Search
  • Rick Henderson

L'enivrage, le péage et la rage - Les premiers établissements

Updated: Jul 20



Les nécessités de la vie - les premières brasseries et tavernes



Si vous connaissez les racines d'Ottawa, ville bâtie par l'industrie forestière, vous ne serez pas surpris d'apprendre qu'il y a eu pas mal de beuverie dès les premiers temps de la colonisation.


Nous savons, par exemple, que Philemon Wright brassait des spiritueux dans sa ferme Gatteno presque dès son arrivée en 1800 et qu'il avait un magasin bien achalandé (clin d'œil) en 1801. Plus tard, en 1813, il avait une véritable distillerie à Brewery Creek, (ruisseau-de-la-Brasserie) comme son nom l'indique.


Sur la rive opposée de la rivière des Outaouais, l'histoire n'est pas très différente. En 1809, le premier colon, Jehiel Collins, a ouvert un magasin afin que la rive sud puisse également avoir accès aux ... ahem ... nécessités de la vie, comme les selles, les outils et l'acqua vita.


Très vite, ce magasin a été géré par l'assistant de Collins, Caleb Bellows, et la pointe de terre est devenue connue sous le nom de Bellows Landing. Aujourd'hui, elle s'appelle Richmond Landing (plus d'informations à venir).


En 1819, à Bellows Landing, Isaac Firth & Mary Dalmahoy ouvrent la taverne Firth. La première édition de la taverne n'était qu'une petite cabane en rondins qui, en très peu de temps, est devenue l'addition à une belle auberge de deux étages.


En aval, sur la rive sud, juste en dessous de Barrack Hill où siège aujourd'hui le Parlement, la première brasserie a ouvert ses portes la même année. Les choses s'annonçaient bien pour ce qui allait bientôt être l'énorme afflux d'Irlandais assoiffés, en sept petites années, arrivant pour construire le canal Rideau.


Pendant ce temps, les cageux et la milice, au moins, pouvaient aiguiser leur soif à volonté de chaque côté de la rivière, ce qui explique pourquoi la première colonie était considérée comme plutôt dangereuse et assez agitée. Certains disent que c'est toujours le cas !


Le débarcadère au bout de la route de péage

Alors que l'industrie du bois s'étendait rapidement au cours supérieur de la rivière des Outaouais, un autre établissement a commencé à prendre forme en 1818 et, bien qu'il soit devenu plus tard Aylmer - le joyau de Gatineau - ses humbles débuts ont été comme un débarcadère pour les voyages en amont et en aval de la rivière des Outaouais.


Au début, la seule façon de se rendre dans la partie supérieure de la rivière des Outaouais était en canoë, en passant par les deux portages (supérieurs) avant le lac-Chaudière (aujourd'hui, le lac-Deschênes). Bien qu'un sentier très accidenté ait traversé les fermes des pionniers pour se rendre au lac, il était souvent impraticable et s'est avéré plus difficile que la route fluviale. Ainsi, étant le chef de file en tout ce qui concerne le canton, Philemon Wright chargea son fils Philemon Junior d'améliorer la piste, en 1818.


Comme mentionné dans un précédent billet, Philemon Sénior avait cette propension très inhabituelle à nommer tout ce qui l'entourait Columbia. Néanmoins, malgré cette habitude, il décida de baptiser la nouvelle route le Britannia Turnpike et, sans surprise, la fin de la route devint connue sous le nom de Turnpike End.


À Turnpike End, Philemon Junior a construit un magasin et - naturellement - une taverne, ce qui semblait être un plan d'affaires qui leur convenait bien. Il construit également un hôtel à proximité et défriche des terres pour la ferme Chaudière. Il commença à gérer toutes les opérations à cet endroit et Turnpike End devint bientôt un endroit où tous les voyageurs qui montaient et descendaient la rivière des Outaouais supérieure pouvaient confortablement s'arrêter pour se rafraîchir.

L'entreprise familiale Philemon Wright & Sons exploita désormais les deux auberges, un à chaque extrémité de la route de péage qui prenait une journée de promenade en calèche entre le débarcadère de Wright's Town (où se trouve aujourd'hui le Musée canadien de l'histoire) et Turnpike End, étant l'auberge Kings Inn et l'auberge de Turnpike End, respectivement.


Les plans les mieux conçus ...

Pendant trois ans, le village s'agrandit jusqu'à ce que, le 30 novembre 1821, la tragédie frappe la famille Wright. Alors qu'il supervisait la construction de la Kings Road - la route qui allait éventuellement relier Wright's Town à Montréal - la calèche de Philémon Junior se renversa sur une colline enneigée et traîtreuse juste à l'extérieur de Grenville-sur-la-Rouge, le projetant hors de la voiture, et son cou se brisa, le tuant instantanément. À 38 ans, l'héritier présomptif était mort.


