Search
  • Rick Henderson

La curieuse archéologie de la capitale

Updated: Apr 20

L'importance d'un nom - Partie III


Fouilles archéologiques à la maison Leamy, 2006 - CCN, Marcel Laliberté Consultant en archéologie - CCN-PLL.06.68

LE SUJET LE PLUS INTRIGUE des recherches archéologiques dans la vallée de l'Outaouais est, bien sûr, les sites d'occupation humaine précoloniale. On en sait encore si peu, relativement parlant. Les archéologues n'ont fait qu'effleurer la surface (pardonnez le jeu de mots). Le mystère et l'histoire abondent à ce sujet et des découvertes passionnantes sont faites chaque année. L'histoire récemment documentée des Bois-Brûlés, une communauté métisse de l'ouest du Québec, en est un bon exemple. Il en va de même pour l'histoire des établissements, des camps, des sentiers de portage et des anciennes mines, qui font tous partie de l'histoire orale qui n'est documentée que depuis peu.

Indiens rendant hommage à l'esprit de la Chaudière par C.W. Jeffereys BAC, Acc. N° 1973-16-1

Un jour, j'ai participé à une visite du château d'Édimbourg, en compagnie de Nord-Américains pour la plupart. À la fin de la visite, qui nous amenait à la Chapelle-de-Sainte-Margaret, le plus ancien bâtiment d'Édimbourg, le guide a mentionné qu'elle avait été construite en 1130, puis a ajouté en riant que « vous ne trouverez rien d'aussi ancien de l'autre côté de l'étang ». Je me suis hérissé. Je suis resté derrière pour le remercier et j'ai attendu qu'il n'y ait plus personne autour de moi pour lui suggérer de sortir de sa zone de confort et d'en savoir plus sur mon pays, un endroit où les humains vivent des vies tout aussi complexes depuis 7 ou 8 mille ans. C'était son tour de se hérisser, et personne ne se hérisse mieux qu'un vieil Écossais. Je suis sûr qu'il s'attendait à recevoir un pourboire, mais en fin de compte, je suis aussi un vieil Écossais.

Bien qu'elles n'aient que 200 ans, nos villes ont fait l'objet de nombreuses recherches archéologiques, car une grande partie des bâtisses coloniaux ont été perdus à la suite de plusieurs incendies dévastateurs. La plupart des premiers bâtiments qui n'ont pas survécu peuvent être vus dans la belle gravure de Stent & Laver qui orne la page d'accueil de ce blog.

Les deux plus anciens bâtiments de la région qui ont survécu sont la maison Christiana Chamberlin/Charron, située dans ce qui est aujourd'hui le parc Jacques-Cartier à Hull, construite entre 1806 et 1815, et le timent de l'intendance, situé à l'entrée du canal sur la rivière des Outaouais, construit en 1826. Il abrite aujourd'hui le Musée Bytown.

Il n'est pas surprenant que certaines des recherches effectuées sur les bâtiments les plus anciens s'ajoutent à la curieuse histoire de notre capitale ; poursuivez donc votre lecture pour découvrir quelques-unes des découvertes de la curieuse archéologie de la capitale.

Hull (Bas-Canada) sur la rivière des Outaouais ; - aux chutes Chaudière par Thomas Burrowes 1830

La Taverne-Wright : l'histoire

Une partie de la chute des Chaudières de Hull, par James D. Duncan Déc. 1851 BAC

LA TAVERNE-WRIGHT était construite en pierre, l'un des premiers bâtiments en pierre de la vallée de l'Outaouais. Sa construction a commencé en 1819. Elle était bâtie dans le style fédéral et ornée d'une belle coupole (clocher), elle est devenue le bâtiment emblématique de la première colonie, c'est-à-dire jusqu'à la construction du Parlement, une quarantaine d'années plus tard.

