milieu du grondement et de la colère

Des flèches à plumes, ailées pour la mort

Les combats les plus féroces se sont déroulés toute la journée, les uns contre les autres, à coups de fouet,

Jusqu'à ce qu'un millier de braves gisent dans la peine ou dans la mort.


Avec les morts gisent les amoureux, avec les étoiles leurs seules couvertures ;

Avec leurs visages tournés vers le haut, avec un sourire.

Ils gisent morts, comme s'ils étaient en train de penser (avec les étoiles au-dessus d'eux qui clignotent),

De la jeune fille qui attendait tout le temps.


De la jeune fille au bord du lac, qui était assise en deuil pour eux,

Comme elle craignait de connaître le sort de ses amants,

Qui désirait et pourtant qui craignait, car les deux amants étaient aimés,

Jusqu'à ce que son coeur s'écrie d'angoisse : "Oh, trop tard !"


Quand son père est enfin arrivé, ses espoirs de s'envoler se sont évanouis,

Et ses mots sont tombés froidement et cruellement sur son coeur

Ses paroles sont tombées à froid, quand il a raconté les actes de ses amants,

Car aucun mot ne pourrait lui rendre son coeur.


"Viens, Ikwé, assieds-toi près de moi, jusqu'à ce que je te raconte l'histoire,

Comment vos amants sont tombés au combat à mes côtés :

Comment chacun est tombé au combat, leur bravoure incitante

Nos guerriers au milieu de la vague de la bataille".


"Allez", dit-elle, "aucun mot ne peut me réjouir, car cher sire, pardonnez-moi

Mes jours sont finis. Je ne peux plus rester,

Pour que les bois se taisent, toute la nature se tait pour moi !

Pardonnez-moi ! Pardonnez-moi ! Loin ! Loin ! Loin !"


Avec un saut, comme une biche effrayée, dans le lac, loin, loin en dessous,

Elle s'est enfoncée en son sein et s'est couchée avec un sourire

Elle était allongée comme si elle pensait (avec les étoiles au-dessus d'elle qui clignotent)

De ses amants deux qui attendaient le moment.


Jusqu'à ce jour, on parle souvent de deux guerriers courageux et audacieux,

Comment autour de ce lac leurs vigiles se maintiennent,

Comment ils planent autour de ses arcs, chacun implorant les pouvoirs de la fée,

Pour leur rendre Ikwé des profondeurs.


Ils ont toujours cherché en vain, ils ont cherché ici "au milieu de la neige fondue et de la pluie",

Ils ont tous deux cherché à aimer Ikwé

Pour la Ikwé inconstante, qui dans la vie n'a pas fait de choix

Recherche en vain la Ikwé perdue.


Elle, une fée, plane à proximité, sans pouvoir l'acclamer

Avec un pouvoir de voir et de connaître ses deux amants,

Elle sait peut-être encore, sans le savoir, que toute cette puissance a volé,

Et son amour pour eux doit toujours être vain.


C'est ainsi que le destin de la jeune fille volage, avec son train d'âge chargé,

Avec ses maux auxquels elle n'avait jamais pensé.

Si elle avait fait un choix judicieux à l'époque, cela aurait été mieux pour les deux hommes,

Et elle ne souffrirait pas des maux si chèrement achetés.


Que les jeunes filles d'aujourd'hui s'arrêtent un instant sur leur chemin,

En passant sur les rives du Lac des Fées,

Qu'ils s'arrêtent un instant au bord du gouffre pour réfléchir

De la servante capricieuse qui hante le Lac des Fées de Hull.

 

[1] Le Lac des Fées ou Fairy Lake est un petit lac situé dans le secteur de Wrightville à Hull. Pour en savoir plus sur l'emplacement du lac, cliquez ici.


[2] Algonquin Lexicon, Ernest McGregor pour le Centre d'éducation Kitigan Zibi, 1994, cinquième édition.


[3] Pioneers of the Upper Ottawa and The Humors of the Valley. South Hull and Aylmer Edition. par Anson Albert Gard ; Emerson Press, Ottawa ; 1906. Le livre est disponible en ligne en format PDF, et peut être consulté en cliquant ici.

Gard était un historien qui a écrit plusieurs livres dans un style populaire et narratif qui rappelle beaucoup celui de Mark Twain - il ne fait aucun doute que M. Gard connaissait bien Twain, l'écrivain américain le plus prolifique de son époque.

Gard est également l'auteur de : The Yankee in Quebec; Uncle Sam in Quebec; The Wandering Yankee; How to see Montreal; The New Canada; The Hub and the Spokes; My Friend Bill; et d'autres.


[4] Article de Raymond Ouimet dans Le Droit : cliquez ici.


[5] Jean-André Cuoq, (Biographie, ici) prêtre, sulpicien, missionnaire, éditeur, linguiste, philologue et auteur, a écrit des Lexiques des langues algonquines et iroquoises. Il a écrit :" Continuons d'écrire Ottawa, comme on le prononce, et non Outaouais, comme on ne le prononce pas et comme on ne l'a jamais prononcé. La source de l'erreur est la substitution de "ou" au son voyelle écrit "8" (comme dans "huit") dans l'orthographe française ancienne du mot 8ta8ois. Le "w" anglais est beaucoup plus proche du son réel. " (Histoire des Algonquins dans le bassin versant de la rivière des Outaouais. James Morrison, Legal and Historical Research pour Peter Di Gangi Sicani Research & Advisory Services, p. 8, 28 novembre 2005, fichier PDF accessible en cliquant ici.


[6] Windigòkwens Gama en Anishinàbemowin (langue des Algonquins), se traduit en Fairy Lake en anglais, et Lac des Fées en français.

Amanisonàde Gama se traduit par Haunted Lake ou Lac Hanté ; Wright's Lake, son nom pour certains, vient de Benjamin Hooper Wright qui fut le premier propriétaire colonial du lac. Le nom le moins connu est Ansley Lake.


[7] Un article de Pierre My Stories Are My Life, sur la légende du Lac des Fées telle qu'elle lui a été racontée par sa grand-mère algonquine, peut être lu en cliquant ici.

808 views0 comments

Recent Posts

See All

留言


1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra
 
Capital Chronicles
 The History You Were Never Told
Chroniques de la Capitale
L'histoire méconnue
bottom of page