top of page

À la mémoire de Philemon Wright Jr.*

Updated: Mar 7

Première publication - 30 novembre 2021. Le 200e anniversaire de sa mort.

The first American Macadam Road - 1823
*Extrait du livre Walking in the Footsteps of Philemon Wright.

Le chemin de Grenville - 30 novembre 1821

ÉTANT le fils aîné de Philemon Wright Sr. et ayant acquis une grande expérience dans la construction d'autres routes dans la nouvelle colonie, Philemon Junior est chargé de construire la route qui complétera la liaison terrestre entre Wright's Town et Grenville. Les colons pourront ainsi se rendre beaucoup plus rapidement à Montréal, car la seule option est un voyage d'une journée en barque (packet boat) jusqu'à Grenville.

La construction de routes était un processus difficile qui nécessitait des ouvriers pour déblayer les arbres et les broussailles, enlever les rochers et plier le sol des côtés vers le milieu à l'aide de charrues et de pelles. Ensuite, les rochers étaient concassés pour faire du gravier, la surface de la route était aplanie. La route était généralement juste assez large pour accueillir la largeur d'un chariot ou d'un traîneau et devait suivre le tracé du terrain. Une fois terminée, elle pouvait être assez dangereuse, surtout en hiver.

Le 30 novembre 1821, l'hiver approche à grands pas et la neige est déjà au sol. Les travaux doivent être terminés car le sol sera bientôt gelé. Les hommes de l'équipe de travail se préparent à rentrer chez eux ; chacun est impatient de retrouver sa famille.

Philemon Junior monte dans sa diligence pour faire le long voyage de retour vers Wright's Town où l'attendent sa femme Sally et leurs huit enfants. La petite Erexina, le bébé, n'a qu'un an. Sur une colline enneigée et escarpée à la sortie de Grenville, près de la Rivière Rouge, la diligence de Philemon Junior se renverse et il est projeté à l'extérieur. Il a heurté violemment le sol et son cou s'est brisé. C'est sur cette route froide et enneigée que Philemon Junior est mort, à l'âge de 38 ans.

En apprenant la nouvelle de la mort de son mari, Sally[1] a dû être bouleversée. Jeune mère de 31 ans seulement, veuve depuis peu et en proie à un terrible chagrin, elle devait être parfaitement consciente de la vulnérabilité de sa situation dans la petite communauté isolée qu'était Wright's Town. Elle avait bien sûr ses enfants et sa ferme, et était entourée d'une grande famille élargie, mais que lui réservait l'avenir ? Nous ne pouvons pas savoir les tourments qu'elle a dû endurer.

Ce que nous savons, c'est qu'un jeune homme sérieux du nom de Nicholas Sparks a été recruté en 1816 à Wexford, en Irlande, par Ruggles, le frère de Philemon Junior, pour travailler dans l'entreprise familiale P. Wright & Sons. Nous savons également que Nicholas est devenu un coursier et un gestionnaire de confiance.

Nicholas était déterminé à laisser sa marque à Wright's Town. En 1823, lorsque quelqu'un propose à Philemon Wright Sénior, connu de tous sous le nom « Squire » (le chatelain) d'acheter un terrain de l'autre côté de la rivière, Nicholas surprend la conversation et demande au Squire s'il peut emprunter les 95 livres nécessaires à l'achat du terrain. Philemon n'ayant pas besoin de ce lopin de terre broussailleux, il accepte de prêter l'argent à Nicholas.

Nicholas est désormais un jeune homme qui possède des biens. Son statut au sein de la collectivité ne tardera pas à s'accroître lorsque la terre qu'il possède - en grande partie recouverte de cèdres et de marécages - deviendra un élément central des plans de construction du canal Rideau et de Bytown.

Le 2 novembre 1826, Nicholas devient membre de la famille Wright en épousant Sally et en accueillant ses huit enfants. Il est probable qu'avant que Nicholas ne construise sa grande maison en pierre de l'autre côté de la Grande Rivière, dans ce qui allait devenir Bytown, lui et Sally ont commencé leur nouvelle vie ensemble dans une nouvelle maison construite sur la ferme Gateno de Philemon Junior.

Le dernier mot

DEPUIS le temps que j'ai passé sur les traces de Philemon Wright Sr., je me suis souvent rendu compte de la chance qu'il y a à se souvenir, comme on le fait, plus de 200 ans après sa mort.

On se souvient également d'Abigail comme d'une femme forte, pionnière et leader de la colonie naissante, une femme qui était à la fois une épouse aimante et une partenaire compétente pour Philemon Sénior.

Les fils de Philemon Sénior, Ruggles et Tiberius, et son petit-fils, Alonzo, ont tous attiré l'attention des historiens en tant que pionniers du commerce du bois dans la vallée de l'Outaouais. Chacun d'entre eux a un monument impressionnant érigé à sa mémoire, tout comme Philemon et Abigail.

En effet, la plupart des barons du bois - dont beaucoup ont commencé à travailler pour P. Wright & Sons - ont des villes, des lacs, des rues, des parcs ou des bâtiments qui portent leur nom : Nicholas Sparks, Andrew Leamy, John Egan, Thomas McKay et J.R. Booth, tous sont présents dans les mémoires.

Mais Philemon Junior n'a pas eu la même chance. L'histoire de sa vie a été pratiquement perdue, presque complètement effacée par les aléas du temps. C'est lui qui a aidé son père à mettre les biens de la famille dans les traîneaux avant leur départ pour le canton de Hull en 1800. C'est lui qui a aidé à abattre les arbres qui allaient servir à construire leur premier abri qu'ils appelaient affectueusement le Wigwam. C'est lui qui a scié le bois et martelé les clous aux côtés de son père pour créer les moulins, construire les ponts et labourer les routes de Wright's Town. C'est lui qui prend en main le rêve de son père et gère les fermes pendant que son père et ses jeunes frères se font connaître en guidant les grands radeaux qui deviendront emblématiques de la jeune identité canadienne.

En fin de compte, le résultat surprenant de mon voyage est que ma marche sur les traces de Philemon est devenue bien plus une marche sur les traces des deux Philemon ; une marche sur un chemin qui conduira à dévoiler l'histoire inédite du fils et du lien qui l'unissait à son père. Philemon père a commencé son rêve avec son frère aîné Thomas, mais lorsque ce dernier est décédé au cours de la première année de la colonie, c'est Philemon fils qui a joué le rôle d'associé pour son père. La mort de Philemon Junior a dû être un coup dur pour la famille.

La seule personne à avoir écrit quelque chose d'important sur Philemon Junior est Bertha Hannah (Wright) Carr-Harris dans son livre The White Chief of the Ottawa. Petite-fille de Ruggles, elle laisse peu de doute dans son livre sur le fait que Philemon Junior était à la fois important pour la famille et aimé.

L'histoire, en général, n'a pas été tendre avec Philemon Junior. Il est à peine mentionné dans les livres d'histoire et rarement dans les lettres de la famille qui ont survécu. Dans les archives, ses lettres sont des lettres d'affaires de P. Wright & Sons, avec peu de choses de nature personnelle. Mais le pire, c'est qu'il n'a pas de pierre tombale.

Lorsque Philemon Junior est décédé, l'église St. James n'était pas encore construite et le cimetière n'était pas encore consacré, mais cela ne peut pas être la raison pour laquelle il n'a pas eu de pierre.

Il ne fait guère de doute que le cimetière St. James a été utilisé comme lieu de sépulture du village, très probablement depuis le début de la colonisation. La pierre tombale qui porte la date la plus ancienne du cimetière appartient à la sœur de Philemon Junior, Mary (Polly), dont le décès est survenu en mars de la même année. Le jeune fils de Ruggles y a également été enterré en 1821. On peut donc se demander pourquoi les tombes de l'enfant de Ruggles et de sa sœur Polly sont marquées, mais pas celle de Philemon Junior.

Il faut croire que lorsque Philemon Junior est mort, sa femme Sally et la famille ont décidé que sa tombe devait être proche de l'endroit où ils savaient que se trouverait leur propre dernière demeure.

Philemon Sénior a choisi pour lui et Abigail la place d'honneur évidente dans le cimetière, au sommet de la colline. Mais, juste à côté de sa grande parcelle clôturée de pierres se trouve un enclos tout aussi grand et tout aussi proéminent, dans lequel a été placé Nicholas Sparks lorsqu'il est mort, neuf ans avant que Sally ne le rejoigne.

En remarquant l'endroit où Nicholas et Sally Sparks sont enterrés, beaucoup pensent que c'est à cause de la place de Nicholas Sparks dans l'histoire, mais je pense que leur place prépondérante a plus à voir avec le mariage de Sally avec Philemon Junior qu'avec son mariage avec Nicholas. Je suis convaincue que la famille a décidé de déposer Philemon Junior dans l'enclos juste à côté de l'endroit où ses parents reposeront en leur temps. Tous ont dû imaginer que la tombe de Philemon Junior serait marquée dans le temps.

J'espère donc qu'un jour on m'accueillera pour placer une pierre tombale pour Philemon Junior dans l'un des deux enclos ; un mémorial de son 3x arrière petit-fils qui a passé un certain temps ... à marcher sur les traces de Philemon Wright.

 

[1] L'épouse de Philemon Junior, Sally, est Sarah Olmstead, l'aînée des enfants de Gideon Olmstead et d'Esther Andrus. Gideon et Esther arrivent dans le canton de Hull en 1801 et s'installent dans la région de Deschênes sur leur ferme entre 1802 et 1808. Gideon est charpentier et participe à la construction des moulins et des radeaux de Philemon. Il commande également la milice de Hull et est juge de paix à un moment donné dans la colonie. Philemon Junior et Sally se marient le 23 mai 1808 et ont huit enfants.


186 views0 comments

Recent Posts

See All

Commenti


1850-1859_Wright%E2%80%99s_Town_Illustra
 
Capital Chronicles
 The History You Were Never Told
Chroniques de la Capitale
L'histoire méconnue
bottom of page