Dans son rapport de 1824 à l'Assemblée du Bas-Canada, Philemon Wright décrit le bâtiment de la façon suivante (en traduction) : « En 1820, j'ai aussi construit un bâtiment en pierre, disons 40 par 41 - 22 pieds de haut avec des greniers, le mur de pierre taillé sur trois côtés du bâtiment, qui m'a coûté environ 1000 £ ». [1] Il ne dit pas à quoi il servait et c'est pourquoi une certaine controverse entoure aujourd'hui ce bâtiment. Les historiens n'ont jamais pu se mettre d'accord sur sa vocation exacte.

Vue du moulin et de la taverne de Philemon Wright aux chutes de la Chaudière, Hull par Henry DuVernet 1823

La première fois que le bâtiment apparaît sur une carte ou un tableau, c'est en 1823, lorsqu'il est mentionné par le capitaine Henry DuVernet du Royal Engineers. Il intitule son tableau « Vue du moulin et de la taverne de Philemon Wright aux chutes de la Chaudière, à Hull ».

Le tableau a suscité une grande confusion chez les historiens, professionnels ou amateurs, car le quartier a beaucoup changé depuis 1823. En conséquence, certains historiens ont identifié le bâtiment situé au centre-droit de la scène comme étant la taverne, probablement parce qu'il y a des gens dans l'embrasure de la porte et sur le balcon et qu'une personne s'en éloigne à cheval. Ce bâtiment, cependant, est en fait la forge et le moulin de marteau hydraulique, décrits par Philemon dans son rapport de 1824 comme « une grande maison de pierre, haute de trois étages, 30 par 63 (pieds) ... avec quatre soufflets ». (notez les quatre cheminées).

En regardant à nouveau le tableau de DuVernet, il n'y a qu'un seul autre bâtiment qui pourrait être la taverne mentionnée dans le titre, et ce serait le grand bâtiment en pierre avec la coupole derrière le moulin, au centre.

Dans les archives de J.F. Taylor [2], il y a un document officiel daté de 1817 qui contient les détails d'une décision selon laquelle il y aurait trois tavernes dans le canton de Hull, une à Turnpike End (plus tard, Aylmer), une au débarcadère du bateau à vapeur (aujourd'hui au Musée d'histoire) et une dans le Common (espace commune) du village de Wright. Affaire classée, n'est-ce pas ?

Pas tant que ça.

Joseph Bouchette, arpenteur général du Bas-Canada, ne mentionne que deux bâtiments dans son rapport à la Couronne sur le succès de la colonie : l'école et la Meeting-house (maison de réunion). [3] Wright's Town a emprunté sa conception aux nombreuses villes de la Nouvelle-Angleterre où Philemon et les autres premiers colons ont grandi. La plupart des villes de la Nouvelle-Angleterre avaient un Meetinghouse avec une cloche au centre du Common où l'on trouvait souvent une taverne et un magasin, et Bouchette l'aurait certainement su. Le Meetinghouse pouvait servir aussi bien à des fonctions politiques qu'à des rassemblements religieux [4]. Donc, c'était un Meetinghouse.

Um-hm. Continuez à lire ...

Wright's Town par John Burrows, 26 janvier 1824 - BANQ CN301,S49,D3441

Le problème se pose aux chercheurs lorsque, dans un si grand nombre de lettres, d'inventaires et de notes des Wright conservés dans les archives, on peut lire qu'il s'agit du New Stone Store (Nouveau magasin en pierre), tout comme il est nommé sur une carte de 1824, dessinée par John Burrows, Royal Engineer, et signée par Philemon Wright lui-même. Ok, donc Philemon lui-même l'a appelé un magasin, alors c'est tout, non ?

Non, on n'a pas fini...


Wright's Town de Jos. Aubé 1885 (d'après la carte de A. Swallwell 1844) BAC

Sur une ancienne carte, dessinée par l'arpenteur Anthony Swalwell en 1844, elle est étiquetée Office & Store (Bureau et magasin). Donc après la mort de Philemon, son fils Ruggles l'a utilisé comme bureau de la compagnie.

Enfin, un historien local a déclaré qu'il s'agissait d'un poste de péage ; simplement un endroit où les Wright percevaient les droits de péage pour les cages de bois qui empruntaient le Hull Slide, aux chutes de la Chaudière, littéralement à sa porte.

Je ne comprends pas pourquoi il y a eu confusion quant à sa vocation. Le bâtiment en pierre sur la Common avec la coupole était manifestement un bâtiment polyvalent qui a pu servir de taverne, de meetinghouse, de magasin et de bureau, et étant donné que l'église St. James n'a été construite qu'en 1823, il se peut qu'elle ait également servi de lieu de culte !

La raison pour laquelle je l'appelle la Taverne-Wright est simplement une préférence, un choix de ma part, qui s'inscrit élégamment dans le récit de la curieuse histoire de notre capitale - c'est mieux que d'appeler ça la Taverne-Magasin-Bureau-Meetinghouse-Poste-de-Péage-Eglise-Wright, non ?


La Taverne-Wright : l'archéologie

Stonehenge par Rick Henderson 2014

STONEHENGE est l'image parfaite pour accompagner cette première partie de la curieuse archéologie car avec la Taverne-Wright, tout est dans les pierres.

La Taverne-Wright a été construite en pierre avec, bien sûr, des fondations en pierre et nous savons qu'elle est restée debout de 1819 à 1882, date à laquelle elle a été victime d'un important incendie. À cette époque, la taverne appartenait à E.B. Eddy et lui servait de bureau personnel. Heureusement pour les historiens, E.B. Eddy avait publié une affiche publicitaire cette année-là, qui montrait le bureau d'Eddy bien en évidence au premier plan de l'œuvre d'art, et il s'agit indubitablement de la Taverne-Wright in situ en 1882.

La Taverne-Wright comme bureau de E. B. Eddy dans l'affiche de EB Eddy de 1882 BAC

Un grand nombre, sinon la plupart, des bâtiments visibles sur l'affiche d'Eddy ont été détruits lors de l'incendie de 1882, puis reconstruits sur les fondations d'origine ; le feu ne détruit pas la pierre. Il est tout à fait raisonnable de supposer que quelque chose de la Taverne-Wright est resté après l'incendie et qu'au moins ses fondations auraient été réutilisées également. Curieusement, tous les archéologues qui ont étudié la taverne ne sont pas d'accord avec cette logique.

L'archéologie implique de creuser à la fois dans l'histoire et dans la terre... ou les murs. D'abord, il y a la recherche historique, suivie d'une étude polyphasique et géoréférencée des cartes. Il s'agit de comparer des cartes anciennes à des cartes plus récentes, en les superposant les unes aux autres, en utilisant les caractéristiques identiques et inchangées qui ancrent une carte à l'autre, afin de montrer exactement où creuser ou chercher.

Heureusement, de nombreux plans d'assurance ont été établis pour E.B. Eddy pendant plusieurs décennies, de sorte qu'il existe un véritable dossier historique de l'évolution des bâtiments et de leur restauration ou remplacement.

Dans le cas de la Taverne-Wright, j'ai fait tout cela et je voyait que les preuves indiquent qu'il est fort possible que les fondations de la Taverne-Wright et peut-être certains de ses murs aient été incorporés au bâtiment n° 3, le bâtiment qui a remplacé la taverne en 1883.


LES ÉLÉMENTS DE PREUVE :

Taverne Wright et bâtiment n° 3 - éléments communs

Une comparaison des photos du bâtiment n° 3 avec la Taverne-Wright figurant sur l'affiche de 1882 a révélé que le bâtiment n° 3 : avait les mêmes ouvertures que la Taverne-Wright et les deux bâtiments avaient un escalier extérieur qui menait au bord de la rivière depuis le deuxième étage. Il est tout aussi curieux que E. B. Eddy ait choisi d'orner le nouveau bâtiment d'une coupole.

Composite géoréférencé de deux plans d'assurance de 1878 et 1895.

Une comparaison des cartes d'assurance de 1878 et de 1895 révèle un élément important qui a été complètement négligé par au moins un archéologue : une chaufferie attenante à la fois à la Taverne-Wright et au bâtiment n° 3 a survécu intacte à l'incendie. Cela signifie que la chaufferie (maintenant appelée bâtiment n° 4) pouvait être utilisée comme point de géoréférencement pour établir la position des bâtiments l'un par rapport à l'autre, et le résultat est que les coins sud-est des deux bâtiments étaient exactement alignés. Donc, une partie de la Taverne-Wright a probablement survécu aux deux incendies.