Inutile de dire que c'est une perte que Philemon et Abigail ont eu du mal à supporter, mais comme beaucoup de personnes dans la jeune colonie dépendaient des Wright, ils n'ont pas eu d'autre choix que de trouver rapidement des moyens pour que tout continue à fonctionner. Ainsi, en octobre 1823, ils offrent un contrat à Charles et à Turnpike End, au moins, les affaires continueraient, gérées par leur jeune neveu.


C'est un apprentissage avec son oncle Philemon qui avait amené Charles de Woburn Mass. à l'entreprise familiale Wright en 1819, mais c'est le tragique événement de la mort de Philemon Junior qui a amené Charles à Turnpike End. Charles avait fait ses preuves auprès de son oncle et on lui confia en retour une grande responsabilité. Il a tout assumé et est devenu un aubergiste très populaire.


All in the Family

Sept ans plus tard, en 1829, après une dispute avec son oncle au sujet de l'argent qui lui était dû, Charles a décidé de se tailler une voie à lui. Après avoir réglé ses comptes avec son oncle Philemon, il mit fin à son contrat de gérant, et loua le terrain de Turnpike End pour y construire son propre Aylmer Hotel, qui devint rapidement connu sous le nom Symmes Inn.


Deux ans plus tard, en 1831, il s'associe à d'autres personnes pour lancer un service de bateaux à vapeur sur la partie supérieure de la ville d'Ottawa et, peu de temps après, Turnpike End est connu sous le nom de Symmes Landing. Fort de son succès au débarcadère, Charles achète des terres et les fait arpenter pour en faire des lots de village. L'établissement qui a commencé comme une zone de transit, est rapidement devenu un village prospère. La place de Charles Symmes en tant que père fondateur d'Aylmer fut ainsi marquée à jamais et bien que les historiens aient beaucoup parlé de sa « dispute avec son oncle », il a continué à faire des affaires et s'est assez bien entendu avec sa famille Wright jusqu'à la fin de sa vie.


Le débarcadère au nom de Richmond

La même année, en 1818, la Couronne a prévu d'accorder des concessions de terres aux vétérans de la guerre de 1812, créant ainsi une colonie sur les rives de la rivière Jock.


Au printemps 1818, les officiers et les hommes du 99e régiment qui se trouvaient à Québec se sont vus offrir le choix entre un passage vers l'Irlande ou une vie au Canada où ils recevraient des concessions de terres gratuites dans la vallée de l'Outaouais. Ainsi, à la fin de 1818, le village de Richmond a été aménagé, avec l'aide de Philemon Wright, la meilleure personne de la région alors en mesure de fournir les colons arrivant au Richmond Landing. Cependant, en raison de son emplacement, le village a commencé à s'effondrer presque immédiatement. Ce n'est que beaucoup plus tard qu'elle a commencé à s'épanouir.


La colonie fut nommée Richmond en l'honneur de Charles Lennox, 4e duc de Richmond, gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique et gouverneur général des Canadas. En fait, la rivière Jock était alors connue sous le nom de rivière Goodwood, en l'honneur de son domaine en Angleterre.


L'histoire raconte que peu après la mise en place de la colonie, le duc de Richmond est venu inspecter et a commencé à montrer des signes d'hydrophobie (la rage), suite à une morsure de renard reçue à Sorel, quelques semaines auparavant. Le destin a voulu que le duc, né dans une grange 55 ans plus tôt, meure dans une autre grange, celle de la ferme de Chapman, à environ quatre miles du village.


Cependant, en accord avec le thème de ce billet, il semble que l'histoire du renard ait été créée pour masquer la prodigieuse propension du duc à boire tout ce qui est alcoolique aux alentours de lui. Les premières histoires de témoins donnent aux historiens des raisons de croire que le duc est en fait mort d'une insuffisance hépatique. Un certain juge Pike de Montréal a déclaré pour le compte-rendu que « l'impression invincible qui se dégage de mon esprit est que la fatigue et le soleil brûlant des bois ont causé des affections nerveuses ; la fièvre de sa constitution et son cadre brisé ont rapidement mis fin à sa vie... » (Marjorie Whitelaw, éd. The Dalhousie Journals, 1978)


Ainsi, il semble que la nuit précédant sa mort, le duc ait pu être sérieusement en état d'ivresse. Ironiquement, la taverne Masonic Arms, où le duc s'était reposé la nuit précédente, a été rebaptisée Duke of Richmond Tavern. Le propriétaire ne savaient pas comment cet hommage aurait pu préserver la vérité sur sa mort ... ou aurait-il pu le faire PARCE qu'il le savait ?


Et voilà une autre curieuse anecdote bien arrosée des premiers établissements de la vallée de l'Outaouais.

81 views
1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra

Capital Chronicles

The History You Were Never Told
SIGN UP AND STAY UPDATED!
  • Grey Facebook Icon

© 2020 by RickHenderson.  Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon