top of page

MISE À JOUR : VENI, CONSCIDISTI, VICI! (Je suis venu, j'ai scié, j'ai conquis!)

(mise à jour de l'article original publié le 14 nov. 2021)


Timber Raft on the Ottawa by W.H. Bartlett 1842

Une nouvelle faille dans l'histoire de Philemon Wright

DE NOUVELLES RECHERCHES ont révélé une faille intéressante dans l'affirmation souvent répétée selon laquelle le lancement du premier radeau de Philemon Wright était le résultat du blocus continental du bois de la Baltique imposé par Napoléon en novembre 1806.

Dans un contrat daté de janvier 1805 - presque deux ans avant le blocus - Philemon rassemble les hommes de son canton pour couper le bois du premier radeau et préparer les milliers de douves qui seront vendues à Québec.

Plus tard, dans ans une lettre datée de novembre 1805 - un an avant le blocus - Philemon presse sa femme Abigail et son fils Philemon Jr. de faire avancer les associés sur le contrat afin qu'il soit prêt à partir au printemps. En voici un extrait :


"J'ai tous les encouragements pour espérer rencontrer un bon succès dans toutes mes affaires ou je vous écrirai le contraire. Je dois avoir de la patience et vous aussi, mais elle doit être mélangée avec le plus grand degré de persévérance, vous devez faire tous vos efforts dans la première phase pour faire entrer ces rondins dans la scierie ou les faire empiler au moins : les gens qui me doivent des paiements s'ils ne vous aident pas, dites-leur que votre intention est de m'envoyer leurs noms à Montréal afin que je puisse avoir l'occasion de me gouverner en conséquence quand j'arriverai dans le canton. Je souhaite engager le plus grand nombre possible de personnes dans le commerce des douves dans les circonstances actuelles... Je souhaite que vous montriez cette lettre à M. Gideon Olmsted et que vous le consultiez sur toutes mes affaires jusqu'à mon arrivée afin de vous fournir considérablement mieux que je ne le peux. Si M. Gideon Olmsted n'a pas vendu les bœufs gras dont nous avons parlé, vous feriez mieux de vous en procurer. Si vous et lui pouvez vous entendre, je souhaite que vous fassiez appel à M. Daniel Wyman, L. (London) Oxford, Martin Ebert et John Turner."

(Trois des hommes mentionnés - London Oxford, Martin Ebert et John Turner - accompagneront Philemon et son fils Tiberius sur le premier train de bois en juin 1806).


Ainsi, bien que le blocus ait accéléré le commerce du bois en augmentant les tarifs, ce n'est pas le blocus, en soi, qui a déclenché le flux de radeaux vers Québec. Philemon profitait simplement de la meilleure culture commerciale qu'il avait : l'abondance de bois sur les terres qu'il possédait dans la vallée.

Les droits de douane sur le bois ont été imposés pour la première fois par la Grande-Bretagne au XVIIIe siècle afin de générer des revenus. Les droits de douane britanniques sur le bois importé allaient devenir une composante intégrale du commerce du bois en Amérique du Nord britannique au XIXe siècle.

Les tarifs fluctuaient énormément et, par conséquent, l'industrie du bois est devenue une industrie assez instable, faisant à la fois la fortune et la ruine de nombreux barons du bois.

Comme le dit l'Encyclopédie canadienne : "Les droits de douane ont augmenté de 1803 à 1811 afin de renflouer les coffres du trésor épuisés et en réponse au blocus continental de Napoléon, la Grande-Bretagne établissant un marché protégé pour les producteurs coloniaux." [1]

 

[1] https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/bois-taxes-sur-le

37 views0 comments
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles
Chroniques de la Capitale

The History You Were Never Told
L'histoire méconnue
bottom of page