top of page

L'Île d'Aylmer - un secret dévoilé.

Updated: Apr 4


Image de Patrick Murphy, 2023. © Tous droits réservés

L'ÎLE D'AYLMER a récemment gagné sa place dans ce que j'appelle l'histoire curieuse de la capitale pour avoir été mise en vedette au cours des dernières semaines sur les médias sociaux - PAS pour ce que tant de gens connaissaient de l'île : une île au milieu de la rivière des Outaouais où les kayakistes et les plaisanciers pouvaient s'arrêter pour un pique-nique ou un après-midi de plaisir au soleil.

Non, l'île a soudainement été exposée pour ce que la plupart des gens ne savaient pas, à savoir qu'il s'agit de l'emplacement d'un ANCIEN LIEU DE SÉPULTURE.

De nombreux habitants d'Aylmer diraient qu'il s'agit du secret le moins bien gardé de l'île, mais je suis certain que la plupart des habitants de la région de la capitale n'en auraient jamais entendu parler. Beaucoup d'Aylmerois ont gardé le silence parce que l'île n'est pas protégée contre les chasseurs d'artefacts.

Comme nous le savons tous, les médias sociaux peuvent être une excellente plateforme lorsqu'ils sont utilisés pour éduquer et informer, mais ils peuvent aussi être parfaits pour la diffusion de fausses informations.

Dans les récents messages publiés sur les médias sociaux, certains ont répondu catégoriquement - sans aucune connaissance en la matière - que les vestiges avaient disparu depuis longtemps. D'autres ont écrit (sous le couvert de l'anonymat, bien sûr) qu'ils étaient impatients de se rendre sur l'île pour enquêter par eux-mêmes.

Quelle est donc la vérité ? Quelle est sa curieuse histoire ?

L'île du phare

Île du phare, Aylmer - Henri Marc Ami, 1900 - BAC PA210788

L'ÎLE a d'abord été connue sous le nom de Lighthouse Island, car un phare y a été érigé en 1883 par le ministère de la Marine [1].

Curieusement, bien qu'elle soit située à l'intérieur de la frontière provinciale de l'Ontario, l'île a surtout été connue sous le nom d'île d'Aylmer parce qu'elle était visible et bien en vue depuis l'ancienne Ville d'Aylmer, alors qu'il n'y avait pratiquement personne sur la rive ontarienne qui avait une vue claire et dégagée de l'île [2].

La connaissance par les colons de l'histoire de l'île en tant qu'ancien cimetière commence en 1895 avec la publication des rapports archéologiques de Thomas Walter Edwin Sowter (1860-1932) [3], reconnu par le Musée canadien de l'histoire comme le premier archéologue de la vallée de l'Outaouais. T.W. Edwin Sowter vivait à Aylmer.

La découverte de Sowter est le fruit d'un heureux hasard et résulte directement de l'installation d'un phare sur l'île. Une importante cache d'ossements et d'artefacts a été trouvée. Dès qu'il en a eu connaissance, Sowter a commencé à compiler des données pour ce qui est sans doute le rapport archéologique le plus important de notre histoire locale. Dans son rapport intitulé Archéologie du lac Deschênes [4], Sowter écrit (en traduction) :

« Un lieu de sépulture très important, cependant, et le seul que j'ai examiné jusqu'à présent, est celui de l'île du Phare, au-dessus d'Aylmer et en face du Queen's Park à la Pointe aux Pins. À cet endroit, j'ai participé à l'exhumation de plusieurs squelettes, ce qui m'a permis de me faire une idée assez précise du mode de sépulture des autochtones du lac Deschênes [5].

Les preuves abondent pour démontrer que l'île a été utilisée comme lieu de sépulture depuis les temps les plus reculés jusqu'à une période si relativement récente qu'elle est encore dans la mémoire de la génération qui s'éteint aujourd'hui. »


Dessins de Sowter des objets trouvés sur l'île d'Aylmer, Archaeology ofLake Deschênes.

La visite d'un jeune à l'île d'Aylmer

J'AI visité l'île de nombreuses fois depuis que j'étais un garçon de 8 ans, et à ce moment c'était la première fois que j'ai découvert l'histoire cachée de l'île.

J'étais en train de faire du bateau avec ma famille sur la rivière des Outaouais à partir de notre chalet à Black Bay, comme nous le faisions la plupart des week-ends d'été. Mon père, passionné de bateau et explorateur assidu du lac Deschênes, connaissait assez bien l'histoire du lac, puisqu'il était un descendant de Philemon Wright. Il avait été l'historien de la famille pour des choses transmises de génération en génération : les camps de bûcherons, les cimetières, les champs de bataille et les portages.

Ce jour-là, accompagnés sur la rivière en bateaux, se trouvaient le meilleur ami de mon père et notre médecin de famille, Bob Bisson, et un grand ami, Pierre Normandin, producteur local de la CBC, qui allait nous montrer « où sont enterrés les ossements des Indiens ». Je me souviens que je tremblais d'impatience.

M. Normandin a conduit notre flottille jusqu'à l'île d'Aylmer. Ce n'est qu'après avoir consommé nos sandwichs et nos bouteilles de boissons gazeux Pure Spring sur la plage, un plaisir rare à l'époque - mon préféré étant la bière d'épinette - que nous avons été conduits à l'endroit où il avait trouvé les ossements et les avait ré-enterrés lors d'une visite précédente. J'étais complètement captivé. Il n'y avait rien d'autre à voir qu'une berme sablonneuse, mais cela semblait tellement alléchant pour un enfant de 8 ans. Depuis cette époque, il y a bien longtemps, j'ai entendu beaucoup d'autres personnes raconter des histoires sur des découvertes similaires.

Découverte d'ossements sur l'île d'Aylmer en 2020

Il y a environ 4 ans, j'ai été appelé par un ami dont le fils de 14 ans et ses amis avaient découvert une grande cache d'ossements sur l'île lors du pique-nique de sa fête d'anniversaire. Les garçons ont dû être à la fois horrifiés et fascinés, mais le fils consciencieux a immédiatement amené sa mère pour les voir. En tant qu'Aylmeroie avertie, elle a imaginé qu'il s'agissait probablement d'objets anciens, mais elle ne savait pas du tout comment s'y prendre. Elle m'a donc appelé.

Je lui ai d'abord dit de signaler la découverte à la Police provinciale de l'Ontario, puis, pendant qu'elle le faisait, je m'occupait de la signaler au Centre culturel Kitigan Zibi Anishinabeg et au Conseil des Algonquins de Pikwakanagan.

La police provinciale s'est rendue sur l'île avec un expert et a déterminé que les ossements recouverts d'ocre étaient effectivement anciens et les a réinhumés. Mes contacts dans les réserves m'ont remercié pour cette information. Je n'ai pas été informé des mesures qu'ils pourraient prendre en conséquence.

Que faut-il faire ?

LA nécessité de protéger le cimetière de l'île ne devrait surprendre personne à la lecture de ce rapport. Le cimetière, comme le décrit Sowter dans son rapport, pourrait se trouver n'importe où sur l'île, là où le sol s'élève. Des ossements ont été trouvés à plusieurs endroits sur les hauteurs de l'île. En ce qui concerne la plage, rien ne prouve qu'elle fasse partie du cimetière, car à ma connaissance aucun objet n'a jamais été trouvé à cet endroit.

L'île au printemps, par Patrick Murphy, 2024. © Tous droits réservés

L'image aérienne montre les fondations du phare et une excavation sur le côté ouest de l'île, mais il ne s'agit pas d'une excavation, mais du résultat de l'érosion. En été, les hauteurs de l'île sont largement recouvertes de sumac vénéneux (herbe à la puce), ce qui offre certes une certaine protection, mais les gens s'y aventurent tout de même pour se soulager.

Certains ont suggéré de clôturer les hauteurs, mais compte tenu de l'isolement de l'île et de la nature de la crue printanière de la rivière des Outaouais, il ne fait guère de doute que les clôtures ne dureraient pas longtemps.

L'île en été

Les visiteurs qui pique-niquent sur la plage et ne laissent aucune trace à leur départ ne sont pas le problème. Ce sont ceux qui laissent des déchets et du verre cassé qui posent problème.

L'idéal serait d'installer des poubelles fixes, mais cela ne pourrait fonctionner que si des ramassages réguliers étaient programmés par un organisme quelconque. Franchement, il n'y a pas grand-chose d'autre à faire pour les ordures, les gens étant les gens et tout le reste. Plusieurs personnes apportent régulièrement des sacs et nettoient l'île de ses déchets.

Marqueur de tumulus préhistorique, par Mark Hilton

En ce qui concerne le cimetière, de nombreux visiteurs ne savent même pas qu'il est là et, s'ils le savaient, ils seraient peut-être persuadés d'être plus respectueux. Une solution simple consisterait donc à installer des panneaux sur le périmètre de la haute terre pour demander aux visiteurs de rester sur la plage en raison de la présence d'une sépulture sacrée. Des panneaux d'information sur le patrimoine, comme celui illustré ici, pourraient être installés à des fins éducatives. Tous les panneaux devraient comporter des informations en anglais, en français et en algonquin.

Conclusion

LES cimetières de colons de la vallée de l'Outaouais sont bien entretenus et fréquemment visités. Nombre d'entre eux sont entretenus par des équipes de bénévoles, dont certains n'ont même pas d'ancêtres enterrés à cet endroit.

Peu de gens s'imagineraient pique-niquer dans un cimetière, moins de gens songeraient à y camper, mais peu de gens, sinon aucun, s'adonneraient à la chasse aux trésors dans ce lieu. On peut donc se demander pourquoi ces anciens cimetières précoloniaux devraient être traités de la sorte.

Maintenant que le "petit secret" de l'île d'Aylmer n'en est plus un, nous devrions peut-être nous demander pourquoi il en a été ainsi. Peut-être aurait-on accordé plus de respect au cimetière si tout le monde avait su qu'il existait.

Néanmoins, nous devons maintenant reconnaître qu'il est temps pour la communauté d'honorer nos ancêtres canadiens les plus anciens, tout comme nous le faisons pour nos ancêtres les plus récents.


Image de Patrick Murphy, 2024. © Tous droits réservés
 

[1] Rapport du ministère de la Marine 1898 (en traduction) :

« Le bâtiment provisoire, grossier et bon marché, d'où l'on pouvait voir une lumière, a été détruit au printemps dernier et a été remplacé par un bâtiment solide d'où l'on a pu voir une lumière pour la première fois le 10 octobre dernier. Le phare se trouve au sommet de la petite île, près de son extrémité nord-ouest, à 1 ½ mille au-dessus du quai du village d'Aylmer. Il s'agit d'une tour en bois carrée, fermée, aux côtés inclinés, surmontée d'une lanterne carrée en bois et peinte en blanc sur toute sa surface. Elle est peinte en blanc sur toute sa surface. Elle mesure 34 pieds de haut, du sol à la girouette de la lanterne. Le feu est un feu blanc fixe, élevé à 52 pieds au-dessus du niveau estival du lac, et devrait être visible à 10 miles autour de l'horizon. L'appareil d'éclairage est dioptrique et de petite taille. Les travaux ont été exécutés de façon très satisfaisante par M. F. Bourgeau d'Aylmer, dont le prix contractuel était de 485 $. Francis Boucher prend la responsabilité du phare de l'île d'Aylmer au printemps 1907. Il s'en occupe jusqu'en 1922, date à laquelle E. Sowter en devient le gardien. En 1908, une lentille française de 360°, de cinquième ordre, est placée dans la salle des lanternes du phare. En 2021, une tour cylindrique blanche avec une partie supérieure verte affiche un feu vert clignotant sur l'île d'Aylmer ».

[2] Dans le passé, l'île a également reçu un troisième nom, un peu vulgaire, de la part des jeunes d'Aylmer, évoquant des visites secrètes en canoë et en barque pour une baignade ininterrompue en costume d'Adam ou Éve. Il s'agit de l'île aux Fesses ou Bum Island.

[3] Pour en savoir plus sur T. W. Edwin Sowter, cliquez ici et ici.

[4] Archaeology of Lake Deschenes, The Ottawa Naturalist, Vol. XIII, No. 10, 1900, par T. W. Edwin Sowter ; pgs. 225-238. Le rapport complet peut être lu en cliquant ici.

[5] Sowter écrit à propos du nom du lac (en traduction) :

« Pour ceux qui ne connaissent pas la topographie locale, on peut dire que le lac Deschênes est une extension de la rivière des Outaouais, qui s'étend des chutes des Chats, dans une direction sud-est, jusqu'aux rapides Deschênes, sur une distance d'environ trente milles, et dont la largeur moyenne varie de moins d'un mille à plus de trois milles. Cette belle étendue d'eau était connue des anciens "voyageurs" sous le nom de 'lac Chaudière', et elle était désignée ainsi à une époque relativement récente, celle où feu John Egan était maire d'Aylmer, puisqu'on trouve dans les archives municipales un vieux règlement portant sa signature, dans lequel la limite ouest du chemin d'Aylmer est décrite comme étant le lac Chaudière.

Une confusion similaire des noms de lieux, à cet égard, est une source d'ennui pour l'étudiant de l'histoire naturelle ou ethnique lorsqu'il traite de questions de référence locale.  Par exemple : l'île des Chats est maintenant connue par beaucoup comme l'île de Moore (note de l'éditeur: Île Mohr) ; la Pointe à la Bataille est devenue la Pointe Lapottie, et la Pointe aux Pins, où se trouve le Queen's Park, est connue par les visiteurs d'été comme la One-Tree-Point.

Il est regrettable que les noms donnés à ces lieux par les pionniers de la civilisation soient ainsi mis de côté au profit de la nomenclature prosaïque des temps modernes. »

Extrait de Archaeology of Lake Deschenes, The Ottawa Naturalist, Vol. XIII, No. 10, 1900 ; par T. W. Edwin Sowter, page 225



2,035 views0 comments

Comments


1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra
 
Capital Chronicles
 The History You Were Never Told
Chroniques de la Capitale
L'histoire méconnue
bottom of page