Le côté sud des bâtiments Eddy au bord de la rivière.

Quelque temps après 1910, le bâtiment n° 5 a été créé lorsque du béton a été coulé pour former un mur entre le bâtiment n° 3 et le bâtiment n° 6.

C'est ici qu'intervient la curieuse archéologie, et rappelez-vous que tout est dans les pierres.

La visite du site a été un moment eurêka lors de l'inspection du mur sud des bâtiments n°3 et n°5. De l'intérieur des bâtiments, nous voyons un mur en béton coulé qui a devant-lui, un mur de maçonnerie en pierre d'un mètre cinquante construit plus anciennement. Ce mur d'un mètre cinquante n'a pas de fonction discernable et est probablement le vestige d'une construction précédente - la Taverne-Wright.

Le mur de maçonnerie devant le mur de béton sud du bâtiment n° 5.

Qui plus est, le mur de pierre se termine avant même d'atteindre le bâtiment n° 6. Ajouté à la fondation existante du bâtiment n° 3, il a la longueur exacte de la fondation de la Taverne-Wright, comme on peut le voir sur le composite géoréférencé !

Cela n'en fait peut-être pas le Stonehenge de la région de la capitale, mais c'est certainement quelque chose d'important. Des recherches archéologiques plus spécifiques devraient être effectuées pour montrer les pierres qui restent de la Taverne-Wright, mais ne serait-ce pas quelque chose si les restes étaient préservés et si un jour, quelqu'un avec des poches profondes devait reconstruire la Taverne-Wright ?


Imaginer la reconstruction de la Taverne-Wright

Pour tous ceux qui souhaitent mettre leurs talents de détective au service de cette enquête ou qui veulent simplement obtenir une explication plus détaillée de tous les éléments de preuve, mon rapport complet sur la Taverne-Wright est en ligne et peut être consulté en cliquant ici.


La Ferme-Gateno : l'histoire

LORSQUE PHILEMON ET SA FAMILLE ARRIVENT EN 1800, leur première maison est construite sur les rives de la Rivière-Gateno [6], comme il en écrit le nom, avant qu'il ne commence à construire son village aux Chutes-de-la-Chaudière. Cette première maison devait être construite rapidement et comme la plupart des maisons de pionniers, c'était une cabane de bois équarri. La famille Wright a baptisé sa maison, l'appelant le Wigwam.

Cabane en bois équarri typique d'un pionnier, inscrite au Registre national des lieux historiques des États-Unis d'Amérique. 97000409.

Bien que les historiens aient raison de dire que la Ferme-Gateno a été la première ferme défrichée en 1800, ils ont négligé le fait que Philemon Wright a écrit que la ferme appartenait à son fils, Philemon Junior et que c'est son fils qui l'a défrichée.[7] En fait, Philemon Jr. - le fils oublié - a participé à la construction de tous les bâtiments de la nouvelle colonie avec son père jusqu'à la mort de Philemon Jr en 1821. (Plus d'informations sur Philemon Jr. dans un prochain article)

Plus tard, la ferme était achetée par Andrew Leamy qui a épousé Erexina Wright, la petite-fille de Philemon Wright.


La Ferme-Gateno : l'archéologie

Le film The Dig par Netflix

THE DIG EST UN FILM RÉCENT SUR NETFLIX, et c'est l'image parfaite pour accompagner la deuxième partie de la curieuse archéologie de la région de la capitale, car il s'agit d'une histoire de fouilles. Le film raconte l'histoire de l'enquête archéologique menée en 1939 qui a permis de découvrir les trésors de Sutton Hoo.

L'emplacement exact du Wigwam était inconnu jusqu'à ce que l'historien Benoît Thériault fasse des recherches, passant au peigne fin les archives et les textes historiques pour découvrir des indices, dont la carte ci-dessous. Grâce à ses recherches, Thériault pensait avoir localisé la première et la deuxième maison de Philemon Wright. Des fouilles archéologiques ont suivi : l'une en 1997 par l'archéologue Marcel Laliberté, sous les auspices de la CCN, et l'autre en 2006 à la maison Leamy, située à proximité, que M. Thériault croyait être la deuxième maison de Philemon Wright.

Détail du plan des travaux gouvernementaux à l'embouchure de la rivière Gatineau. Arpenté par W.J. Macdonald. LAC MIKAN 4133993.

Les fouilles de 1997 ont mis au jour plusieurs couches où ils ont été surpris de trouver ce qui semblait être deux maisons. La première, identifiée comme le bâtiment 200, a été déterminée comme étant les restes d'une maison construite en bois équarri sur une fondation de sable. Le second, identifié comme le bâtiment 100, était un bâtiment plus grand et plus récent, avec une cave ajoutée, adjacent au bâtiment original.

Les fouilles de 1997 au site BiFw-24 du Lac-Leamy, par Marcel Laliberté CCN

Depuis lors, de nouvelles archives de documents Wright ont été mises à la disposition du public. J'y ai trouvé un inventaire de 1822 de la Ferme-Gateno décrivant en détail l'évolution des bâtiments avant et après 1808. La description des bâtiments 200 et 100 correspond exactement à l'historique de l'inventaire.

Bien que les archéologues n'aient eu que peu de possibilités d'identifier exactement l'occupant du bâtiment 200, ils ont conclu qu'il s'agissait d'une cabane en bois équarri du début du 19e siècle, typique des cabanes en bois équarri que les pionniers et les ouvriers de l'industrie du bois avaient construites à travers le Canada et les États-Unis à cette époque. Ils ont également conclu qu'il n'y avait aucune preuve d'une occupation antérieure sur le site ou à proximité. Il ne fait guère de doute que le bâtiment 200 est le Wigwam, et que le bâtiment 100 est la deuxième maison plus grande, au même endroit. L'inventaire de 1822 les décrit (en traduction) :

« Sur lesquelles lesdites parties de lots ont été construites avant le mariage dudit Philemon Wright (Jr.) une grange en bois, couverte de planches ; le tout en état de délabrement, évalué à trente livres.

Aussi une cabane en bois équarri (incluant une double cheminée) couverte de bardeaux de bois, ayant deux étages, quatre fenêtres, & une porte, le tout dans un état très délabré, évalué à vingt livres.

Les bâtiments suivants ont été construits pendant le mariage dudit Philemon Wright (Jr.) et de Sally Olmstead à savoir :

Une maison en bois, haute de deux étages, attenante à la maison en bloc mentionnée ci-dessus, couverte de bardeaux de bois, ayant trois étages, avec une cave, dix-sept fenêtres, cinq portes au premier étage, deux portes au deuxième étage et un escalier à deux volées ; le tout fait du bois brut, évalué à soixante-quinze livres.

Egalement une remise en bois couverte de bardeaux, en bon état, estimée à quinze livres ».

Des centaines d'objets de nature personnelle ont été découverts au cours des fouilles, notamment des tessons de céramique et de couverts, des flacons de médicaments, des peignes, des boutons, des parties de poupées, des billes, des pipes à tabac et un grand pot en argile cuite.

Artéfacts trouvés au bâtiment 100, Fouille archéologique au site BiFw-24 parc du Lac-Leamy NCC
Fouilles archéologiques à la maison Leamy, 1996 - CCN, Marcel Laliberté Consultant en archéologie - CCN-PLL.06.68

Les fouilles menées en 2006 à la Ferme-Leamy ont permis de découvrir les fondations de la maison des Leamy. Elles ont révélé qu'un bâtiment datant du début ou du milieu du XIXe siècle avait été endommagé par un incendie à un moment donné, mais elles n'ont pas pu confirmer s'il s'agissait ou non de la seconde maison de Philemon.

Curieusement, ces fouilles se sont déroulées sans que l'on tente de contacter les membres des familles Leamy et Wright. S'ils l'avaient fait, l'inventaire de 1822 en plus d'une description écrite complète de la maison Leamy auraient pu être mis entre les mains des chercheurs, ce qui aurait certainement permis de faire la lumière sur ce qu'ils cherchaient.

Selon l'histoire orale de la famille Leamy, la maison Leamy a été construite pour Philemon Jr. et Erexina. Un autre inventaire ultérieur nous apprend que la maison a été achevée en 1823, de sorte que Philemon Jr, qui est décédé en 1821, n'a jamais vécu dans cette maison. Au lieu de cela, elle a probablement été habitée par Erexina et son second mari, Nicholas Sparks, qu'elle a épousé en 1825. En 1830, ils ont emménagé dans une belle, grande maison en pierre à Bytown.

La curieuse archéologie de la ferme Gateno/Leamy dans ce cas n'est pas tant ce qui a été prouvé ou réfuté par les fouilles, mais plutôt le fait que les meilleures preuves historiques sont venues des fouilles dans les placards et les greniers de la famille.


CE QUI EST LE PLUS CURIEUX, cependant, c'est le fait que si peu d'importance a été accordée aux lieux, aux bâtiments et aux événements du passé de notre capitale. Il n'y a pas de plaques pour nous dire où ils sont ou ce qu'ils étaient, peu de choses ont été faites pour assurer leur préservation - en fait, une piste cyclable recouvre les fondations de la maison Leamy et le site du Wigwam.

Il existe une citation célèbre qui dit : « Un peuple sans la connaissance de son histoire passée, de son origine et de sa culture est comme un arbre sans racines. »

Étant donné le rôle central que joue l'industrie du bois dans la curieuse histoire de la capitale, je pense que nous devrions faire plus pour nos racines.

[1] Annexe au XXXIIIe volume des Journaux de la Chambre d'assemblée de la province du Bas-Canada. Quatrième session du onzième Parlement provincial ; Esquisse du premier établissement sur la rivière Ottawa ou Grand ; le Comité ayant demandé à P. WRIGHT ; 1824.


[2] James Finlayson Taylor a longtemps été le commis de P. Wright & Sons, marié à Mary (Polly) Wright, la fille aînée de Philemon et Abigail. Le fonds Taylor est géré par l'Aylmer Heritage Association.


[3] A topographical description of the province of Lower Canada - with remarks upon Upper Canada, and on the relative connexion of both provinces with the United States of America; Joseph Bouchette, p. 252.


[4] « Construits principalement pour les exercices religieux publics, les meetinghouses de la Nouvelle-Angleterre étaient néanmoins étroitement liés au tissu social et culturel du quartier et ont rempli de multiples fonctions séculières pendant la majeure partie des XVIIe et XVIIIe siècles. En tant que seul bâtiment municipal de la communauté, ces structures servaient de lieu de réunion pour la ville et la paroisse. Elles ont également accueilli des procès criminels, des punitions et des exécutions publiques, ainsi que des protestations politiques et religieuses, et à l'occasion, elles ont servi de forts défensifs, de casernes, d'hôpitaux et d'endroits pour stocker la poudre à canon ». (pour en savoir plus, cliquez ici ou ici)


[5] Burning Down the House : The Archaeological Manifestation of Fire on Historic Domestic Sites, Dena Doroszenko ; Northeast Historical Archaeology ; Volume 31 Special Issue : Historic Preservation and the Archaeology of Nineteenth-Century Farmsteads in the Northeast.


[6] Philemon n'a pas mal orthographié le nom de la rivière car les preuves montrent que l'origine du nom que lui et d'autres ont utilisé était algonquin : Tenàgàdino Zìbì. (Cliquez ici pour en savoir plus à ce sujet).


[7] La ferme et les terres ont été officiellement enregistrées auprès de l'arpenteur général au nom de Philemon Jr. le 25 avril 1808. Annexe au XXXIIIe volume des Journaux de la Chambre d'assemblée de la province du Bas-Canada. Quatrième session du onzième Parlement provincial ; Esquisse du premier établissement sur la rivière Ottawa ou Grand ; le Comité ayant demandé à P. WRIGHT ; 1824.

250 views0 comments

Recent Posts

See All
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told